jeudi 18 février 2016

P.K. ne doit pas faire la même erreur que Jeremy Roenick

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

P.K. Subban
P.K. Subban (Source d'image:Getty)

Images of Denis Gauthier
Il n'y a pas nécessairement de conflit entre Michel Therrien et P.K. Subban. Les déclarations de l'entraîneur après la partie contre l'Avalanche mercredi étaient celles d'un homme qui tente de rendre son équipe et son joueur étoile meilleurs. Le hockey est un sport d'équipe et Therrien a tenu à le rappeler à son défenseur.
Depuis qu'il a commencé à jouer que P.K. entend ses entraîneurs lui dire que le hockey est un sport d'équipe et que personne n'est plus important que le logo sur le chandail. Il est un des joueurs les plus talentueux de cette ligue et il faut le laisser jouer, mais jusqu'à un certain point, car il n'y a personne qui gagne un championnat à lui seul dans ce sport.
Michel veut que P.K. entende son message parce que ce n'est pas la première fois que ce genre d'erreur se produit cette saison. Michel a toujours eu tendance à protéger ses joueurs, peu importe lequel, mais j'ai l'impression que cette fois, c'est la goutte qui a fait déborder le vase.
Loin de moi l'idée de vouloir enlever à P.K. les chances de créer et sa passion sur la glace, mais il doit apprendre à gérer le match en fonction de différents paramètres comme le pointage et le temps qu'il reste au tableau. Il faut lui laisser la place pour s'exprimer, mais dans le contexte du match au Colorado, ce n'était pas la chose à faire. Il aurait fallu qu'il soit plus conservateur et qu'il prenne moins de risques.
Ceci étant dit, P.K. a été responsable de la première d'une série d'erreurs qui ont mené au but gagnant. Le repli défensif lors de la relance a été chaotique et la couverture a été mauvaise. Ça veut dire que d'autres joueurs du Canadien auraient pu réparer l'erreur de Subban, mais ils dormaient dans leur zone. Tout le monde parle de P.K., mais les autres erreurs ne devraient pas passer inaperçues.
Maintenant, il appartient à P.K. à s'intégrer au concept d'équipe et de penser en fonction du club. Subban a une personnalité flamboyante, extravagante et il s'exprime beaucoup. Il faut s'assurer que tous les gars soient sur la même longueur d'onde parce que sinon, ça devient difficile pour un entraîneur. Michel Therrien n'est pas inscrit à un concours de popularité. Il est là pour gagner un championnat et son mandat est de rentrer tous ses joueurs, du plombier à la vedette, dans un concept d'équipe.
Dans l'histoire du hockey, il y a de très bons joueurs qui n'ont jamais pu gagner la coupe Stanley parce qu'ils étaient axés sur eux-mêmes. Jeremy Roenick n'a jamais gagné la coupe malgré qu'il était talentueux. C'était un joueur très centré sur lui-même et le concept d'équipe ne lui convenait pas. Ça lui a fait passer à côté d'opportunités. Il faut que P.K. évite de faire la même erreur que JR. Il doit continuer à développer son talent et à demeurer un joueur étoile, tout en s'intégrant au concept d'équipe.
Ce n'est pas toujours évident pour un entraîneur de diriger un joueur super vedette. Vous trouverez le meilleur exemple à Washington où Barry Trotz a été le premier à faire entrer Alex Ovechkin dans un concept d'équipe. Parfois, il s'agit d'une question de compatibilité et je ne cherche pas à dire que c'est le cas à Montréal. Michel et P.K. doivent trouver une façon de cohabiter et de marcher ensemble.
Michel protège ses joueurs, mais ça fait maintenant trois mois que son club encaisse les défaites. Lui aussi a atteint la limite de sa patience et je suis convaincu qu'à de nombreuses reprises, il s'est tourné la langue avant de répondre aux questions des journalistes. J'imagine que Michel ou l'un de ses adjoints ont passé du temps au vidéo avec P.K. pour lui parler de son jeu. Michel est peut-être rendu à une étape où il passe par un autre chemin pour faire passer son message.
On ne sait pas ce qui se passe dans le vestiaire du Canadien, mais dans un contexte perdant, un athlète qui prend beaucoup de place ne fait pas toujours l'unanimité dans son environnement comme dans n'importe quel milieu. Quand les choses vont bien, souvent les joueurs vont laisser passer les choses. Ils choisissent leurs batailles, mais quand l'atmosphère est à couper au couteau comme c'est le cas actuellement, certains joueurs deviennent subitement moins patients.
On ne veut pas changer Subban parce que c'est ce qui fait qu'il est talentueux, mais en même temps ses coéquipiers doivent sentir que tout le monde a le même but. Peut-être que les joueurs du Canadien ne le ressentent pas chez P.K.. Je ne le sais pas, mais il y a quelque chose qui n'est pas sain.
Encore 24 autres parties
À moins d'un changement dramatique, le Canadien ne participera pas aux séries et avec encore 24 parties à jouer au calendrier, ça va être long. Pour l'avoir déjà vécu, je sais que ça être difficile pour Michel d'avoir la constance de ses joueurs soir après soir. Une fois que tu sais que les séries ne sont plus à la portée, il y a des journées où ça tente moins à athlètes et ça devient difficile de rallier les 23 joueurs à une cause.
Dans les circonstances, chaque joueur doit trouver sa raison de se motiver. Certains joueurs vont jouer pour avoir plus de temps de glace, pour une place l'an prochain ou encore dans l'espoir de se faire échanger. Il n'est pas assuré que tous les joueurs auront une place dans une équipe l'an prochain. Quand on se retrouve dans une des cinq pires équipes de la ligue, il y a assurément des joueurs qui n'intéresseront plus d'autres formations et qui vont disparaître de la ligue. C'est la réalité chaque saison.
Quand l'équipe est éliminée d'une place en séries, le reste de la saison est très long. Dans ce cas-ci, il reste presque deux mois encore et sans but d'équipe, c'est difficile à gérer pour un entraîneur parce que les joueurs deviennent plus individualistes.
D'ici le 29 février
Je ne sais pas ce qui va se passer d'ici la date limite des transactions chez le Canadien. Je ne serais pas surpris d'assister à un ménage complet dans la prochaine semaine, comme je ne serais pas surpris d'assister au même ménage durant la saison morte.
On souhaite qu'il se passe quelque chose et je suis persuadé que dans le vestiaire aussi on souhaite qu'il se passe quelque chose. Certains veulent des changements pour améliorer le club à moyen terme alors que d'autres veulent passer à un autre club dans l'espoir de faire monter leur valeur sur le marché des joueurs autonomes l'été prochain.
Je pense que la chose à faire serait de se départir de ceux qui auront droit à l'autonomie. Ça ne donnerait rien au Canadien de les garder et les perdre pour rien. Si on peut aller chercher quelques choix au repêchage, on ne les aura pas perdus pour rien.
*propos recueillis par Robert Latendresse 

On peut blâmer Subban… Et d’autres aussi | Devra-t-on choisir entre Subban et le duo Pacioretty – Therrien? | Il faut congédier le coach

http://www.danslescoulisses.com/fr/

Image de l'auteur
Publié le 18 février 2016 à 09:03 par

Max "DLC" Truman

Bon matin!
Le CH a encore trouvé une façon de perdre…
Il a prouvé à tout le monde que le fond du baril n’avait pas encore été atteint…
On s’ennuie presque de Pierre Gauthier, tellement la saison 2015-16 est un mess/soap opera désastreux…
Le coach nous dit que le CH a perdu sensiblement à cause d’une seule chose (l’altitude l’erreur de P.K. Subban)…
C’est le jour de la marmotte, je vous le dis! Et la saison 2015-16 continue d’être une vraie joke!
J’imagine que peu de gens croient que cette défaite là doit être portée par Marc Bergevin lui seul. #ItsOnMe
Reste que le CH a perdu d’une drôle de façon, hier soir. Comme quoi il a plus d’un n’a plus de tour dans son sac, le coach. Le Canadien a dominé au chapitre des tirs au but et il est parvenu à rester dans le match (à le contrôler même, pendant une long moment), même si Ben Scrivens avait davantage l’air d’un danseur de break dance que d’un gardien de but de la LNH. Scrivens me rappelle le meilleur pire de Hasek et Thomas…
L’équipe a bénéficié de la clémence des arbitres (but refusé à Jarome Iginla). Elle a vu le duo Eller – Paciorettyfaire ce que le duo Desharnais – Pacioretty ne faisait pas, c’est-à-dire marquer.
Mais elle a fini par perdre la rencontre quand même. Et ce, au grand plaisir de plusieurs de ses partisans. Je n’avais pas à me forcer, hier, je prenais vraiment pour l’Avalanche. Les séries sont hors de portée, aussi bien remporter le derby Auston Matthews (Laine – Paljujarvi).
Mais bon… Peut-on vraiment blâmer SEULEMENT P.K. Subban, sur le but gagnant? Je veux bien croire qu’il a perdu la rondelle… Mais la perdre en territoire offensif alors que tu essaies quelque chose (d’individuel, je dois l’admettre), c’est si dommageable que ça? Je veux dire… Où était Pacioretty pour couvrir son homme devant le filet? Quelques fractions de secondes après le revirements de P.K., le repli défensif de Tricolore semblait tout à faire normal.
CbeMt-IXEAAIINj
On a donc réussi assez facilement à se replier, après l’erreur de P.K Subban… Mais on a mal joué dans notre zone ensuite. C’est un fait.
Oui, P.K. Subban peut être pointé du doigt ce matin. Et il devra un jour ou l’autre se regarder dans le miroir (et je ne parle pas du miroir qui te dit que tu es la plus belle/le plus beau).
Mais Subban n’est pas le seul responsable de la défaite d’hier. Marc Bergevin a-t-il inculqué la manie de ne blâmer qu’une seule personne pour un déboire collectif ou quoi??
Qui était le joueur que tu couvrais donc, Max? Grigo? Iginla? Peu importe… Tu le couvrais mal.
pacio
Le hockey est un sport d’équipe et autant on célèbre en équipe, on doit aussi perdre et faire face à la critique en équipe. Si on accepte d’être louangé, il faut aussi accepté d’être critiqué. Ça va de soi. Mais autant les victoires ne sont pas le résultat d’un seul homme (quoique Price pourrait faire tomber ce fait-là la saison prochaine), les défaites ne peuvent être attribuées à un seul joueur.
Il était où le capitaine des Habs, après la rencontre? J’imagine qu’il était trop fâché contre lui-même P.K…
La relation difficile entre P.K. Subban et plusieurs de ses coéquipiers (notamment le capitaine) mènera l’équipe où?
Michel Therrien a-t-il choisi le bon moment pour passer un message à P.K. Subban?
Power play… Fin de rencontre… En retard par un but… Et tu laisses ton meilleur défenseur sur le banc. Michel? Je veux bien croire qu’il a fait une erreur, mais pourquoi ne pas lui donner une chance de se reprendre? C’est ce que tu faisais avant, non? Pourquoi prioriser maintenant la punition individuelle et non l’objectif collectif, la victoire? Parce que les séries sont désormais hors de portée?
Mais bon… Faudrait surtout pas second guesser le coach, tsé!
Toute cette campagne de salissage et de chialage sur P.K. Subban uniquement me donne des maux de coeur, ce matin. Il est le meilleur joueur du CH depuis le début de la saison. Le réalisez-vous? Il se présente à chaque soir, lui. Au pire, que Michel règle ses trucs avec P.K. en privé. Là, il est en train de monter une guerre Subban vs Therrien, dans les médias et la population. Et il me semble que l’on sait tous qui va remporter cette guerre-là. Du moins, on espère que Marc n’est pas assez (insérez l’adjectif de votre choix) pour prioriser Therrien over Subban. Des Subban, il n’y en a vraiment pas beaucoup dans la LNH. Des Therrien? Je vous laisse répondre…
Des fans du Canadien qui le sont d’abord et avant tout à cause de P.K. Subban? Il y en a plein! Des gens qui achètent des billets pour aller voir P.K. Subban? Aussi! Mais des fans de Michel Therrien qui se procurent des billets pour le voir coacher? Je n’en connais pas…
Hier, Subban a été le 3e défenseur le plus utilisé seulement (derrière Gilbert et Markov). Presque le 4e (Beaulieu). En Arizona et à Buffalo, il n’a joué que 23 minutes, lui qui est habitué à en passer de 26 à 30 par rencontre sur la patinoire. Si c’est ça la nouvelle solution de Michel Therrien, je décroche…
Et à l’attaque, qui a été le joueur le plus utilisé à 5 contre 5? Oui, oui… Jacob de la Rose.
Je n’y vois que 3 explications possibles : La direction est en mode observation/évaluation en vue de la saison prochaine. Gilbert et de la Rose sont dans la vitrine (car oui, on peut se permettre de mettre des gars dans la vitrine quand on est vendeur et que les séries sont désormais impossibles). Ou le coach a décidé de punir certains vétérans (trop tard dans la saison, si vous voulez mon avis).
Et pourquoi pas un peu des 3? Pourvu que Gilbert soit davantage dans la vitrine qu’évalué en vue de la saison prochaine, lui! #NoDoubt
Quoi d’autre?
Dale Weise ne finit plus ses checks. Il a clairement la tête ailleurs déjà…
Sven Andrighetto continue de créer des choses lorsqu’il est sur la patinoire.
Lucas Lessio, avec sa vitesse et sa fougue, m’a beaucoup impressionné. Donnons-lui une chance de se faire valoir, d’ici la fin de la saison. J’ai comme l’impression qu’on ne s’ennuiera jamais de Christian Thomas à Montréal. On exclut la personne qui parle Nathan Beaulieu…
Lars Eller n’a pas connu un mauvais match. Loin de là. Pourrait-il maintenir la cadence sur une longue période cependant? Pas certain… #1erCentre? #1erPowerPlay?
Le Canadien est arrivé à Montréal en plein milieu de la nuit, soit vers 3:45 AM. Ajoutez à ça les douanes, les bagages, l’autobus et l’auto et soyez certains que plusieurs joueurs dorment encore, aujourd’hui. Il était trop tard pour commencer le party pour Galchenyuk, Smith-Pelly et Beaulieu…
Oubliez donc l’entraînement, aujourd’hui…
Selon le site officiel Complexe Bell, des joueurs pourraient patiner entre 13:30 et 15:30. S’il y en a, ce sera Price, Petry et 1 ou 2 spares, that’s it.
De toute façon, les entraînements (réguliers, optionnels, punitifs ou autres) ne changent rien!
MISE À JOUR – Le Canadien a officiellement annoncé que l’entraînement avait été annulé.
Avant d’entamer ce voyage de 3 matchs, certains qui croyaient encore aux séries osaient parler de voyage crucial. Le CH n’aura pas remporté un seul point en 3 rencontres…
Mais bon. Semble-t-il que ce n’est pas la faute du coach, selon son boss. Semble-t-il que Michel Therrien fait toujours partie de la solution, selon Marc Bergevin.
J’ose espérer que la direction du Canadien a un plan en tête. Qu’elle le congédiera durant l’entre-saison parce qu’en ce moment précis, elle n’a personne pour le remplacer et veut éviter d’envoyer un 2e Randy Cunneyworth sur le bûcher.
Si jamais Therrien est encore là en septembre, ce sera très dangereux pour la suite des choses. Si le CH connaît de grosses difficultés en octobre ou en novembre, on pointera tous du doigts Marc Bergevin pour son immobilisme (encore). Et si la pression devient tellement forte qu’il doit alors congédier son ami, plusieurs bons candidats durant l’été ne seront plus disponibles, en cours de saison. Et on sera peut-être pris avec Sylvain Lefebvre, un coach qui n’a même pas réussi à amener les IceCaps en séries durant 4 saisons…
La dernière fois où Therrien a pointé du doigt un leader, après un match, ça l’a mené a sa perte (à Pittsburgh). On sent que le fumant Therrien est à 2 doigts d’exploser. Veux-tu vraiment voir/vivre ça, Marc?
Je suis pas mal certain que si le Journal de Montréal procédait à un nouveau sondage, la population serait pas mal moins derrière Michel Therrien que l’autre fois…
Les joueurs du Canadien sauteront donc sur la patinoire du Complexe Bell demain matin, vers 10:30. Morning skate en vue du match face aux Flyers, en soirée…
Y aura-t-il salle comble au Centre Bell? Comment se comporteront les partisans?
Je continuerai de prendre pour les Flyers, moi. Go Flyers Go! Go Ryan White Go! #Tanking
Ce sera un autre match de moins 4 points!
Ça devrait bien aller. La Sainte Flanelle a souvent le don de mal rebondir à domicile, après un voyage à l’étranger.
Ailleurs chez le Canadien
– Pendant ce temps, Marc Bergevin se laisse pousser la barbe de séries grizzly.
lire la suite

Au-delà la gaffe de P.K. Subban

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

Canadiens 2 - Avalanche 3


Images of Francois Gagnon
Parce que le score était 2-2, parce qu’il ne restait que 150 secondes à jouer en troisième période et que son équipe avait cruellement besoin d’au moins un point avant de quitter Denver, P.K. Subban devait adopter une stratégie bien plus simple.
Il devait envoyer la rondelle dans le fond du territoire de l’Avalanche. C’est évident. Vrai qu’une telle stratégie aurait miné les chances de marquer du Canadien. Mais elle aurait maximisé ses chances de propulser la rencontre en prolongation et d’ainsi sauver un point.
Un défenseur ordinaire aurait joué le livre. Il aurait joué de prudence.
Mais voilà! P.K. n’est pas un joueur ordinaire. Il a plus de talent que la somme du talent de tous ses coéquipiers défenseurs chez le Canadien. Parce qu’il a ce talent, parce qu’il sait qu’il peut réaliser des jeux que d’autres osent à peine imaginer, P.K. a pris un risque. Et si ce risque avait conduit au but gagnant, Subban aurait été porté en triomphe par les fans du Canadien, à défaut de l’être par ses coéquipiers, ou du moins quelques-uns, qui commencent à en avoir plein le bas du dos avec ses coups d’éclat. Qu’ils soient positifs ou non...
Mais voilà! Le risque n’a pas payé. Au contraire. Surpris par Mikhail Grigorenko qui lui a fait perdre la rondelle en jouant habilement du bâton contre lui – Subban a convenu qu’il n’y avait pas matière à pénalité sur le jeu – P.K. a perdu la rondelle et quelques secondes plus tard, il a perdu l’équilibre.
Pendant que Subban glissait sur le derrière vers la bande, Grigorenko a amorcé une contre-attaque. Et oui, à l’autre bout, Jarome Iginla a marqué et l’Avalanche a pris les devants 3-2. Juste comme ça, le Canadien qui avait beaucoup mieux joué que l’Avalanche, le Canadien qui méritait les deux points bien davantage que le club de Patrick Roy, s’est retrouvé avec une défaite en temps réglementaire. Une autre. Une troisième de suite depuis le début du voyage amorcé à Buffalo et qui s’est poursuivi en Arizona.
Une 11e (4-10-1) lors des 15 dernières parties.
Une 24e (8-23-1) lors des 32 derniers matchs.
P.K. a gaffé sur le jeu. C’est clair. Michel Therrien a parlé d’un jeu individualiste quand on lui a demandé de commenter la bévue de Subban sur le but gagnant. « Pour gagner, on doit jouer en équipe », a ajouté l’entraîneur-chef du Canadien.
« Une erreur nous coûte le but gagnant... encore une fois », a ajouté Lars Eller.
Subban a assumé sa part de responsabilité. Il a toutefois imputé la perte de la rondelle au fait qu’il avait perdu l’équilibre en raison d’une lame de patin capricieuse. Ce qui n’est pas tout à fait vrai, car la séquence démontre clairement qu’il est tombé quelques secondes après l’intervention de Grigorenko.
Confiné au banc
Oui P.K. est le grand responsable du but qui a guidé le Canadien vers cette 27e défaite de l’année. Mais il n’est pas le seul coupable. Max Pacioretty a complètement loupé sa couverture défensive en oubliant Iginla devant Ben Scrivens. Les autres joueurs du Tricolore ont aussi semblé débordés.
Condamné par plusieurs, défendu par d’autres, P.K. Subban était, deux longues heures après la défaite, le nom le plus populaire, et de loin, sur les réseaux sociaux à Montréal, au Québec, au Canada.
Mérite-t-il les blâmes associés à sa décision de prendre un grand risque qui a coûté très cher?
Bien sûr!
Et c’est pour cette raison que l’entraîneur-chef Michel Therrien l’a confiné au banc après ce but. Il l’a même gardé loin de l’action après que Ben Scrivens eut été remplacé par un sixième patineur.
Je comprends que Michel Therrien était en « Simonac! » après son défenseur étoile. Je le comprends très bien. Je comprends aussi qu’il a décidé de profiter de cette occasion pour sévir contre lui. Je respecte même cette décision. Mais en même temps, est-ce que le Canadien avait plus de chance de faire oublier cette gaffe de P.K. avec Subban sur la glace ou confiné au banc?
P.K. aurait pu lui-même racheter cette erreur. On en conviendra tous. D’où ma surprise de le voir confiné au banc. Mais en même temps, peut-on vraiment en vouloir au coach d’avoir perdu patience?
Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses à ces questions. Du moins, c’est mon avis.
L’effort était là
Au-delà la gaffe de P.K., le Canadien a été bien meilleur mercredi à Denver qu’il ne l’avait été lundi en Arizona. On conviendra tous qu’il était impossible d’être plus mauvais que lundi.
Pour Michel Therrien cette sortie réussie lui offre un brin de répit. Car si ses joueurs s’étaient écrasés deux matchs de suite comme ils l’ont fait en Arizona, il est clair que le directeur Marc Bergevin aurait dû commencer à mettre en doute la garantie offerte à son coach d’au moins compléter l’année.
Muté entre Max Pacioretty et Sven Andrighetto, Lars Eller a connu un bon match. Peut-être être meilleur au sein de ce trio que David Desharnais qui s’est blessé au pied lors du match contre les Coyotes? Peut-il générer plus d’attaque? Peut-il sortir Max Pacioretty de sa torpeur?
Eller a marqué. C’est ça de gagné. Mais il faudra quelques matchs – et je parle ici d’au moins cinq à dix – avant d’avoir une bonne idée.
Mais si je suis bien heureux pour Eller d’obtenir pareille occasion – je ne crois pas qu’il ait les aptitudes offensives pour relever ce défi à long terme, mais peut-être me fera-t-il mentir – je ne comprends pas que Galchenyuk ait été gardé à l’aile malgré la perte de Desharnais.
Cette décision me laisse croire que le Canadien a pris sa décision dans le dossier Galchenyuk et que c’est à l’aile et non au centre qu’il poursuivra sa carrière à Montréal.
Outre le trio d’Eller, les trois autres ont bien joué. Ou relativement bien joué. Jacob De La Rose s’est bien comporté. J’ai bien aimé une fois encore l’implication et la rapidité de Lucas Lessio.
Mais on va s’entendre pour dire qu’au-delà les performances honnêtes des joueurs du Canadien mercredi à Denver, on est en droit de s’attendre à beaucoup plus des leaders de l’équipe pour redevenir un club gagnant. Un club des séries.
Les duos de défenseurs ont bien fait eux aussi. Il est surprenant toutefois de voir que Markov (24:48) et Gilbert (24:42) ont joué davantage que P.K. Subban (22:19) qui a à peine devancé Nathan Beaulieu (22:01).
Ben Scrivens? Il a été fidèle à lui-même alors qu’il s’est retrouvé tantôt sur le derrière, tantôt très loin de son but en raison de déplacements approximatifs et d’une technique disons pas très orthodoxe. Aussi brouillon soit-il devant sa cage, Scrivens n’a pas coûté le match au Canadien. Mais il ne l’a pas volé non plus...
Contre un club qui a aussi mal joué que l’Avalanche l’a fait mercredi au Pepsi Center et surtout derrière une équipe qui lui a donné une bonne performance, Scrivens se devait d’être meilleur qu’il ne l’a été.
Cela dit, il est permis de se demander s’il peut vraiment être meilleur.
Si on considère qu’il faudra 95 points pour atteindre les séries, le Canadien devra récolter 37 points sur les 48 encore disponibles. Ça veut dire que le Tricolore ne peut se permettre de perdre six fois en temps réglementaire lors de ses 24 dernières parties.
C’est encore possible, mais vous pouvez ajouter mon nom à la liste déjà longue de ceux qui ne croient plus aux séries et qui se sont tournés vers la loterie Auston Matthews.

Le Canadien s'incline 2-1 en prolongation

http://www.lapresse.ca/sports/hockey/ Publié le 21 mars 2017 à 22h35   |  Mis à jour le 22 mars 2017 à 07h36 Dans la défaite, Al Monto...