samedi 5 septembre 2015

Une équipe au visage nébuleux | Les Wings respectent une entente verbale

http://www.danslescoulisses.com/fr/

Publié le 4 septembre 2015 à 19:36 par

Nicolas Cloutier

On a tendance à associer la meilleure ligne de centre du circuit à la meilleure équipe. Puisque le centre est la position la plus névralgique – suivie dans l’ordre par celle de gardien de but et de défenseur –, cela devrait aller de pair.
Ou devrait-il?
Une subtilité qui a échappé à plusieurs durant les conquêtes de la Coupe Stanley des Blackhawks est l’absence d’un légitime pivot numéro deux pour épauler Patrick Kane. Les Hawks, comme les autres équipes d’élite, pouvaient certes compter sur l’un des premiers centres les plus farouches en Jonathan Toews. Mais leur profondeur dans le corridor central ne rivalisait pas avec celle des Penguins (Crosby-Malkin), des Kings (Kopitar-Carter), des Ducks (Getzlaf-Kesler) et du Lightning (Stamkos-Johnson).
Au final, les Penguins ont subi une autre élimination hâtive en séries, cette fois en raison des blessures. Les Kings ont été écartés du tournoi printanier. Les Ducks et le Lightning ont plié l’échine devant les champions, qui déployaient un duo Toews-Richards.
Si les Blackhawks ont misé, malgré ces circonstances, sur une attaque dévastatrice, c’est grâce à l’apport d’un génie créatif à l’aile du nom de Patrick Kane. Et dans tout ça, il ne faut pas oublier le travail de moine accompli par Marian Hossa et Brandon Saad dans les trois zones.
Le hockey a changé. L’époque où on flanquait Gretzky de matamores est révolue. Les ailiers doivent composer avec des responsabilités accrues dans la zone défensive et ils peuvent tout autant dicter le jeu à l’autre extrémité de la patinoire que leur joueur de centre. Jouer à l’aile n’empêche pas d’être le chef d’orchestre. Il n’est plus nécessairement question d’occuper un rôle secondaire se voulant plus simplet.
En 2015-2016, les Blackhawks pourraient voir la donne changer. Ils pourraient commencer la saison enfin munis d’un centre numéro deux digne de ce nom, mais dépourvus de leur meilleur ailier.
Patrick Kane fait face à une accusation d’agression sexuelle et, bien que nous ignorons les détails de cette sombre histoire, il ne s’agirait pas de sa première gaffe à l’extérieur de la glace. Le pivot Artem Anisimov, de son côté, s’inscrit dans les acquisitions notables du directeur général Stan Bowman durant la saison morte.
Dennis Wierzbicki, USA TODAY Sports
Dennis Wierzbicki, USA TODAY Sports
Pour certains, donner le titre de légitime centre numéro deux à Anisimov est tiré par les cheveux. Le russe n’a pas fourni les résultats pour hériter de ce statut, mais son talent, qui tarde à se matérialiser, a de bonnes chances d’éclore dans la ville des vents, qui a vu plusieurs talents bruts s’épanouir.
Au cours de l’été, Bowman a remplacé Antoine Vermette, Brandon Saad et Patrick Sharp par Artem Anisimov, Marko Dano et Artemi Panarin. Les dénominateurs communs dans ces acquisitions? Des joueurs avec un niveau d’habiletés très élevé, affectionnant un style de contrôle de rondelle. À preuve, Panarin portait fièrement le surnom de « Patrick Kane des Russes » dans son coin de pays et Marko Dano a fait tourner des têtes en fin de saison à Columbus, montrant son éventail de feintes à un contre un.
Les Blackhawks tableront également sur la progression du prodige finlandais Teuvo Teravainen, qui est agile comme un chat avec le disque aux pieds.
Cette équipe a dû se séparer de deux pièces importantes à ses succès en Saad et Sharp, mais son potentiel n’en demeure pas moins intéressant. Particulièrement si Patrick Kane sort d’eaux troubles pour apprécier la présence d’un centre de talent en sa compagnie.
Les Red Wings respectent une entente verbale
Intéressante tournure de situation à Detroit, alors que Ken Holland a été contraint, par principes et lois non-écrites, de respecter une entente verbale consentie à Dan Cleary. Celle-ci stipulait que Cleary devait rester dans le giron de l’équipe en 2015-2016. Cette compensation lui a été allouée alors qu’il menaçait de signer avec les Flyers et Holland n’avait pratiquement plus d’espace sous le plafond salarial. Ironiquement, c’est Babcock qui tenait précieusement à ses services et qui a forcé la main de son directeur général…
Le vétéran ne devrait pas faire l’équipe au terme du camp d’entrainement. Il serait alors renvoyé dans les mineures, permettant aux Wings de réaliser une économie de 925 000$ sur la masse salariale. Son cap-hit se limiterait donc à 25 000$.
En rafale– Mathieu Dandenault sera immortalisé au Palais des sports de Sherbrooke. LIEN
– Chris Drury développera le talent des jeunes Rangers de New York: LIEN
– Lee Stempniak a été aperçu avec des gants des Islanders de New York lorsqu’il patinait au complexe d’entrainement des Bruins, cet après-midi.
– Frank Grenier est de retour pour vous faire rire! LIEN
– Pour les intéressés: LIEN
– Eugénie Bouchard avance en huitième de finale du US Open! Il s’agit de sa troisième victoire de suite. Les conseils de Jimmy Connors lui font du bien… LIEN
Pendant ce temps, Charlotte Robillard-Millette atteint la finale du tournoi de Repentigny. LIEN
– Tim Tebow est de retour dans la NFL! LIEN
Mais il devra se contenter d’un rôle de 3e quart-arrière… #ManqueDeVision
– Roger Goodell pourrait perdre de son pouvoir! LIEN
– Wow! Gros match en perspective!
À mon sens, ce sera le véritable baptême de Drogba. Avec Piatti pour s’exprimer, le résultat promet d’être intéressant!
– Est-ce vraiment un problème pour les Sénateurs? Chris Philips n’est plus de calibre pour la LNH.
Mais on lui souhaite que cette blessure ne persiste pas durant son après-carrière! #CôtéHumain

À travers la LNH

http://www.rds.ca/hockey/lnh/

Andrei Vasilevskiy
Andrei Vasilevskiy (Source d'image: Getty )

 TAMPA, Fla. - Le jeune gardien du Lightning de Tampa Bay Andrei Vasilevskiy a été opéré avec succès, jeudi, afin de retirer un caillot de sang près de son épaule gauche et de traiter un type de syndrôme du défilé thoracobrachial, a annoncé le vice-président et directeur général de l'équipe, Steve Yzerman.
La chirurgie a été pratiquée par le docteur Karl Illig, directeur des opérations vasculaires à l'Hôpital général de Tampa. Vasilevskiy doit récupérer complètement et il devrairt être de retour sur la glace dans un délai de deux à trois mois.
Vasilevskiy, âgé de 21 ans, a disputé 16 matchs pour le Lightning en 2014-15, conservant une fiche de 7-5-1 avec un taux d'efficacité tirs-arrêts de 91,8 pour cent et une moyenne de buts accordés par match de 2,36. Il a également pris part à quatre matchs en séries éliminatoires. 
Drury se trouve du boulot
L'ancien capitaine des Rangers de New York est le nouveau directeur du développement des joueurs de l'équipe.
Le directeur général Jeff Gorton a indiqué, vendredi, que Drury va oeuvrer au sein du secteur des opérations hockey de l'équipe et du club-école de Hartford. Il va aussi apporter sa contribution au groupe de recruteurs amateurs.
Drury, âgé de 39 ans, a passé 12 saisons dans la LNH. Il a joué pendant quatre saisons chez les Rangers, agissant comme capitaine pendant trois d'entre elles.
Il a également porté les couleurs de l'Avalanche du Colorado, des Flames de Calgary et des Sabres de Buffalo. Il a totalisé 615 points (255 buts) et remporté la Coupe Stanley avec l'Avalanche en 2001.
Cleary de retour a Detroit
Les Red Wings de Detroit ont réengagé le vétéran attaquant Daniel Cleary au salaire de 950 000$ US en vue de la prochaine saison.
Natif de Carbonear, à Terre-Neuve, Cleary a pris part à 17 matchs des Red Wings en 2014-15, amassant deux points (1-1)et six minutes de pénalités.
Âgé de 36 ans, il totalise 265 points (124-141) en 609 rencontres avec l'équipe depuis 2005-06. Il a participé à 111 matchs en séries, récoltant 49 points (23-26). Il a contribué à la 11e conquête de la Coupe Stanley des Red Wings en 2008.
Choix de premier tour des Blackhawks de Chicago (13e au total) en 1997, Cleary a livré 938 rencontres dans la LNH et il a 387 points à son dossier (165-222).

Un retour aux sources pour Marco Scandella

http://www.rds.ca/hockey/lnh/

De la visite d'un ancien


Les jeunes de l'école Royal Vale, dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce, ont reçu vendredi la visite d'un ancien élève bien spécial.
Marco Scandella, le défenseur du Wild, effectuait un retour aux sources pour promouvoir un programme de hockey.
C’est sous les applaudissements nourris des enfants que Marco Scandella a effectué un retour à l'école où il a passé une partie de sa jeunesse. Pendant plusieurs minutes, Scandella a parlé avec les élèves de son parcours qui l'a mené de Royal Vale à la Ligue nationale.
« J'ai vécu beaucoup de beaux moments ici. Il y a beaucoup de personnes qui ont eu une influence dans ma vie. Je trouve que c'est comme ma famille et je suis vraiment excité d'être ici. »
Scandella retrouvera bientôt son autre famille, celle du Wild. Le Montréalais de 25 ans a connu une véritable éclosion l'an dernier, avec 23 points en 64 matchs. Ses efforts sur la patinoire lui ont d'ailleurs valu une prolongation de contrat de cinq ans et 20 millions de dollars qui entrera en vigueur cette saison.
« Je fais beaucoup de progrès chaque année. Il y a toujours de la pression. Je suis content d'avoir un contrat de cinq ans, mais je vais travailler très fort. Je veux m'améliorer cette année. »
Le Wild n'a pas été très actif cet été, mais il a mis sous contrat un élément clé dans les succès de l'équipe, Devan Dubnyk.
« C'est une division très difficile. On a une très bonne équipe, on est jeune. Ça fait trois ans qu'on est ensemble. On a signé Dubnyk pour six ans. On a un très bon gardien pour longtemps. On est confiant qu'avec ce noyau, on va avoir du succès. »
Marco Scandella retournera au Minnesota lundi pour se préparer en vue du camp d'entraînement qui commencera le 17 septembre.

Québec et Las Vegas ont déposé leur plan financier

http://www.rds.ca/hockey/lnh/

La prochaine étape d'expansion


C’était aujourd’hui la date butoir pour que les villes de Québec et de Las Vegas déposent leur montage financier en vue d’une possible expansion dans la LNH.
Après le dépôt de la candidature et la présentation du modèle d’affaires, la phase 3 sert à faire la preuve que les candidats ont réellement le financement nécessaire pour faire vivre le projet, c’est-à-dire notamment la présence de partenaires et d’investisseurs sérieux. La LNH va se servir des informations recueillies pour en vérifier la véracité et la solidité en contactant les individus impliqués.
Cette fois, la LNH peut prendre autant de temps qu’il lui en faudra pour analyser les dossiers de chacun.
« À partir de maintenant, la balle est dans le camp de la Ligue nationale de hockey, explique Ray Lalonde. Ils vont prendre le temps qu’il faut pour étudier le dossier Vegas et le dossier Québec, et à la fois parler au bureau des gouverneurs et décider si effectivement ils sont en faveur de l’expansion immédiate, basé sur ces deux franchises. »
Dans le Globe and Mail vendredi, on évoque la possibilité de voir la brasserie Anheuser-Busch comme partenaire de Québecor. Celle-ci possède Labatt Brewing Co., compétiteur de Molson Coors, et Labatt a signé une entente avec le groupe Québecor pour devenir le fournisseur officiel du Centre Vidéotron. C’est à se demander si on va assister à une nouvelle guerre de brasseries comme dans les années 90, entre Molson et O'Keefe.
« C’est possible. Il faut retourner dans l’histoire un peu pour comprendre qu’Anheuser-Busch, via Bud Light, était la bière officielle de La ligue nationale de 1998 à 2011. En 2011, MillerCoors, propriétaire de Molson, a pris la relève et est devenue la bière officielle. MillerCoors brasse aussi la bière Coors Light qui a des droits aux États-Unis et au Canada. La Molson Canadian est la bière officielle de la ligue, avec un contrat de sept ans et 400 millions $. Bud Light ou Budweiser, via Anheuser-Busch, cherche une façon de réintégrer le giron. Les droits de servir et de vendre de la bière à l’intérieur d’un amphithéâtre est réalisable, mais ils n’ont pas le droit de faire de la promotion avec la marque d’une équipe éventuelle à Québec. »
Une situation quelque peu hasardeuse touche le dollar canadien, qui continue de chuter constamment. Est-ce que la Ligue nationale pourrait hésiter à donner une concession à Québec à cause de la faiblesse du huard? M. Lalonde ne croit cependant pas qu’il est temps de reculer après tous les investissements réalisés dans le projet.
« Je ne crois pas qu’au stade où on en est, quelqu’un va se désister à cause du fait que le dollar continue de chuter. Cependant, pour Vegas le chiffre de 500 millions $ (prix de base exigé pour l'acquisition d'une franchise) est solide, alors que pour les gens au Canada, ils trouvent que ça coûte de plus en plus cher au jour le jour. C’est dommage que le dollar affecte les chiffres aujourd’hui, mais je ne pense pas que ça va les décourager. »

Eugenie Bouchard bat Dominika Cibulkova et passe au quatrième tour

http://www.rds.ca/tennis/

Eugenie Bouchard 

NEW YORK - Eugenie Bouchard a poursuivi son beau parcours aux Internationaux des États-Unis, passant au quatrième tour de la compétiton grâce à une victoire de 7-6 (9), 4-6, 6-3 chèrement acquise aux dépens de la Slovaque Dominika Cibulkova après deux heures 47 minutes de durs labeurs.
Après s'être fait briser d'entrée de jeu au troisième set, Bouchard s'est rapidement ressaisie pour remporter les quatre jeux suivants et se forger une confortable avance de 4-1, avant de faire 5-2 sur son jeu de service suivant. Elle a confirmé sa victoire sur sa deuxième balle de match, quand Cibulkova a été incapable de retourner du revers son service.
Bouchard, 25e tête de série, a sauvé cinq balles de manche au premier set avant de l'emporter 11-9 dans un bris d'égalité qui a offert plusieurs beaux échanges. CIbulkova a toutefois forcé la tenue d'une manche ultime en inscrivant deux bris de service contre un au deuxième set.
« Je ne sens plus aucune partie de mon corps présentement, a dit celle qui occupe également le 25e rang mondial. C'est une compétitrice qui est très difficile à battre. Cette victoire est énorme au niveau de la confiance. »
C'est le service de Bouchard qui lui a permis de se détacher de la 50e raquette mondiale dans ce duel. La Montréalaise a réussi six as contre aucun pour son adversaire, qui aussi commis cinq doubles fautes contre seulement trois pour Bouchard.
La Québécoise a également été plus efficace en premier service, remportant 73 pour cent des échanges sur ses premières balles contre 63 pour Cibulkova. Les deux joueuses ont réussi quatre bris, mais Bouchard a frappé 39 coups gagnants pour 29 fautes directes, contre 37 coups gagnants pour 45 erreurs non provoquées commises par Cibulkova.
Bouchard fera face en huitièmes de finale à l'Italienne Roberta Vinci, tombeuse de la Colombienne Mariana Duque-Marino 6-1, 5-7, 6-2.
Victoire en double
En double mixte, Bouchard et son partenaire Nick Kyrgios ont défait le duo formé d'Elina Svitolina et Artem Sitak par des comptes de 5-7 et 6-3 (10 - 3).
Au prochain tour, Bouchard et Kyrgios seront confrontés à Martina Hingis et Leander Paes.

Le Canadien s'incline 2-1 en prolongation

http://www.lapresse.ca/sports/hockey/ Publié le 21 mars 2017 à 22h35   |  Mis à jour le 22 mars 2017 à 07h36 Dans la défaite, Al Monto...