vendredi 18 décembre 2015

«Il n'y a pas de panique» -Therrien

http://www.985sports.ca/hockey/nouvelles/

Publié par Danielle Arsenault pour 98,5fm Sports le jeudi 17 décembre 2015 à 22h40. Modifié par Charles Payette le vendredi 18 décembre 2015
«Il n'y a pas de panique» -Therrien
Quick frustre Galchenyuk/PC
(98,5 Sports) - Malgré deux défaites consécutives et une sixième en sept matchs, Michel Therrien assure que l'organisation ne panique pas à la suite de cette mauvaise séquence.
Le point de presse de Michel Therrien
00:00
00:00
Après un début de saison très productif l'ayant mené au premier rang de la LNH, le Canadien a considérablement réduit la cadence depuis les blessures à Carey Price et Brendan Gallagher.

En s'inclinant 3-0 contre les Kings de Los Angeles au Centre Bell jeudi soir, le Canadien a subi une deuxième défaite de suite, une sixième en sept matchs.

Alors qu'il s'apprête à disputer huit matchs consécutifs sur la route au cours des deux prochaines semaines, Michel Therrien assure qu'il n'y a pas lieu de paniquer en voyant le rendement de son équipe.

«Dans toutes cette mauvaise séquence, on fait face à de l’adversité, les victoires sont difficiles à aller chercher. Je dois regarder ça avec du recul, même si les victoires ne sont pas là. La plupart de tous ces matchs, on les a dominés. Cette séquence-là va faire de nous une bien meilleure équipe tantôt. C’est pour ça à l’interne, il n’y a pas de panique. On joue quand même du bon hockey», a dit Therrien dans son point de presse après la rencontre.

«On doit continuer d'avoir confiance en nous même si les choses ne vont pas bien pour nous en ce moment, a dit Lars Eller. On ne peut pas jouer en étant stressés, ça n'aidera pas. Je ne crois pas que c'est ce qu'on a fait ce soir. Je crois qu'on a fait beaucoup de bonnes choses. Pas assez pour obtenir la victoire, mais oui, ça ne s'est pas terminé bien pour nous ce soir.»

«Il y a beaucoup de choses positives à retirer de ce match, a pour sa part indiqué Nathan Beaulieu. On a généré de l'offensive même si on n'a pas réussi à marquer.»

Jonathan Quick sauve la mise

Selon l'entraîneur-chef du Tricolore, ses joueurs n'ont pas perdu la rencontre faute d'effort.

«On a eu une éthique de travail exceptionnelle encore ce soir. On s’est buté à un gardien de but au sommet de son art. On n’a pas perdu ce match-là à cause d’un manque d’effort. On a travaillé très fort», a assuré Therrien.

«Jonathan Quick a été spectaculaire. C'est l'histoire de cette rencontre-là», a ajouté Therrien.

Galchenyuk sur le 1er trio

En troisième période alors qu'il tentait de donner plus de punch offensif à son équipe, Michel Therrien a décidé d'envoyer Alex Galchenyuk sur le premier trio aux côtés de Max Pacioretty et Tomas Plekanec. L'arrivée de Galchenyuk a semblé donné des ailes à Pacioretty qui avait été passablement discret lors des deux premières périodes.

«On a tenté le tout pour le tout. Ils ont obtenu de belles occasions de marquer. J'estime qu'ils ont été bons», a commenté Therrien.

«On a eu nos chances, a dit Alex Galchenyuk. Pour ma part, j'ai essayé d'être rapide et de trouver l'espace libre sur la patinoire. On a eu des chances, mais on n'a pas marqué. Mais au final, on n'a tout de même perdu le match alors c'est décevant.»

«J'ai une belle chimie avec lui, a dit Max Pacioretty au sujet de Galchenyuk. Et ce soir, c'était un autre exemple de ça. Nous avions joué ensemble durant une période au New Jersey aussi.»

Blanchi pour la première fois cette saison

http://www.985sports.ca/hockey/nouvelles/

Publié par Danielle Arsenault pour 98,5fm Sports le jeudi 17 décembre 2015 à 18h53. Modifié par Charles Payette le vendredi 18 décembre 2015
Blanchi pour la première fois cette saison
Kopitar a marqué le 2e but des Kings/PC
(98,5 Sports) - Le Canadien de Montréal a été blanchi pour la première fois cette saison alors qu'il s'est incliné 3-0 contre les Kings de Los Angeles, jeudi soir au Centre Bell.

Mais la marque n'indique pas l'allure du match alors que le CH a dominé les Kings au chapitre des tirs au but durant presque toute la partie.
Le sommaire du match avec Martin McGuire
00:00
00:00
On en parle en ondes :
Écouter
Mis en ligne le jeudi 17 décembre 2015 dans Bonsoir les sportifs, Après-match du Canadien et Le hockey des Canadiens avec Martin McGuire et Dany Dubé
La troupe de Michel Therrien s’est butée à un Jonathan Quick (17-8-1) en pleine possession de ses moyens. Le gardien des Kings a multiplié les arrêts spectaculaires pour obtenir le deuxième jeu blanc de sa saison.

Le Canadien (20-10-3; 43 points) a décoché un total de 45 tirs - contre seulement 20 pour les Kings (20-9-2, 42 points), mais Quick n'a jamais flanché. Il a notamment frustré Alex Galchenyuk, Max Pacioretty et Dale Weise, pour en nommer que quelques-uns. Lars Eller a aussi frappé le poteau alors qu'il s'était échappé seul devant Quick.

Pour sa part, Mike Condon (9-6-3) a accordé deux buts en 19 lancers.

Les Kings frappent rapidement

Les Kings n’ont eu besoin que 95 secondes pour marquer deux buts en fin de deuxième période. D'abord, Drew Doughty (5) a déjoué Mike Condon à 14:47, puis Anze Kopitar (9) a hérité d'une superbe passe de Doughty pour inscrire le deuxième but des siens à 16:22.

Le troisième but des Kings a été inscrit par Marian Gaborik (7) dans un filet désert à 19:11 de la troisième période.

Le Canadien a obtenu trois jeux de puissance, mais il a été incapable d'en profiter. Au cours des sept derniers matchs, le Tricolore a maintenant un rendement de 0-21 avec l'avantage d'un joueur.

Les Kings n'ont guère fait mieux en supériorité numérique, eux qui n'ont pas pu profiter de leurs deux occasions d'attaques massives.

À la recherche de but

Depuis le début de la saison, le Canadien a dominé la LNH au chapitre des buts marqués par match. Alors que sa moyenne était bien au-dessus des 3 buts marqués par match, voilà qu'elle n'arrête pas de dégringoler depuis la fin du mois de novembre.

Si on fait abstraction de sa victoire de 3-1 contre les Sénateurs d'Ottawa samedi dernier, la dernière fois que le Canadien avait inscrit trois buts au cours d'une même rencontre, c'était le 27 novembre dernier alors qu'il avait défait les Devils du New Jersey 3-2.

Après avoir été blanchi par les Kings - la première fois cette saison -, la moyenne de but marqué pas match du CH est maintenant de 3,03, ce qui place le Canadien au troisième rang de la LNH, derrière les Stars de Dallas (3,42) - prochains adversaires du CH - et les Bruins de Boston (3,17).

«Il suffit seulement de donner 1% de plus d'effort pour marquer un but. Quand il y en a un qui va entrer, les autres vont suivre, a expliqué Max Pacioretty. Mais on n'a pas été en mesure d'obtenir ce premier but ce soir. Tout le monde peut émettre des hypothèses pourquoi on ne marque pas autant de buts, mais ce soir, je me suis retrouvé souvent dans la zone du gardien, même chose pour plusieurs de mes coéquipiers. C'est certain qu'on s'ennuie de Gallagher, c'est un élément important de cette équipe, mais ça ne peut pas expliquer pourquoi on a été blanchis ce soir.»

Un long voyage

Après avoir subi deux défaites de suite - une sixième en sept parties, le Canadien quittera Montréal pour une série de huit matchs à l'étranger durant la période des fêtes.

Le premier rendez-vous aura lieu samedi soir contre les Stars de Dallas.

«C'est un assez gros voyage sur la route, ça va nous permettre de resserrer les liens entre nous. Mais le plus important, c'est de se recentrer afin de revenir sur le chemin de la victoire. On va travailler fort en pratique», a dit Alex Galchenyuk.

Le poteau d'Eller

Le Canadien a été incapable d'obtenir le premier but tant espéré. Ce n'est pas parce qu'il n'a pas essayé.

Après une amorce ardue, les joueurs ont graduellement retrouvé leurs jambes. À partir de la deuxième moitié du premier vingt, ils ont occupé le territoire adverse.

Lars Eller a bien failli marquer au terme d'une échappée en infériorité numérique. Le grand Danois avait déjoué Quick, mais son tir a abouti sur le poteau à la droite du gardien.

«Dans un match serré semblable, obtenir le premier but était très important. Ç'aurait pu faire la différence si j'avais marqué», a noté Eller.

À un certain moment en deuxième période, les hôtes doublaient les Kings 26-13 au chapitre des tirs. Mais à peine quelques instants plus tard, c'était 2-0 pour les visiteurs!

Doughty a fait mouche à 14:47, quelques secondes après la conclusion de la pénalité de P.K. Subban. Le tir frappé du défenseur a fait secouer les cordages dans le haut du but, du côté du bouclier de Condon.

Puis, à 16:22, Kopitar, embusqué à la droite du but, a complété la superbe passe transversale de Doughty.

Ça augurait mal pour le CH puisque les Kings n'avaient pas subi la défaite en temps réglementaire depuis le 20 mars dernier quand Kopitar marque au moins une fois dans un match (18-0-5 maintenant).

Le Tricolore a continué d'essayer fort au retour de la pause. Mais Quick a été intraitable, frustrant entre autres Alex Galchenyuk deux fois en étirant la jambière droite.

Après 10 minutes, Quick avait déjà 11 arrêts au compteur. Condon, lui, n'avait été sollicité qu'à une reprise.

Les Kings ont resserré le jeu en défense. Le Canadien a pu déployer une attaque massive avec moins de quatre minutes à écouler. On a retiré Condon à la faveur d'un sixième joueur. Rien n'y fit.

Gaborik a renvoyé tout le monde à la maison, en dirigeant le disque dans le filet abandonné à 19:11

Résumé du match

1re période

Dès la deuxième minute de jeu, Dustin Brown tire du revers et Mike Condon fait un bel arrêt avec sa jambière gauche alors qu'il se déplaçait vers sa droite. Quelques instants plus tôt, Condon avait stoppé le tir des poignets de Tyler Toffoli.

Nathan Beaulieu perd la rondelle et Milan Lucic file à l'aile droite en situation de deux contre un. Lucic décoche un tir que Condon bloque facilement.

Avec six minutes de jouées, les Kings mènent 4-1 au chapitre des tirs au but.

Belle incursion de Subban profondément en zone adverse, ce qui permet au Canadien de menacer Quick et ses Kings.

Avec 11 minutes à faire, un revirement de David Desharnais à la sortie de sa zone permet aux Kings de demeurer de longues minutes en territoire du CH, mais le Tricolore s'en sort indemne.

Posté directement à la gauche de Mike Condon, Milan Lucic obtient une belle chance de marquer, mais il est incapable de soulever le disque et le gardien du CH fait l'arrêt.

La première pénalité du match survient à 13:35 quand David Desharnais accroche Christian Ehrhoff qui fonçait sur l'aile gauche. Jeu de puissance des Kings. Beau jeu du CH qui obtient même une percée en zone adverse avec Max Pacioretty.

Quelques instants plus tard, c'est Lars Eller qui réussit à s'échapper seul en infériorité numérique, il tire et la rondelle touche le poteau. Sur le jeu, Alec Martinez est chassé à 15:05 pour avoir accroché Eller au même moment.

On joue à 4 contre 4 pendant 20 secondes, puis ce sera jeu de puissance du CH. Même si le CH a été menaçant, il n'a pas réussit à déjouer l'excellent gardien des Kings. Le CH est maintenant 0-19 en supériorité numérique au cours des sept derniers matchs.

Avec une minute à faire en 1re, David Desharnais vole la rondelle à un adversaire, ce qui permet à Weise de décocher un bon tir. Mais Quick résiste.

Alors que les secondes s'égrennent au cadran, le Canadien menace en zone adverse, mais au final, la marque demeure 0-0 après 1 période.

Tirs au but (après 1 période)
Kings: 7
CH: 18

Score (après 1 période)
Kings: 0
CH: 0

2e période

Dès les premiers instants, Anze Kopitar décoche un tir et Condon fait l'arrêt alors que Lucic est dans les parages.

Belle présence du trio de Desharnais qui embouteille les Kings profondément dns leur zone. Fleischmann décoche un tir, arrêt de Quick.

Peu de temps après, c'est au tour de Galchenyuk de mettre Quick à l'épreuve, mais en vain.

Avec un peu moins de 18 minutes à faire en 2e, Mike Condon retourne au banc des siens et doit changer son masque quand l'une des sangles se brise.

Le CH obtient un 2e jeu de puissance à 5:04 quand Ehrhoff lance la rondelle par dessus la baie vitrée. Il est chassé pour avoir retardé le match. Beau tir de Plekanec du haut du cercle droit des mises en jeu, mais Quick résiste. Beau jeu de passes du CH, mais le CH ne réussit pas à percer la muraille de Quick!

Avec 12:30 à faire en 2e, le CH domine au chapitre des tirs au but avec 24 tirs contre seulement 10 pour les Kings.

Ehrhoff tire de la pointe en voulant que Gaborik fasse dévier alors que celui-ci est posté devant Condon, mais le tir est dévié juste à côté du filet du gardien du CH.

Belle incursion de David Desharnais en zone adverse, il refile la rondelle à Weise à sa gauche qui la lui refile à nouveau. Desharnais décoche un tir dans un angle difficile, mais Quick veille aux grains.

Autre beau jeu du CH quand Jeff Petry passe à Daniel Carr qui s'élançait pratiquement seul devant Quick. Carr étire son bras et fait dévier la rondelle vive à côté du filet.

Alors qu'il n'est pas en mesure de contrôler la rondelle à la ligne bleue adverse, P.K. Subban se fait prendre pour obstruction aux dépens de Jordan Nolan à 12:43. Jeu de puissance des Kings qui sont très menaçants tout au long de cette supériorité numérique.

Alors que Subban revenait au jeu, Drew Doughty a décoché un tir puissant de la pointe qui a déjoué Mike Condon dont la vue était voilée. C'est le 5e de la saison de Doughty marqué à 14:47 sur une passe de Toffoli (10). Kings 1 - CH 0

Moins de deux minutes plus tard, les Kings doublent leur avance quand Doughty, du côté droit dans la zone du CH, effectue une superbe passe à Kopitar qui se trouvait complètement à l'opposé. Kopitar marque son 9e à 16:22. Kings 2 - CH 0

Alors que Daniel Carr passe en arrière du filet de Quick et tente de le déjouer par sa gauche, Mitchell s'empare du rebond et de l'enclave, décoche un tir vif. L'attaquant du CH croyait bien avoir déjoué Quick, mais une fois de plus, le gardien des Kings fait l'arrêt.

Tirs au but (après 2 périodes)
Kings: 9 (16)
CH: 12 (30)

Score (après 2 périodes)
Kings: 2
CH: 0

3e période

En début de 3e, Pacioretty a bien failli réduire l'avance des Kings alors qu'il décoche un tir de l'enclave. Incapable de maîtriser le tir, la rondelle glisse lentement derrière Quick, mais avant qu'elle pénètre au fond du filet, Quick la pousse hors de la zone payante avec son bâton.

Belle remise d'Andrighetto à Galchenyuk qui se retrouve pratiquement seul devant Quick, mais une fois de plus, le gardien des Kings ne laisse rien passer.

Oufff Galchenyuk est à nouveau frustré par Quick alors que l'attaquant du CH s'empare d'un retour de lancer, seul devant lui!!! Puis, c'est au tour de Dale Weise de subir la médecine de Quick.

Avec six minutes de jouées en 3e, le CH mène 10-1 au chapitre des tirs au but. Au total, c'est 40-17 pour le CH.

En 3e, Michel Therrien apporte des changements à son 1er trio. Galchenyuk rejoint Plekanec et Pacioretty.

Bon tir bas et vif de Pacioretty, mais Quick fait un bel arrêt avec la jambière droite.

Ehrhoff se fait chasser pour avoir fait trébucher Dale Weise en zone neutre à 16:16. Belle occasion pour le CH de revenir dans le match avec l'avantage de deux joueurs puisque Therrien retire son gardien. Mais sans succès.

But de Gaborik dans un filet désert à Kings 3 - CH 0

Victoire des Kings 3-0 contre le CH

Notes d'avant-match: Un dernier match à domicile en 2015

Au sommet de leur division respective, le Canadien de Montréal (20-9-3; 43 points) et les Kings de Los Angeles (19-9-2; 40 points) ont des fiches cumulatives fort enviables.

Mais au cours des dix derniers matchs, leur situation est des plus différentes. Même s'ils ont perdu leurs deux derniers matchs, les Kings ont remporté sept de leurs 10 dernières rencontres (7-1-2). Avant cette récente série de deux défaites consécutives, les Kings en avaient gagné six de suite.

Pour leur part, le Canadien éprouve énormément de difficultés depuis la perte de leur gardien étoile Carey Price et de l'attaquant Brendan Gallagher. Au cours des dix derniers matchs, il n'a remporté que quatre victoires (4-5-1).

Contre les Kings, le Tricolore voudra éviter de perdre un sixième match en sept occasions.

Les Kings vont confier leur filet à Jonathan Quick (16-8-1) qui a accordé cinq buts dans la défaite des siens contre les Sénateurs d'Ottawa, lundi soir.


Dans l'uniforme des Kings, le Canadien retrouvera Milan Lucic, un ancien joueur des Bruins de Boston que les partisans du Bleu-Blanc-Rouge ont appris à détester au fil des ans étant donné son jeu robuste et combatif.

Le Canadien frustré, les Kings vengés

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

Kings 3 - Canadiens 0


Images of Francois Gagnon
Vous avez quitté le Centre Bell frustrés après le revers de 3-0 encaissé par le Canadien aux mains des Kings de Los Angeles et aux jambières de leur gardien Jonathan Quick ?
Vous avez imploré tous les saints du ciel devant votre téléviseur pendant que mon collègue Pierre Houde puisait dans son riche vocabulaire pour trouver des façons originales de décrire toutes ces occasions en or que le Canadien a bousillées. Pour trouver des expressions imagées afin de rendre justice aux arrêts que Quick a multipliés pour infliger au Tricolore sa première défaite par jeu blanc cette saison. Un premier blanchissage encaissé depuis le 10 mars alors que Ben Bishop et le Lightning avaient blanchi le Canadien 1-0 en prolongation.
Consolez-vous ! Vous n’êtes pas seul. Votre capitaine Max Pacioretty affichait un niveau de frustration plus élevé encore.
Et contrairement aux fans qui avaient quand même obtenu tout un spectacle en guise de consolation au sixième revers du Tricolore à ses sept derniers matchs, le capitaine n’avait rien de rien à se mettre sous la dent pour faire baisser son niveau de frustration. Pour atténuer sa colère.
Des 11 tirs que Pacioretty a décochés, sept ont atteint la cible. Les sept rondelles ont été arrêtées par Quick qui a fait le même coup huit fois à Dale Weise en route vers 45 arrêts bien comptés.
Bon ! Les 45 arrêts de Quick ne défileront pas tous dans les faits saillants du match. Mais plusieurs ont leur place dans les meilleurs moments de la rencontre. Deux au moins contre Alex Galchenyuk sans oublier l’autre réalisé aux dépens de Lars Eller au terme d’une des trois échappées du Tricolore.
Ce n’est pas rien.Certains soirs, le Canadien fait bien paraître les gardiens adverses en décochant des tirs pas vraiment dangereux ; en refusant de payer le prix pour aller lui voler la vue ou pour se débattre afin de sauter sur un premier retour, voire un deuxième.
On ne peut pas dire ça du match de jeudi contre les Kings. Ce qui a d’ailleurs contribué à faire monter le niveau déjà dangereusement élevé de frustration de Max Pacioretty.
«J’imagine que vous aurez tous des explications à fournir après cette défaite. Que nos partisans pointeront ceci ou cela du doigt pour expliquer pourquoi les buts ne sont pas venus. Je suis pourtant convaincu que si je m’installe dans la salle de vidéo et que je revois toutes les chances que nous avons ratées, je pourrai relever des tas de chances sur des deuxièmes et troisièmes occasions alors qu’on avait des gars devant le but. La vérité c’est que nous sommes passés proche toute la soirée, mais pas assez pour marquer. Si on avait pu obtenir ce premier but, le résultat de la partie aurait été différent, car nous avons dominé cette équipe au niveau de l’effort, au niveau du travail», a défilé le capitaine.
Manque à gagner de 1 %
Mais attention ! Pacioretty était loin de se vautrer dans la complaisance. Que non ! Le fait qu’il ait été victime de sept arrêts de Jonathan Quick – Pacioretty n’affiche qu’un but en 39 tirs depuis le début de la glissade de son équipe, il a été blanchi malgré 32 tirs lors des six revers encaissés lors des sept dernières parties – semble vraiment miner le capitaine.
«On peut invoquer plein de raison. Et c’est vrai qu’on a croisé des gardiens vraiment solides au cours de la séquence – Braden Holtby, Cam Ward et Tuukka Rask ont connu des matchs à l’image de celui de Quick jeudi soir –, mais la vérité est toute simple. On doit marquer des buts pour gagner. Et nous nous devons de gagner, car les défaites commencent à s’allonger beaucoup trop à notre goût. On a bien joué encore ce soir. Mais on doit puiser dans nos réserves pour offrir ne serait que le 1 % supplémentaire qui pourrait faire toute la différence.»
Ce 1 % aurait pu venir en début de rencontre alors que le Canadien a été complètement dominé par les Kings au cours des 10 premières minutes environ.
Ce 1 % aurait pu venir en milieu de deuxième période lorsque les Kings, menés par Drew Doughty qui a disputé une rencontre colossale, ont enfilé deux buts en 95 secondes. Deux buts qui ont changé le cours de la rencontre.
Ce 1% aurait pu venir aussi en avantage numérique alors que le Canadien a été blanchi en trois occasions prolongeant ainsi sa séquence d’insuccès (0 en 21) à sept longues parties. Soit depuis sa glissade amorcée le 3 décembre lors du revers de 3-2 aux mains des Capitals de Washington.
Ce 1% aurait aussi pu venir, il est vrai, par un petit coup de chance, par un rebond, par une déviation volontaire ou non comme ce fut le cas mardi alors que Marc-Édouard Vlasic a fait dévier un tir loin hors cible de Dale Weise derrière le gardien Martin Jones.
Mais ce 1% ne s’est jamais concrétisé. Avec les résultats qu’on connaît.
Le danger qui guette le Canadien est tout simple. Maintenant qu’il amorce son plus long voyage de la saison – huit matchs consécutifs – un voyage qui sera loin d’être facile alors que le Canadien fera escale à Dallas, samedi, Nashville, lundi, et au Minnesota, dès le lendemain, on peut craindre qu’une perte de confiance, voire un découragement s’installe en raison du défi qui se dresse droit devant et du fait que l’attaque semble incapable de générer les buts qui seront nécessaires pour relever ce défi.
«L’important pour nous est maintenant de prendre du recul et de réaliser qu’en dépit des défaites, nous avons dominé la plupart de ces parties. La mauvaise passe qu’on traverse maintenant fera de nous une meilleure équipe. C’est pour cette raison qu’il n’y a pas de panique à l’interne», assurait Michel Therrien après le match.
L’entraîneur-chef du Canadien est mieux de répéter ce message haut et fort au cours des prochains jours afin d’être sûr qu’il soit entendu et assimilé autant par ses joueurs qui semblent perdre un brin de confiance que par les partisans qui semble deux brins sur le bord de la panique.
Histoire d’apaiser la panique qui s’installe, il serait peut-être bon aussi de rappeler que Jonathan Quick n’a fait que venger son club jeudi soir.
Vous avez oublié ? Vrai que Carey Price vous a trop souvent gâté l’an dernier pour que vous gardiez le compte final. Mais il y a un an presque jour pour jour – c’était le 12 décembre – les Kings avaient décoché un grand total de 82 tirs – le double du Canadien – et Price avait réalisé 44 arrêts dans une victoire de 6-2 du Canadien. Le Tricolore avait marqué ses six buts sur 20 tirs seulement.
Ça vous console un peu ?
Un vrai premier trio
Outre la grande qualité du spectacle offert lors de ce match, le Canadien a servi quelques autres consolations à ses fans.
En raison de l’absence de Brendan Gallagher – une absence qui fait très mal devant les filets adverses – le flanc droit du Canadien est vraiment hypothéqué.
C’est pour cette raison que Paul Byron a amorcé un autre match à la droite du premier trio. Ou du duo Plekanec-Pacioretty si vous préférez. Au-delà son éthique de travail, de sa vitesse et de sa bonne volonté, Byron est relativement limité en fait de talent offensif.
D’où la décision d’envoyer Alex Galchenyuk à sa place. Une mutation qui a donné au Canadien un vrai premier trio. Un vrai de vrai.
Je sais, ç’a créé un vide derrière.
Mais parce que je suis de plus en plus convaincu que c’est comme ailier et non comme centre que Galchenyuk obtiendra le plus de succès dans la LNH, je souris à l’idée de voir un trio – Desharnais pourrait remplacer Plekanec – aussi menaçant à l’attaque.
Un trio qui pourrait faire plus que menacer. Qui pourrait aussi marquer de temps en temps.
Hâte de voir combien de temps ça durera.

Le Canadien réduit au silence par Quick

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

Kings 3 - Canadiens 0


Nicolas Landry
MONTRÉAL – Braden Holtby ne pouvait s’en douter à l’époque, mais il venait de donner naissance à une tendance qui devient de plus en plus lourde quand il a quitté le Centre Bell avec la première étoile d’un match qu’il venait de voler, il y a de cela exactement deux semaines.
Cam Ward a suivi avec un larcin de son cru, puis Tuukka Rask a emboité le pas en vainquant ses démons à Boston. Petr Mrazek a dit non sur quelques échappées à Detroit, Martin Jones n’a vraiment pas été méchant la semaine suivante.
Quick a réalisé 45 arrêts et les Kings de Los Angeles ont signé une victoire de 3-0 sur le Canadien lors du dernier match de l’année 2015 au Centre Bell.
Blanchi pour la première fois de la saison, le Tricolore a encaissé un sixième revers à ses sept derniers matchs.
Drew Doughty a marqué d’un puissant tir de la pointe avant de préparer le but d’Anze Kopitar, tout ça dans un intervalle de 1:35 en fin de deuxième période.
Quick s’est ensuite assuré que l’avance tienne. Avant la fin du deuxième vingt, il a fait le grand écart pour voler un but à un Torrey Mitchell incrédule. Puis dès le début de la troisième, il s’est contorsionné vers l’arrière pour changer la trajectoire d’un tir de Max Pacioretty qui venait de le battre à sa gauche. Alex Galchenyuk s’est ensuite ajouté à la liste de ses victimes lorsqu’il s’est buté à la jambière droite du cerbère sur une échappée.
Le Canadien a profité d’un ultime jeu de puissance avec 3:44 à faire en troisième période. Michel Therrien a jugé le moment opportun pour amener Mike Condon au banc à la faveur d’un patineur supplémentaire, mais la stratégie n’a pas rapporté. Marian Gaborik a marqué dans un filet désert dans la dernière minute du match.
Montréal a dominé 15-4 au chapitre des tirs au but en troisième période seulement.
« Une éthique de travail exceptionnelle encore ce soir, a résumé Therrien, résigné, au terme de la partie. On s’est buté à un gardien de but au sommet de son art. Si on a perdu de match, ce n’est définitivement pas en raison d’un manque d’effort. On a travaillé très fort. »
« La rondelle ne roule pas pour nous dernièrement, ça c’est sûr. Mais ça serait faux de dire que c’est la seule raison pour laquelle on continue de perdre, a précisé Lars Eller. On peut assurément mieux jouer. Je ne crois pas qu’on ait été particulièrement mauvais ce soir, mais L.A. a marqué avec les chances qu’ils ont créées. »
Condon, qui effectuait un premier départ en quatre matchs, a terminé le match avec 17 arrêts.
La formation montréalaise part sur la route pour un voyage de huit matchs. Il ne reviendra pas à la maison avant le 6 janvier alors qu’il accueillera les Devils du New Jersey.

Doughty : puissance et précision
Corrigés sur la patinoire des Sénateurs d’Ottawa trois jours plus tôt, les Kings ont amorcé la rencontre comme une équipe qui avait quelque chose à se faire pardonner. Le Canadien, lui, a passé la première portion du match à subir, semblant pris de court par la vitesse, l’agressivité et le sens de l’initiative de l’adversaire.
Condon a permis aux siens d’essuyer les premières salves sans dommage. Il a réalisé son plus gros arrêt de la première période aux dépens de Milan Lucic, qui avait profité d’un revirement de Nathan Beaulieu en zone neutre pour contre-attaquer dangereusement.
Le vent a tourné avec cinq minutes à écouler en première quand Lars Eller s’est échappé alors que le Canadien se défendait à court d’un homme. Le tir du Danois a frappé le poteau à la droite de Quick, mais sa vitesse a forcé son poursuivant à écoper d’une pénalité. Le CH s’est dès lors emparé du momentum pour terminer l’engagement avec 18 tirs au but, mais ce fut là sa seule consolation.
Le Canadien a déployé son jeu de puissance pour la deuxième fois en tout début de deuxième, mais voilà une arme qu’il n’arrive pas à utiliser avec efficience deux semaines. Des tirs, de la circulation, mais un constat qui ne change pas : l’avantage numérique du Canadien n’a pas été capable de produire pour une vingtième occasion consécutive.

La feuille de match dira que les Kings non plus n’ont pas été capables de convertir lorsqu’une occasion du même genre s’est présentée, mais dans les faits, P.K. Subban avait encore un pied au cachot quand Doughty a ouvert la marque. Les pieds plantés près du banc des siens, tout juste à l’intérieur de la ligne bleue, le défenseur étoile a laissé partir un plomb dont la trajectoire a été voilée par Michael Mersch. Condon n’a rien vu.
Quick allait se charger du reste, permettant aux Kings de mettre fin à une série de deux revers.
Therrien a déplacé Galchenyuk sur le trio de Plekanec et Pacioretty en troisième période et la combinaison s’est avérée menaçante. Le capitaine a terminé la rencontre avec sept tirs au but et six chances de marquer. Galchenyuk a quant à lui été à l’origine de cinq chances de marquer.
« On tentait un gros push et j’ai aimé comment ces trois gars-là ont joué ensemble, a dit Therrien. Ils ont créé des bonnes chances. J’aurais certainement désiré qu’ils marquent une couple de buts, mais… »

La Suissesse Lara Gut remporte le super-combiné de Val d'Isère; Lindsey Vonn termine 2e

http://www.rds.ca/ski/

Lara Gut
Lara Gut (Source d'image:Getty)

VAL D'ISÈRE, France - La Suissesse Lara Gut a remporté vendredi le super-combiné de Val d'Isère, comptant pour la Coupe du monde de ski alpin, devant l'Américaine Lindsey Vonn, à 1/100, et l'Autrichienne Michaela Kirchgasser, à 91/100.
Gut a signé son 14e succès en Coupe du monde, le 1er dans la discipline et le 2e depuis le début de la saison. Grâce à ce succès, la Suissesse remonte à la 2e place du classement général de la Coupe du monde derrière Vonn.

Le Canadien s'incline 2-1 en prolongation

http://www.lapresse.ca/sports/hockey/ Publié le 21 mars 2017 à 22h35   |  Mis à jour le 22 mars 2017 à 07h36 Dans la défaite, Al Monto...