mardi 2 février 2016

L'histoire de Scott déteint sur les IceCaps

http://www.985sports.ca/hockey/

Publié par La Presse Canadienne le lundi 01 février 2016 à 18h30. Modifié par Léandre Drolet à 20h37.
L'histoire de Scott déteint sur les IceCaps
John Scott était rayonnant au Match des étoiles./AP
TORONTO - L'aventure de John Scott a donné une visibilité inattendue aux IceCaps de St. John's.
Le club-école du Canadien de Montréal dans la Ligue américaine de hockey s'est retrouvé sous les projecteurs sur les réseaux sociaux et a dû répondre à plusieurs demandes d'entrevues à la suite de la participation remarquée du dur à cuire au match des étoiles de la LNH.

«C'est assez fou. Je pense pouvoir dire que c'est du jamais vu en terme de visibilité pour notre équipe», a dit le directeur des communications des IceCaps, David Salter.

Il croit que l'attention générée par Scott a permis de projeter les IceCaps, et la ville de St. John's, à Terre-Neuve-et-Labrador, sous les feux de la rampe.

Salter dit qu'il s'attendait à une tempête quand Scott, qui a été élu capitaine d'une des formations d'étoiles par les partisans, a été échangé au Canadien par les Coyotes de l'Arizona à la mi-janvier et immédiatement rétrogradé aux IceCaps.
Comme plusieurs, il se demandait si la LNH tentait simplement d'empêcher celui qui a inscrit seulement cinq buts en 285 matchs dans la LNH de participer à la classique annuelle.

«C'était une histoire intéressante, peu importe ce qui allait se produire», a rappelé Salter.

Scott a finalement inscrit deux buts pour aider son équipe à remporter le match des étoiles et il a été nommé joueur par excellence.

Salter a indiqué que les demandes pour des chandails de Scott étaient à la hausse et que même le géant américain ESPN avait fait une demande d'entrevue.

Scott a disputé seulement deux matchs à domicile avec les IceCaps jusqu'ici, mais Salter soutient que les partisans ont hâte de le revoir.

L'assistance pourrait donc être à la hausse pour les IceCaps, qui se classent au 11e rang dans la Ligue américaine avec une moyenne de près de 6000 spectateurs par match.

«Les gens l'ont rapidement adopté ici», a dit Salter.

Le week-end de Scott à Nashville pour le Match des étoiles pourrait aussi lui ouvrir plusieurs portes.

Scott a reçu des offres de livres et aussi pour un film sur sa vie, selon son agent Ben Hankinson.

Plusieurs partisans réclament aussi que le Canadien le rappelle avec le grand club.

«La vie de John a changé au cours du dernier mois», a dit Hankinson dans un courriel.

Congé pour P.K., son frère est rappelé

http://www.985sports.ca/hockey/

Publié par 98,5 fm pour 98,5fm Sports le lundi 01 février 2016 à 14h42. Modifié par Charles Payette le mardi 02 février 2016
Congé pour P.K., son frère est rappelé
P.K. Subban
(98,5 Sports) - Après un congé de quelques jours, les joueurs du Canadien sont de retour à l'entraînement lundi à Philadelphie. Les hommes de Michel Therrien affronteront les Flyers mardi soir.
Le défenseur P.K. Subban, l'un des favoris de la foule pendant le week-end du Match des étoiles, a obtenu congé.

Le Russe Alexei Emelin est lui aussi absent. Le vol qui devait le mener à Philly a été annulé, mais il rejoindra ses coéquipiers plus tard.

Lucas Lessio, rappelé des IceCaps dimanche soir, s'est lui aussi entraîné. Il alternait avec Sven Andrighetto, qui continue de faire la navette entre la Ligue américaine et la Ligue nationale, au sein du quatrième trio.

Les trios

Pacioretty-Desharnais-Weise

Galchenyuk-Plekanec-Gallagher

Fleischmann-Eller-DSP

Andrighetto/Lessio-Mitchell-Flynn

Les défenseurs

Markov-Petry

Beaulieu-Barberio

Gilbert-Pateryn

Les matchs du CH cette semaine

Mardi à Philadelphie contre les Flyers

Mercredi à Montréal contre les Sabres

Samedi à Montréal contre les Oilers

Dimanche à Montréal contre les Hurricanes

Malcolm Subban rappelé par les Bruins

BOSTON - Les Bruins de Boston ont inscrit le nom du gardien Jonas Gustavsson sur la liste des blessés et ont rappelé par mesure d'urgence le gardien Malcolm Subban du club-école de Providence.

Le directeur général des Bruins Don Sweeney a dit lundi que Gustavsson attend le feu vert des médecins pour reprendre l'entraînement avec ses coéquipiers.

Gustavsson était devant le filet des Bruins le 26 janvier contre les Ducks d'Anaheim, avant d'être transporté à l'hôpital pour un malaise de nature indéterminée. L'équipe a précisé que c'était par mesure préventive.

Le vétéran de 31 ans a participé à 15 matchs avec les Bruins cette saison. Il a compilé une fiche de 9-3-1 avec une moyenne de buts alloués de 2,38 et un taux d'efficacité de ,915.

Les Bruins ont aussi rappelé l'attaquant David Pastrnak de Providence. Subban et lui ont rejoint l'équipe lundi.

Avec Associated Press

Canadien et Sénateurs en position précaire

http://www.rds.ca/hockey/lnh/

Bobby Ryan et David Desharnais
Bobby Ryan et David Desharnais (Source d'image:Getty)

Maintenant que la pause du Match des étoiles est chose du passé, que plusieurs joueurs et entraîneurs ont pris ces quelques jours de repos pour refaire le plein d’énergie sur le plan physique et psychologique, place au dernier droit de la saison. Un dernier droit qui sera segmenté de façon bien distincte d’ici la fin du calendrier régulier.
L’avant 29 février et l’après 29 février... La forte majorité des directeurs généraux de la Ligue nationale ont profité de la dernière fin de semaine pour lancer plusieurs lignes à l’eau dans le but de mettre la table pour les prochaines semaines. Il faut cependant comprendre que le contexte est bien différent pour chacun, surtout par rapport au positionnement de leur équipe respective.
Plusieurs expressions seront utilisées à gauche et à droite pour tenter d’expliquer ou de justifier la position prise par chacune de ses organisations : « acheteurs, acheteurs agressifs, acheteurs modérés, vendeurs, vendeurs modérés, ventes de feu, etc. ».
Du côté des formations déjà bien nanties, l’objectif premier sera de se donner cette notion de la profondeur dans la perspective de veiller tard au printemps prochain (élément non négligeable en raison du facteur blessure, entre autres).
Ces formations qui seront beaucoup plus à la recherche de joueurs de type « location », sans céder d’actifs qui pourraient être utiles à court terme, seuls des choix ou des jeunes espoirs à moyen ou long terme pourraient éventuellement servir d’appâts.
Pour ce qui est des formations qui seront engagées dans une lutte de tous les instants et qui s’accrochent tant bien que mal à la possibilité de participer à la danse du printemps, ce sont là des formations qui pourraient être davantage tentées à chercher le coup de circuit, au risque de se retrouver dans une surenchère potentiellement démesurée vis à vis l’offre et la demande d’ici la date butoir des transactions.
Il pourrait également s’agir de formations qui comptent sur des dirigeants plus lucides, c’est-à-dire que peu importe le type d’échanges qu’ils pourraient compléter, ça ne changerait rien vis à vis la possibilité de compétitionner pour les grands honneurs.
Des types de transactions qui en quelque sorte ne sont pas nécessairement synonymes de succès, là où il y aura inévitablement des gagnants, mais aussi de grands perdants.
Nous n’avons qu’à penser aux Capitals de Washington, en avril 2013, lors de l’acquisition du vétéran d’expérience Martin Erat des Predators de Nashville, en retour du surdoué Filip Forsberg. Il s’agit d’une des pires des transactions effectuées au cours des dernières années et ça aura fort possiblement été une des raisons du congédiement du directeur général à l’époque George McPhee, lui qui a occupé cette chaise pendant plus de 17 saisons, et qui aujourd’hui agit à titre conseiller spécial avec les Islanders de New York.
Pour les formations de bas-fonds du classement, aucun doute que celles-ci devraient se retrouver dans une position de force d’ici le 29 février prochain, question de maximiser la réelle valeur des joueurs mis à la disposition des autres formations, soit par l’acquisition de choix ou de jeunes espoirs pour les années futures.
Voici quelques exemples de joueurs autonomes sans compensation à la fin de la présente saison :
- Maple Leafs de Toronto : Michael Grabner, Shawn Matthias, Pierre-Alexandre Parenteau, Brad Boyes.
- Sabres de Buffalo : Carlo Colaiacovo, Mike Weber, Jamie McGinn, Chad Jonhson.
- Oilers d'Edmonton : Teddy Purcell
- Flames de Calgary : Jiri Hudler, David Jones, Kris Russell, Jonas Hiller, Karri Ramo,
- Jets de Winnipeg : Andrew Ladd, Dustin Byfuglien, Grant Clitsome
Voilà tous des noms de joueurs appartenant à de formations qui risquent fortement d’être exclues des présentes séries, ce qui va fort probablement alimenter les rumeurs au cours des prochaines semaines.
Tous ces joueurs seront accompagnés de plusieurs autres noms qui se rajouteront à la liste dépendant du classement d’ici le 29 février prochain. D’autres joueurs eux pourraient se retrouver dans ce lot en raison de leur statut contractuel, et ce, même s’ils évoluent avec des formations aspirantes aux honneurs.
En raison d’impasse contractuelle, ces derniers pourraient être monnayés au risque de ne pas tout perdre, par exemple des joueurs comme Kyle Okposo et Frans Nielsen chez les Islanders de New York.
Les prochaines semaines, comme chaque saison, s’annoncent intéressantes en raison des différentes possibilités existantes et cela laissera place à plusieurs spéculations et rumeurs fondées ou non fondées d’ici la date limite des transactions.
Les fameuses expressions « selon mes sources » et « en exclusivité » seront plus souvent qu’autrement utilisées en avant-plan dans tout ce cirque médiatique qui risque de survenir durant le mois de février.
Sénateurs et Canadiens en position fragile
Eugene Melnyk
Montréal et Ottawa : deux formations qui se cherchent, deux formations exclues du portrait des séries à ce jour et deux formations qui par le faible nombre de victoires en temps réglementaires ou période supplémentaires (excluant les victoires en tirs de barrage) sont nettement désavantagées vis à vis leurs opposants directs pour une place en séries éliminatoires en cas de bris d’égalité.
Il s’agit aussi de deux formations qui, malgré des styles de gestion complètement différents, font partie d’un lot d’équipe pour qui les prochaines semaines feront foi de tout dans certains choix qui pourraient s’imposer.
Chez les Sénateurs, le statu quo risque de prendre toute la place considérant que la formation ottavienne doit composer avec un budget plus restreint (« team budget ») et qui laisse peu de flexibilité au directeur général Bryan Murray.
À moins d’un revirement inattendu du propriétaire, Eugene Melnyk, qui pourrait venir rajouter un peu plus de dollars dans le tiroir-caisse, le lèche-vitrine, sans pouvoir d’achat réel comme par les années passées, risque d’être le scénario anticipé. J’irais même jusqu’à dire que les Sénateurs pourraient se retrouver dans la catégorie des vendeurs modérés.
À moins que le propriétaire apporte une attention particulière aux propos de son joueur franchise Erik Karlsson, qui, lors de la défaite face aux Sabres de Buffalo lors de la dernière sortie des Sénateurs avant la pause du Match des étoiles, a avoué publiquement que la situation était devenue difficile considérant le niveau d’inexpérience de certains jeunes joueurs de la formation.
Le capitaine faisait référence au fait que ces jeunes joueurs étaient utilisés de façon prématurée en remplacement des blessés et qu’ils sont présentement lancés dans la fosse aux lions, dans un contexte où chacune des parties revêt toute son importance dans le classement actuel.
Sans faire de démagogie, voilà des propos intéressants, qui laissent présager un certain message à la haute direction des Sénateurs. Un message qui veut dire qu’il est peut-être venu le temps de poser certaines actions dans le but de se donner les outils nécessaires pour lutter avec les principaux rivaux d’ici la fin du calendrier, au lieu de se retrouver exclus des présentes séries pour une quatrième fois au cours des six dernières campagnes.
Marc BergevinEntretemps, chez le Canadien, le message semble être de plus en plus clair. Après avoir effectué une sortie publique dans le but de calmer le jeu, Marc Bergevin a obtenu sa réponse, mais pas nécessairement celle anticipée. Affichant une seule victoire, en fusillade face aux Maple Leafs de Toronto, et deux défaites contre les Blue Jackets de Columbus, les problèmes du Canadien sont définitivement plus profonds que l’on pense.
Assistons-nous à un choc des générations au niveau du vestiaire ou à une certaine absence de leadership? La question demeure entière.
Or, pour Bergevin, deux situations se présentent. D’une part, l’option d’une transaction « choc » dans un avenir rapproché, question de changer la dynamique. D’autre part, malheureusement la solution la plus facile utilisée dans ce milieu, même s'il ne peut être tenu le seul et unique responsable de ce constat d’échec : le remplacement éventuel de l’entraîneur Michel Therrien.
Cette situation pourrait devenir inévitable, alors que la situation se corse et ça risque de s’agrandir plus que le temps avance. Chose certaine, l’absence de solution semble de moins en moins présente.
Aussi, d’être à la remorque de la possibilité de revoir Carey Price dans les prochaines semaines, dans des conditions optimales, semble de plus en plus illusoire. Et même si c’était le cas, rien ne pourra garantir que la Sainte-Flanelle serait toujours au plus fort de la lutte pour une place en séries.
Gary BettmanLe circuit Bettman se doit d’être inquiet de ne pas voir aucune de ses formations canadiennes être en posture de participer aux présentes séries éliminatoires, et ce, même avec encore plusieurs parties au compteur d’ici la fin du calendrier.
Faisant abstraction de la baisse constante du dollar canadien, l’intérêt du public pour le circuit, advenant l’absence des équipes canadiennes, risque de souffrir énormément, ainsi que les revenus potentiels pour les différents médias attitrés à la couverture du circuit.
Ayant un grand rôle à jouer dans le partage des revenus, l’absence de ces équipes canadiennes risque fortement de faire revoir à la baisse l’objectif visé de trois millions de dollars quant à la hausse du plafond salarial pour la prochaine saison.
Tout cela, sans considérer l’augmentation potentielle du montant retenu sur les salaires des joueurs en raison du système de partage des revenus établi depuis la nouvelle convention collective.
Un autre dossier à suivre...

Le cirque médiatique s'empare du Super Bowl

http://www.rds.ca/football/nfl/

Josh Norman
Josh Norman (Source d'image:PC)

SAN JOSE, Calif. - Quand pouvez-vous retrouver Peyton Manning, Miss Univers, un farfadet orange et bleu et 200 caméras de télévision dans la même pièce?
La réponse : à la soirée d'ouverture de la semaine du Super Bowl.
La NFL a pris une bonne idée dénaturalisée, ce qui était connu comme la « journée des médias », lui a donné un nom, a ajouté un groupe de musique et a déplacé l'événement le lundi soir pendant les heures de grande écoute pour lancer la semaine du Super Bowl entre les Broncos de Denver et les Panthers de la Caroline.
Cette nouvelle aventure a été complétée par une personne déguisée en ballon de football gonflable et une présentation formelle des 60 joueurs des deux équipes sur une scène haute de quatre étages.
« Je ne savais pas que nous allions marcher sur un pont », s'est exclamé Manning.
Et d'une certaine façon, plus ça change, plus c'est pareil.
« Pouvez-vous embrasser mon épouse », a demandé quelqu'un au quart des Panthers Cam Newton.
« Je ne pense pas que ce soit possible », a répondu Newton.
Ça ne fait pas de doute, Manning et Newton, un quintuple joueur par excellence de la NFL et le favori pour le titre cette année, n'auraient jamais pu prédire beaucoup de choses qui se sont produites pendant cette soirée.
Qui pourrait interpréter son rôle dans un film? « Peut-être un jeune Robert Redford », a répondu Manning.
Un autre journaliste, disons plutôt quelqu'un avec une accréditation, lui a demandé de regarder dans la caméra et de souhaiter une bonne nouvelle année chinoise à ses amis dans cette partie du monde.
Pour sa part, Newton a vu un reporter hispanophone faire jouer de la musique et lui a demandé de danser.
Newton a sauté son tour. « Il faut le sentir », a-t-il expliqué.
Tout ça a été télédiffusé en direct pour une première fois en 50 ans d'histoire au Super Bowl.
Pendant des décennies, la journée des médias se déroulait le mardi, tôt dans la journée et dans la semaine afin de ne pas nuire à la routine des équipes et pour permettre aux journalistes d'avoir du temps pour travailler sur leurs histoires à partir de tout le contenu récupéré.
Mais cette année, la NFL a déplacé l'événement le lundi soir et des choses comme le code vestimentaire, des questions loufoques et des gamins de huit ans posant des questions à des joueurs ne surprennent plus vraiment.
Un porte-parole de la NFL, Michael Signora, a expliqué le changement à l'horaire en notant qu'il permettait « aux partisans de vivre une expérience qui est devenue très unique et très populaire pendant la semaine du Super Bowl ».
C'est vrai que depuis plusieurs années, la « journée des médias » n'est pas très « journalistique ». Depuis cinq ans, les partisans peuvent même acheter des billets pour assister à l'événement à partir des gradins.
Un des rares angles journalistes qui a été couvert lundi est le départ à la retraite possible de Manning, qui est âgé de 39 ans et qui pourrait disputer son dernier match en carrière.
« Je n'ai pas encore pris de décision et je ne pense pas en prendre une avant la fin de notre saison », a dit Manning.
Mais assez avec les histoires sérieuses.
Miss Univers, une des 5500 « journalistes » accrédités pour les festivités du Super Bowl, a probablement répondu à plus de questions qu'elle en a posé. La majorité avait un lien avec la gaffe commise lors de son couronnement, quand l'animateur de la soirée a annoncé la mauvaise gagnante avant de se corriger.
Parmi les personnes costumées, on a aperçu des gagnantes de concours de beauté, une personne déguisée en « Swedish Chef » de Sesame Street. Il manquait seulement Donald Trump, retenu en Iowa pour le caucus du Parti républicain.
On a demandé à Manning de raconter sa rencontre avec Trump il y a quelques années. Peut-être qu'un jour, ce sera au tour de Newton de rencontrer « The Donald ».
« Je dis aux jeunes, le football peut vous amener un peu partout, a dit le quart des Panthers, qui a gagné le titre national universitaire avec Auburn il y a quelques années. Il m'a amené à la Maison-Blanche. »
Et ici. Le botté d'envoi aura lieu dans moins d'une semaine.

Le Canadien s'incline 2-1 en prolongation

http://www.lapresse.ca/sports/hockey/ Publié le 21 mars 2017 à 22h35   |  Mis à jour le 22 mars 2017 à 07h36 Dans la défaite, Al Monto...