vendredi 16 octobre 2015

Le Canadien offre un contrat de deux ans à Plekanec

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

Tomas Plekanec
Tomas Plekanec (Source d'image: Vincent Éthier )

Le Canadien a offert un contrat de deux ans d'une valeur de 12 millions $ à l'attaquant Tomas Plekanec.
Le Tchèque, dont le précédent contrat venait à échéance au terme de la présente campagne, touchera un salaire de 7 M $ l'an prochain et 5 M $ en 2017-2018.
Selon notre confrère Pierre LeBrun, le pacte ne contiendrait pas de clause de non-échange.
Plus détails à venir.

Le site web de P.K. Subban est lancé aujourd'hui

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Publication: 
PK SUBBAN
 P.K. Subban







Le portail de P.K. Subban était attendu par plusieurs, il sera officiellement en ligne aujourd'hui.
Le site PKSubban.com sera un point de convergence pour les différentes initiatives du défenseur du Canadien de Montréal. Le joueur étoile pourra ainsi utiliser cette plateforme multimédia pour mettre en valeur ses diverses facettes: joueur de hockey, entrepreneur, icône de style et philanthrope, peut-on lire dans un communiqué émis vendredi matin.
«Les gens me connaissent comme joueur de hockey, explique Subban dans ce même communiqué, mais plusieurs autres domaines me passionnent et je souhaite que mon site Web, PKSubban.com, permette aux gens de découvrir les diverses facettes de ma vie, de ma personne.»
Il s'était même attiré les éloges du ministre de la Santé Gaétan Barrette:

Les vedettes québécoises partisanes du Canadien de Montréal veulent le retour des Nordiques

http://quebec.huffingtonpost.ca/
Publication: 

Sugar Sammy, Martin Petit, François Morency, Marc Labrèche, Guylaine Tremblay... Tous de grands partisans du Canadien de Montréal, ils ont assisté au premier match au Centre Bell, jeudi soir, et en ont profité pour lancer à l'unisson un cri du coeur: que les Nordiques reviennent à Québec!
Si certains d'entre eux avouent qu'ils seraient divisés entre les deux équipes, ils s'entendent pour dire que le retour de la rivalité Canadiens-Nordiques est tout à fait souhaitable.
En attendant, est-ce que le Canadien de Montréal a des chances de remporter la fameuse Coupe stanley cette année?

«Le Canadien nous a donné une leçon de hockey» -Alain Vigneault

http://www.985sports.ca/hockey/nouvelles/

Publié par Danielle Arsenault pour 98,5fm Sports le jeudi 15 octobre 2015 à 23h36. Modifié par Charles Payette le vendredi 16 octobre 2015
«Le Canadien nous a donné une leçon de hockey» -Alain Vigneault
La Presse Canadienne
(98,5 Sports) - Un duel de gardiens au sommet de leur art, deux équipes qui refusent de céder en désavantage numérique et des contre-attaques excitantes en troisième période. Jeudi soir au Centre Bell, on se serait cru en séries éliminatoires.
Le point de presse de Michel Therrien
00:00
00:00
On en parle en ondes :
Écouter
Mis en ligne le jeudi 15 octobre 2015 dans Bonsoir les sportifs et Après-match du Canadien avec Martin McGuire et Dany Dubé
Bien sûr que Michel Therrien était heureux de la cinquième victoire de suite de son équipe, établissant ainsi un nouveau record de concession pour le meilleur début de saison depuis 1909. Mais ce qui a surtout retenu son attention, c’est l’intensité des deux équipes en ce début de saison dans la LNH.

«Je suis très fier de mes joueurs, mais ce que je retiens le plus, c’est l’intensité. C’était un match du mois d’avril et on est seulement au mois d’octobre. Deux équipes qui ont très bien joué. Deux gardiens de but qui ont été extraordinaires. Carey a été phénoménal encore et Lundqvist a été vraiment vraiment bon. Ça donné tout un spectacle.»

Même avec cinq minutes à faire dans le match et fort d'une avance d'un but, le Canadien a continué de forcer le rythme et d'attaquer forçant les Rangers à jouer sur les talons.

«Nous savions que le match n’était pas gagné. Je crois que nous avons été capables d’augmenter le rythme de jeu en troisième. J’ai beaucoup aimé la façon dont on a joué à cinq contre cinq. On a eu des chances de qualité. Nous sommes difficiles à affronter. Et l’éthique de travail de mes joueurs était excellent. Nous avons fait beaucoup de bonnes choses ce soir», a-t-il ajouté.

«Le Canadien nous a donné une leçon de hockey», a lancé l'entraîneur-chef des Rangers, Alain Vigneault aux journalistes, à l'issue de la défaite de 3-0 des siens.

Un effort collectif

Ayant totalisé cinq points dont deux buts, le troisième trio composé de Tomas Fleischmann, David Desharnais et Dale Weise a continué de faire des flammèches contre les Rangers.

Même si l’entraîneur-chef du Tricolore a particulièrement apprécié leur apport offensif, il est d’avis que la victoire contre les Rangers est le résultat d’un effort collectif.

«La manière que chaque trio a joué, la manière que chaque groupe de défenseurs a joué. Pour moi, c’est une victoire d’équipe. Et pour un entraîneur, c’est l’fun de voir que tout le monde a contribué à leur façon.»

Et le capitaine est d'accord avec l'analyse de son entraîneur.

«Notre équipe joue vraiment très bien. Et pas seulement les joueurs qui s'inscrivent au pointage. Un nom qui me vient en tête est celui de DSP (Devante Smith-Pelly). Au cours des derniers matchs, il joue de l'excellent hockey. Ce soir, il a obtenu de bonnes présences, de bonnes occasions de marquer. Il a de très bonnes mains. Il travaille très fort pour gagner son temps de glace. Il joue avec confiance et je suis certain qu'il va finir par être récompensé (en marquant)», a dit Max Pacioretty.

Victoire historique du CH

http://www.985sports.ca/hockey/

Publié par Danielle Arsenault pour 98,5fm Sports le jeudi 15 octobre 2015 à 18h53. Modifié par Charles Payette le vendredi 16 octobre 2015
Victoire historique du CH
La Presse Canadienne
(98,5 Sports) - Le Canadien de Montréal s'est offert un nouveau record d'équipe pour célébrer l'inauguration de sa saison au Centre Bell, jeudi soir.

En battant les Rangers de New York 3-0, le Tricolore a remporté un cinquième match de suite en ouverture de saison, une première depuis sa fondation en 1909.
On en parle en ondes :
Écouter
Mis en ligne le jeudi 15 octobre 2015 dans Bonsoir les sportifs et Après-match du Canadien avec Ron Fournier, Martin McGuire et Dany Dubé
Tomas Fleischmann, Dale Weise et Tomas Plekanec - dans un filet désert - ont été les marqueurs du Canadien. David Desharnais a récolté deux mentions d'aide sur les buts de ses deux compagnons de trio. Weise a ajouté une passe.

Carey Price a été sans aucun doute la grande vedette de ce match. Il a obtenu sa 11e victoire en carrière contre les Rangers de New York (11-5-1), sa septième par jeu blanc. Il a fait 25 arrêts, dont plusieurs de façon très spectaculaire, ce qui a permis à son équipe de conserver son avance.

Price, la première étoile du match, a récolté son premier jeu blanc de la saison, son 35e dans la LNH. Il s'est même permis de rudoyer un peu Chris Kreider près de son filet, lui qui l'avait blessé au genou durant la première ronde de série au printemps 2014.

«Je ne savais même pas que c'était lui», a soutenu Carey Price en riant, au sujet de son geste à l'endroit de Kreider.

Malgré la défaite des siens, Henrik Lundqvist a tout de même été solide, frustrant plusieurs joueurs du Canadien avec sa mitaine. Il a effectué 29 arrêts.

«C'est un gardien incroyable, a déclaré Dale Weise qui a déjoué le gardien des Rangers entre les jambières en fin de troisième période. On a eu pas mal d'occasions de marquer. On a essayé dans la partie supérieure et il arrêtait tout. Puis, on s'est dit qu'on devrait tenter de le déjouer entre les jambières, mais c'est plus facile à dire qu'à faire. C'est un des meilleurs gardiens au monde. Je crois qu'avec mon angle, je l'ai surpris en lançant rapidement.»

«C'était tout un spectacle. J'ai moi-même eu du plaisir à le regarder jouer», a confié Carey Price au sujet du brio de son vis-à-vis, Henrik Lundqvist. ''Hank'' les a gardés dans le match. Il a fait au moins une douzaine d'arrêts spectaculaires. Quand tu vois qu'un gardien est en feu comme ça, tu dois juste continuer de lancer au filet. Et ce soir, nous avons réussi à la déjouer.»

Nouvelle page d'histoire

Depuis la fondation de l'équipe en 1909, jamais le Canadien n'avait amorcé une saison avec cinq gains consécutifs. Il avait échoué au cours des trois autres fois où il avait remporté ses quatre premières rencontres.

«C'est gratifiant, a admis Max Pacioretty. Mais je suis beaucoup plusheureux de la façon dont l'équipe joue actuellement. C'est tellement plaisant d'évoluer à quatre trios et d'avoir autant confiance en nos moyens. Il n'y a pas de joueurs égoïstes au sein de l'équipe. Si tu joues bien, tu vas jouer. C'est vraiment l'fun et on va avoir du succès durant l'année si on garde la même mentalité.»

Bien qu'il apprécie le fait d'arme accompli par son équipe en début de saison, le vétéran Andrei Markov estime qu'il est encore trop tôt pour festoyer.

«C'est seulement cinq matchs, nous devons être prêts pour le prochain match et celui qui suivra. C'est une longue saison et ce ne sera pas facile. Chaque match va devenir de plus en plus difficile. Nous devons être prêts.»

Cérémonie au flambeau

Pour souligner ce match inaugural au Centre Bell, l'organisation montréalaise a renouvelé sa tradition avec la passation du flambeau entre les joueurs avant la rencontre.

C'est l'ancien capitaine du Canadien, Guy Carbonneau qui l'a remis au nouveau capitaine du Tricolore, Max Pacioretty. Chaque fois qu'un joueur était présenté à la foule, il soulevait le flambeau au centre de la patinoire sous les applaudissements de la foule.

«C'est symbolique, c'est très symbolique le flambeau, a confié Michel Therrien. Même moi, je pense que je suis rendu à mon sixième match d'ouverture et à toutes les fois, j'en ai (des frissons) quand je vois les joueurs avec le flambeau. Quand j'ai vu Max Pacioretty, notre nouveau capitaine, la réception que nos partisans lui ont donnée, j'en ai encore des frissons.»

Équipes jumelles

Les ressemblances entre le Canadien et les Rangers sont telles qu'elles pourraient passer pour jumelles. C'était donc tout à fait normal qu'elles fassent jeu égal au cours des 40 premières minutes d'action.

«C'est une équipe très agressive, ils sont difficiles à affronter, a expliqué Weise. Nous sommes deux équipes rapides, c'est difficile de les déborder, mais donnons crédit à nos défenseurs qui ont bien relancé nos attaques.»

Lundqvist a volé la vedette pendant le premier vingt tandis que Price lui a donné la réplique en deuxième période.

«Nous savions que ce serait un match serré et nous étions prêts pour ça, a dit Andrei Markov. C'était l'fun de voir les deux gardiens faire des arrêts incroyables. Mais c'est encore mieux, car nous avons gagné la partie.»

Les gardiens ont réalisé 18 arrêts chacun. Lundqvist n'a pu empêcher le Canadien de s'inscrire au score en deuxième. Le Tchèque Fleischmann a trompé sa vigilance, à 8:46, à l'aide d'un tir du côté rapproché.

Sur la séquence, le capitaine des Rangers Ryan McDonagh n'a pas maîtrisé le tir de Desharnais, ce qui a dupé son gardien.

Price a été tout simplement éblouissant pendant une double supériorité numérique des visiteurs, longue de 1:42, vers la fin du deuxième engagement.

«Nos unités en désavantage numérique ont fait du bon travail pour empêcher les Rangers à bien s'organiser. Nous étions à leur trousse. Les lancers qu'ils ont finalement été capables de décocher, j'ai pu bien les voir venir. C'était un effort maximal de la part des gars», a expliqué Carey Price.

Avec les défenseurs russes Andrei Markov et Alexei Emelin au banc des pénalités, Price a frustré deux fois Derek Stepan qui a dégainé sur réception de passes précises.

En exécutant un autre déplacement latéral vif, Price a réservé le même sort à Rick Nash peu de temps après la conclusion de la seconde pénalité.

Avant la fin, Lundqvist a frustré Alex Galchenyuk pendant un jeu de puissance des hôtes.

Les nombreuses pénalités appelées n'ont pas trop affecté le rythme. Chacune des équipes a fait chou blanc en cinq occasions.

Comme l'ailier droit Devante Smith-Pelly connaissait une bonne soirée et Alexander Semin une moins bonne, l'entraîneur Michel Therrien a par moments fait jouer Smith-Pelly sur le premier trio, en plus de son utilisation régulière au sein de la quatrième unité.

En troisième, loin de jouer sur les talons, le CH a raté d'excellentes chances d'augmenter son avance. Lundqvist a multiplié les prouesses. Il a stoppé Brian Flynn au terme d'une échappée, gobé de la mitaine un lancer de Desharnais et mystifié Smith-Pelly à courte distance.

Peu occupé à l'autre bout, Price a fait culbuter Chris Kreider derrière son filet, au grand plaisir de la foule. Le gardien s'est offert une douce revanche à l'endroit de celui qui l'a blessé en séries éliminatoires, en 2014.

Weise a finalement décelé une faille dans l'armure du «roi Henrik» en visant entre ses jambières, à 17:55.

Plekanec a complété dans un but déserté.

Fil du match

Cérémonies pour le match inaugural

Les cérémonies d'ouverture s'amorcent avec la présentation d'une vidéo au centre de la glace où d'anciens joueurs du Canadien tels que Serge Savard, Guy Lafleur et Yvan Cournoyer et des joueurs de l'édition actuelle du Canadien comme Brendan Gallagher, P.K. Subban et Carey Price se remémorent la première fois qu'ils ont endossé l'uniforme du Tricolore.

On enchaîne avec des images de matchs du Canadien de l'an dernier. Puis, c'est au tour du traditionnel tour de glace des deux jeunes hockeyeurs avec le drapeau du Canadien en main qui se placent près de la porte d'entrée pour accueillir les joueurs de l'édition 2015-16 du Canadien.

Le maître de cérémonie a d'abord présenté les préposés à l'équipement, les thérapeutes sportifs et les entraîneurs-adjoints et l'entraîneur-chef Michel Therrien. Les joueurs qui ne disputent pas la rencontre ont également été présentés à la foule.

Puis Guy Carbonneau est arrivé près de la glace avec le flambeau dans les mains et l'a remis à l'actuel capitaine du Canadien, Max Pacioretty qui a patiné au centre de la patinoire sous les applaudissments de la foule partisane.

Pacioretty l'a ensuite remis à Alexander Semin qui l'a passé au suivant et ainsi de suite. Alex Galchenyuk, Mike Condon, David Desharnais, Lars Eller, Brendan Gallagher, Tomas Plekanec, P.K. Subban, Andrei Markov et Carey Price ont été les joueurs les plus chaleureusement applaudis. Puis Carey Price a ensuite remis le flambeau à Michel Therrien pour clore la cérémonie avant l'entrée des joueurs des Rangers de New York.

1re période

Et dès la 3e minute de jeu, le Canadien obtient un premier jeu de puissance. Ryan McDonagh est chassé à 2:38 pour avoir donné de la bande en l'endroit de Brendan Gallagher.

Mais Brendan Gallagher annule la fin de l'avantage numérique quand il fait trébucher Rick Nash à 4:09. On joue à 4 contre 4 pendant 29 secondes.

Finalement, le CH sort indemne du jeu de puissance des Rangers.

Après un bel arrêt de Carey Price, Max Pacioretty file pratiquement seul vers Lundqvist, mais «King Henrik» résiste. Sur le jeu, Pacioretty donne lourdement sur la bande, mais le capitaine du CH semble ok. À son retour au banc, il doit changer la lame de son patin.

Sur la séquence suivante, Rick Nash tente de déborder Alexei Emelin en lui passant le gant au visage (rudesse) et Emelin croule sur la patinoire, mais l'arbitre juge que le geste du défenseur russe est un peu exagéré. Les deux joueurs sont donc chassés à 8:36 pour. Situation de 4 contre 4.

Puis, Marc Staal fait trébucher Gallagher à 9:34 et cette pénalité donne une situation de 4 contre 3 pour le CH pendant 62 secondes.

Mais P.K. Subban vient annuler cet avantage 46 secondes plus tard lorsqu'il fait de l'obstruction sur Dominic Moore à 10:20. De retour à 4 contre 4.

Puis, c'est au tour des Rangers de bénéficier de 30 secondes de supériorité numérique. Mais le CH s'en tire bien malgré que les Rangers ont tiré de toutes parts dans l'enclave à la fin de cet avantage.

Quelle belle feinte de Galchenyuk qui en ralentissant force McDonagh à effectuer une glissade le sortant du jeu complètement. Galchenyuk peut alors décocher un bon tir sur Lundqvist qui fait l'arrêt.

Situation de deux contre un avec Gallagher et Pacioretty avec moins de trois minutes à faire à la 1re période. Gallagher tire et Lundqvist fait l'arrêt avec son épaule.

Avec 1:30 à faire, les Rangers contrôlent bien la rondelle en territoire du CH.

Dans une situation de deux contre un, David Desharnais a fait une superbe passe à Dale Weise qui s'est retrouvé seul dans l'enclave et au moment où la sirène annonçait la fin de la période, Weise a décoché un tir et Lundqvist a fait l'arrêt.

Tir au but (après 1 période)
Rangers: 7
CH: 9

Score (après 1 période)Rangers: 0
CH: 0

2e période

Derick Brassard est chassé à 3:18 pour avoir accroché Tomas Plekanec derrière le filet de Lundqvist. Jeu de puissance du CH.

Mais une fois de plus, le CH perd cet avantage quand Plekanec est chassé pour coup de bâton à 4:33 contre Marc Staal. Après une courte période à 4 contre 4, les Rangers ont un avantage numérique à la fin duquel, les deux équipes sont toujours à égalité 0-0.

Alors que les Rangers sont incapables de sortir de leur zone, David Desharnais profite de cette bévue. Il reçoit une passe de Fleischmann qui file au but. Desharnais tire en direction du but et Fleischmann capte le disque au vol pour le faire dévier, puis prend son retour et déjoue Lundqvist à 8:46 pour donner les devants au CH qui marque le premier filet dans un cinquième match de suite. C'est le deuxième but de Fleischmann, Desharnais avec sa 2e mention d'aide. Rangers 0 - CH 1

Rick Nash écope d'une pénalité, sa deuxième de la soirée, cette fois-ci pour avoir accroché Devantee Smith-Pelly à 9:19. Jeu de puissance du CH. Belle occasion ratée de Nathan Beaulieu qui n'arrive pas à capter la passe de Desharnais alors que le filet de Lundqvist était complètement ouvert. Le CH est 0-4 ce soir en supériorité numérique.

Avec 3:47 à faire en 2e, Markov est chassé pour avoir accroché Dan Boyle. Jeu de puissance aux Rangers qui sont 0-3 ce soir.

Et voilà qu'Alexei Emelin va retrouver Markov à 16:32 au banc des pénalités après avoir rejeté accidentellement la rondelle par-dessus de la baie vitrée. Pénalité pour avoir retardé le match. 5 contre 3 pendant 1 min 42. Et durant cette séquence, Price a réalisé plusieurs beaux arrêts, notamment un aux dépens de Derek Stepan.

Finalement, le CH souffle un peu, 16 secondes de 5 contre 4 pour les Rangers. Wow Price fait des siennes encore et la foule est debout!!! Il vient de voler un but à Rick Nash.

Durant cette séquence, J.T. Miller écope d'une pénalité pour avoir fait trébucher Subban à 19:10. Le CH va finir la période en supériorité numérique.

Et à son tour Lundqvist frustre Galchenyuk de l'enclave.

Tir au but (après 2 périodes)
Rangers: 11 (18)
CH: 10 (19)

Score (après 2 périodes)Rangers: 0
CH: 1

3e période

Le CH amorcera la 3e en avantage numérique pendant 70 secondes. Markov perd la rondelle à la ligne bleue des Rangers et Rick Nash file vers le filet de Price, mais il rate son tir.

Les deux équipes reviennent à forces égales.

Brian Flynn en échappée, mais Lundqvist ne bronche pas et fait l'arrêt.

Bel arrêt de Price aux dépens de Miller. Auparavant, Price avait donné un bon coup d'épaule à Chris Kreider derrière son filet au grand plaisir de la foule. On se rappellera que Kreider avait blessé Price au genou en fonçant sur le gardien du Canadien durant le premier tour des séries en 2014.

À 11:13, David Desharnais a reçu une belle passe de Semin alors qu'il avait été laissé seul dans l'enclave, mais Lundqvist frustre le petit attaquant du CH avec sa mitaine.

Galchenyuk et Eller en situation de deux contre un, Galchenyuk tire, mais rate complètement son lancer.

Même sans son bâton, Lundqvist résiste à la pression que le Canadien a mis durant une possession.

Avec 3:32 à faire, Lundqvist freine les élans de Smith-Pelly avec sa mitaine.

Belle possession du trio de Desharnais en territoire des Rangers avec moins de deux minutes à faire. Weise (1) capte une passe de Desharnais (3) et s'amène vers le filet de Lundqvist qu'il déjoue avec un tir bas à 17:55. Rangers 0 - CH 2

Alors que Lundqvist a regagné son banc au profit d'un attaquant supplémentaire, Plekanec dégage son territoire en utilisant la baie vitrée et la rondelle file jusque dans le filet adverse. C'est son 4e de la saison, marqué à 19:23, une mention d'aide accordé à Torrey Mitchell (1). Rangers 0 - CH 3

Victoire du CH 3-0

Notes d'avant-match: Le CH en quête d'histoire

Alors qu'il a amorcé sa saison régulière avec quatre matchs consécutifs sur la route, le Canadien est rentré à Montréal avec une fiche de quatre victoires et aucune défaite, bon pour huit points.

Jeudi soir contre les Rangers, les joueurs du Canadien retrouveront leurs fidèles partisans au Centre Bell. Et si on se fie aux années précédentes, leur retour risque d'être souligné de façon grandiose lors des cérémonies entourant leur match inaugural.

Pour l'occasion, Michel Therrien ne fera aucun changement à sa formation partante. C'est Carey Price qui sera devant le filet des siens alors que Jarred Tinordi, Greg Pateryn et Paul Byron seront sur la galerie de presse pour un cinquième match d'affilée.

Alain Vigneault voit gros pour Derick Brassard cette saison chez les Rangers

http://www.rds.ca/hockey/lnh/

L'approche d'Alain Vigneault


MONTRÉAL - Alain Vigneault voit gros pour Derick Brassard cette saison. L'entraîneur des Rangers de New York mise sur le joueur de centre québécois comme pivot du trio numéro un de l'équipe et il s'attend à ce qu'il joue un rôle prépondérant sur le plan du leadership.
« Nous voulons qu'il (Brassard) occupe une place plus importante dans le vestiaire, a affirmé Vigneault avant le match des Rangers contre le Canadien, jeudi. Il possède assez d'expérience. C'est un bon jeune homme, un bon travaillant avec une bonne attitude. »
Sur le plan sportif, Brassard vient de connaître sa plus fructueuse saison dans la LNH, avec une récolte de 60 points, incluant 19 buts.
On estime qu'à l'âge de 28 ans celui qu'on a jumelé à Rick Nash et à Mats Zuccarello en début de saison peut repousser ses sommets personnels.
La carrière de Brassard a véritablement pris son envol à son arrivée chez les Rangers, en 2013. Il faisait du surplace, à sa sixième saison chez les Blue Jackets de Columbus, après avoir été le premier choix de l'équipe en 2006, le sixième au total derrière Jonathan Toews, Nicklas Backstrom et Phil Kessel, notamment.
Impliqué dans l'échange de Marian Gaborik, l'athlète natif de Gatineau s'est mis en évidence dès ses débuts sur « Broadway » avec un match d'un but et de trois passes. Il n'a pas cessé de prendre du galon depuis ce temps.
« John Tortorella était l'entraîneur à ce moment et il a connu de bons matchs, a rappelé Vigneault. On aurait dit que le changement de décor avait été bénéfique pour lui. À mon arrivée, il a tout simplement poursuivi sa progression. »
Brassard sera appelé à combler en partie les pertes de deux bons rouages à l'attaque: Martin St-Louis, parti à la retraite, et Carl Hagelin, qu'on a envoyé aux Ducks d'Anaheim en retour d'Emerson Etem.
Vigneault a également souligné que plusieurs jeunes attaquants se verront offrir l'occasion d'apporter une plus grande contribution à l'attaque.
« À mes yeux, on a plusieurs jeunes joueurs qui sont sur une pente ascendante, qu'il s'agisse des Kevin Hayes, J.T. Miller, Jesper Fast et Chris Kreider, a-t-il identifié. Nous nous attendons à une meilleure production de leur part. »
« Il n'y a aucun doute que nous avons perdu deux morceaux importants, a résumé le pilote. Mais j'estime que nous avons suffisamment de ressources au sein de notre formation. »
Un jeune qui se démarque en début de saison, c'est Oscar Lindberg, auteur de quatre buts à ses quatre premiers matchs. Âgé de bientôt 24 ans, le Suédois avait obtenu 56 points, incluant 28 buts dans la Ligue américaine, la saison dernière.
« Personne n'aurait pu prédire qu'il ait déjà quatre buts à sa fiche, a admis Vigneault. Il a connu une bonne saison à Hartford (avec le Wolf Pack) la saison dernière et il a saisi sa chance au camp d'entraînement. »

Une première victoire pour les Penguins

http://www.rds.ca/hockey/lnh/

Sénateurs 0 - Penguins 2


PITTSBURGH - Evgeni Malkin a inscrit un premier but en près de sept mois, Marc-André Fleury a effectué 22 arrêts, en route vers un 39e blanchissage en carrière, et les Penguins de Pittsburgh ont défait les Sénateurs d'Ottawa 2-0, jeudi.
La recrue Daniel Sprong a marqué un premier but dans la LNH pour les Penguins, qui ont signé une première victoire cette saison.
Craig Anderson a stoppé 34 tirs devant le filet des Sénateurs, mais ces derniers sont tombés à plat un soir après avoir inscrit sept buts face aux Blue Jackets, à Columbus.
Les Sénateurs ont été 0-en-3 en avantage numérique et ils ont rarement défié Fleury lors des deux dernières périodes. Ils ont encaissé un premier revers à l'étranger en quatre sorties cette saison.
Les Penguins connaissaient leur pire début de saison de la dernière décennie, marquant seulement trois buts lors d'une séquence de 0-3 à la sortie des blocs.
L'entraîneur-chef Mike Johnston avait imploré les joueurs de tirer plus souvent en direction de filet adverse et pour au moins un match, le message a semblé passer.
Les Penguins ont envoyé un barrage de 16 tirs sur Anderson lors de la première période, sans toutefois percer la muraille.
Malkin a finalement brisé la glace après 23 secondes de jeu en deuxième période, déjouant Anderson d'un tir des poignets précis. Malkin n'avait pas touché la cible depuis le 6 mars dernier, lui qui avait terminé la dernière campagne sur une séquence de 15 matchs sans but, incluant les séries éliminatoires.
Quelques instants plus tard, Sprong a profité d'une remise de Matt Cullen dans l'enclave pour surprendre Anderson. Le choix de deuxième tour des Penguins en juin dernier est devenu le deuxième joueur natif des Pays-Bas à marquer un but dans la LNH.

Carey Price a une fois de plus été dominant face aux Rangers

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

Rangers 0 - Canadiens 3


Images of Francois Gagnon
Peut-être voulait-il endormir Carey Price à l’aube du premier duel Canadien-Rangers de la saison; peut-être voulait-il endormir ses propres démons qui viennent trop souvent le hanter quand il pose les patins sur la patinoire du Centre Bell.
Je ne sais pas.
Ce que je sais toutefois, c’est que 24 heures après avoir qualifié Carey Price de meilleur gardien de but au monde, Henrik Lundqvist a vu le gardien du Canadien lui donner raison.
Et comment!
Avec ses 25 arrêts, dont trois, cinq, sept méritent une place dans les arrêts de la semaine, peut-être du mois et qui sait de l’année, Price a signé son premier jeu blanc de la saison et sa quatrième victoire déjà. Une victoire qui permet au Canadien de mettre bout à bout cinq victoires de suite en lever de rideau d’une saison pour la toute première fois de son histoire. Je sais, c’est surprenant pour un club qui a dominé la LNH pendant tant d’années et qui a même connu une saison de huit revers seulement en 1976-1977, mais c’est comme ça.
Ovationné à tout rompre lorsqu’il a été le dernier – et non le moindre – joueur du Tricolore à brandir le flambeau initialement remis au nouveau capitaine Max Pacioretty par Guy Carbonneau, Carey Price a soulevé la foule à plusieurs reprises alors que ses adversaires des Rangers levaient la tête au ciel en guise de dépit. Et c’est porté par les habituels Carey! Carey! Carey! scandés par ses fans que Price a effectué sa première sortie de l’année à titre de première étoile avant d’accorder l’entrevue réservée au héros de la soirée à mon collègue Marc Denis après le match sur la glace du Centre Bell.
Éloges et fausse note
Dans le vestiaire des Rangers comme dans celui du Canadien bien sûr, les éloges fusaient à l’endroit de Price.
La seule note discordante est venue de la bouche de l’entraîneur-chef des Blueshirts. Visiblement insatisfait de la tenue de son équipe, Alain Vigneault était en complet désaccord avec tous ceux et celles qui louangeaient la performance de Price et qui qualifiaient la rencontre Rangers-Canadien de sensationnel duel de gardiens de but. «Il y a un gardien qui a été occupé ce soir, c’est le mien. Carey Price n’a pas eu grand-chose à faire», a lancé Vigneault qui a toutefois vanté le Canadien en insistant sur le fait qu’il venait d’offrir «toute une leçon de hockey à son club.»
Vigneault avait raison de dire que son gardien a été occupé. Il l’a même été davantage que Price puisque le Tricolore a obtenu 31 tirs et deux buts à ses dépens. Le troisième a été inscrit dans un filet désert. Le coach des Rangers avait sans doute également raison de vouloir fouetter ses joueurs.
Mais il a eu tort de minimiser le brio de Price et le brillant duel que les deux gardiens se sont livré. Car nous avons eu droit à tout un duel de gardiens. De fait, ça note discordante sonnait faux.
«Price a été excellent. Il nous a frustrés toute la soirée. C’est juste plate qu’on n’ait pas été en mesure d’offrir un but à notre gardien qui a été sensationnel aussi. Mais c’était tout un duel. Un duel opposant les deux meilleurs gardiens au monde», a reconnu le Québécois Derick Brassard dans le vestiaire des perdants.
Lundqvist solide
De fait, c’est Lundqvist qui a donné le coup d’envoi à ce duel. Il l’a fait en première en repoussant du bout du patin gauche un tir vif décoché à contre-courant par P.K. Subban. Lundqvist a aussi brillé en volant des buts à David Desharnais et Devante Smith-Pelly en sortant la mitaine de nulle part. «J’ai frappé la rondelle au vol, j’étais convaincu qu’elle était entrée», a reconnu un DSP encore ébahi par l’arrêt réalisé à ses dépens.
«Il est comme ça (Lundqvist) il triche un peu en t’offrant le côté de la mitaine et il te surprend ensuite. J’ai décoché un très bon tir. Il a capté la rondelle derrière lui… mais il l’a captée», racontait David Desharnais à l’autre bout du vestiaire.
Même s’il a été privé d’un but presque certain, Desharnais pouvait se consoler avec ses deux passes récoltées. Il aurait pu en obtenir une troisième si la passe parfaite dirigée vers Nathan Beaulieu à l’embouchure du but n’avait pas dévié sur le patin du défenseur. Car c’est dans une cage déserte que l’arrière venu appuyer l’attaque aurait marqué.
Il a fallu un jeu à moitié raté – un tir de Desharnais a touché au défenseur Ryan McDonagh avant que la rondelle ne se retrouve sur le bâton de Fleischmann qui a inscrit le premier but du match – pour déjouer Lundqvist une première fois.
En passant, c’était la cinquième fois de suite que le Canadien marquait le premier but en ce début de saison. Dale Weise l’a surpris avec un tir bas en fin de troisième. Pour le reste, Lundqvist a excellé lui aussi.
L’ennui pour les Rangers, leur gardien et leur coach, c’est que pour chaque arrêt effectué par Lundqvist – il s’est aussi imposé devant Brian Flynn en échappée, Max Pacioretty qui s’est présenté seul devant lui après avoir mystifié la défensive des Blueshirts et j’en passe et j’en oublie – Carey Price avait une réplique à offrir.
Frustrer Nash, frapper Kreider
Price s’est particulièrement illustré en tenant le fort pendant que son équipe se défendait à trois contre cinq en période médiane. Comme si cette situation n’était pas assez périlleuse, ce sont les défenseurs Andrei Markov et Alexei Emelin qui étaient au cachot durant ce désavantage de 1 min 42 s.
Mais avec un Price en aussi grande forme, le CH semblait évoluer à forces égales tant son gardien a muselé les Rangers. «On a obtenu quatre bonnes occasions pendant cet avantage numérique et on n’a pas marqué», a insisté Brassard.
Derek Stepan a été la principale victime de Price pendant ce trois contre cinq. Mais aussitôt Markov et Emelin sortis du cachot, Price a volé le redoutable Rick Nash en sortant la mitaine de nulle part.
«Le pire sur ce jeu, c’est qu’un mauvais bond de la rondelle m’a fait partiellement rater mon tir. Je n’enlève rien à l’arrêt qu’il a fait contre moi, même que je crois qu’il était peut-être plus difficile à effectuer, car la rondelle a suivi une bizarre de trajectoire. Comme une balle papillon au base-ball. Mais je crois que dans les échanges d’occasions de marquer, Montréal a obtenu les meilleures alors que nous sommes demeurés trop en périphérie. Cela dit, c’est plaisant de prendre part à une partie opposant deux gardiens en aussi bonne forme», a reconnu Nash après la partie.
«Je me suis fait jouer un tour sur un tir semblable contre Letang (Kristopher) à Pittsburgh. Ce soir, j’ai pu mieux suivre la rondelle», a expliqué Price en parlant de son arrêt aux dépens de Rick Nash.
En plus de voler la vedette avec des arrêts qui lui ont valu la première étoile, Price a fait plaisir à ses fans avec une mise en échec qui a envoyé Chris Kreider cul par-dessus à la droite de son filet. Kreider est le Ranger qui avait blessé Price au genou il y a deux ans en finale d’association Est avec une glissade accidentelle. «Je n’ai pas eu le temps de voir de qui il s’agissait», a tenté de faire croire Price – vous n’êtes d’ailleurs pas obligé de le croire – qui a imputé au fait qu’il ne soit pas un «petit bonhomme» la chute de Kreider lors de l’impact.
Si Price est demeuré humble dans sa petite vengeance à l’endroit de Kreider, son épouse Angela a volé la vedette sur la «twittosphère» en répondant «je pourrais passer la journée à regarder ça» à un gazouilli coiffant le fait saillant immortalisant la mise en échec assénée par Carey Price.
Un gazouilli qui complétait à merveille la soirée de travail de son mari.

Le Canadien s'incline 2-1 en prolongation

http://www.lapresse.ca/sports/hockey/ Publié le 21 mars 2017 à 22h35   |  Mis à jour le 22 mars 2017 à 07h36 Dans la défaite, Al Monto...