mardi 29 septembre 2015

Nordiques: «l'équipe devra être compétitive» - Luc Robitaille

http://www.985sports.ca/hockey/

Publié par 98,5 fm pour 98,5fm Sports le lundi 28 septembre 2015 à 20h08. Modifié à 22h27.
Nordiques: «l'équipe devra être compétitive» - Luc Robitaille
Photo: Presse Canadienne
(98,5 Sports) - Le Canadien de Montréal joue contre les Penguins de Pittsburgh au Centre Vidéotron de Québec, ce soir. Quelques minutes avant la première mise au jeu, l'ancien joueur de la Ligue nationale de hockey (LNH), Luc Robitaille, a affirmé qu'il était impressionné par les installations du nouvel amphithéâtre.
On en parle en ondes :
Écouter
Mis en ligne le lundi 28 septembre 2015 dans Les amateurs de sports et Face à face : Les amateurs de sports avec Ron Fournier, Dany Dubé et Mario Langlois
Écouter
Mis en ligne le lundi 28 septembre 2015 dans Bonsoir les sportifs avec Martin McGuire et Dany Dubé
Le président des Kings de Los Angles et ancien attaquant (668 buts et 726 mentions d’aide en 19 saisons) du circuit Bettman était l’invité de l’animateur Mario Langlois à l’émission Les Amateurs de sports, enregistrée en direct du Centre Vidéotron. Ila notamment commenté l’importance de cette rencontre entre le Tricolore et les Penguins, équipe avec laquelle il a d’ailleurs joué une saison en 1994-95.

«La compagnie qui est propriétaire des Kings, AEG, est dans le management des arénas, a expliqué Luc Robitaille. Elle a aidé Quebecor pour le centre. C’est impressionnant d’être ici aujourd’hui. C’est un aréna qui est grandiose. Je suis fier pour les gens de Québec. Il n’y a pas un mauvais siège, ici. C’est aussi très spécial d’assister au premier match de la Ligue nationale dans l’endroit.»

Questionné quant à l’importance de cette rencontre entre le Canadien et les Penguins pour la réunion des gouverneurs (on y présentera les candidatures officielles pour les villes d’expansion dans la LNH, dont Québec), qui aura lieu mardi, Robitaille a indiqué que cet événement dans la Capitale nationale revêt une signification particulière pour l’avenir du hockey à Québec.

«Ce n’est pas moi qui prends la décision, a-t-il envoyé à la blague. Mais, je suis un bon témoin. Je sais qu’il y a du monde de la LNH dans l’aréna qui est venu voir tout ça. C’est bien de voir une telle foule [constituée d’amateurs de hockey] excités. Jusqu’à maintenant, on a pu constater que les gens de Québec sont aussi venus voir les matchs des Remparts, tout comme les différents concerts. C’est ce que tout le monde regarde.»

Selon Luc Robitaille, les dirigeants du circuit pourront constater (une fois de plus) qu’il existe un véritable engouement concernant les matchs de la LNH à Québec. Cela dit, l’organisation de Quebecor devra faire face aux exigences assez élevées des Québécois à l’endroit d’une éventuelle équipe.

«Le prix des billets va s’ajuster au marché. Tout le monde sait ça. Un autre point très important : l’équipe devra être compétitive. Les Québécois ne voudront pas d’une formation qui se contente de faire les séries. Ils vont supporter une équipe qui va tenter de gagner la coupe Stanley. Si tu veux un club de sport professionnel, il faut essayer de remporter le championnat. Il faut trouver un équilibre entre la victoire et le prix que les amateurs sont prêts à payer…»

L’autre ville candidate

Le commissaire adjoint de la LNH, Bill Daly, a confirmé que les responsables des deux candidatures - à savoir les villes de Québec et de LAs Vegas - ont été invités à une rencontre avec le comité exécutif de la LNH. Plus tard mardi, le comité présentera son rapport au Bureau des gouverneurs de la LNH.

Selon Robitaille, la ville de Las Vegas (un groupe d’investisseur a aussi déposé une candidature auprès de la LNH pour l’obtention d’une équipe) détient également un amphithéâtre de grande qualité.

«C’est un aréna spectaculaire construit aussi pour le hockey. Mais il est différent [du Centre Videotron]. C’est plus dans l’esprit de Vegas. Il y a un gros buzz à Las Vegas. Mais bon, au Québec, le hockey c’est une passion. Le match présaison que jouent les Kings est toujours à guichets fermés. L’ambiance est bonne aussi.»

«Du long terme»

D'après Pierre Dion, président et chef de la direction de Québécor, il ne fait aucun doute que ce match entre le Canadien et les Penguins était une occasion en or pour son organisation, qui pourra démontrer à quel point les gens de Québec sont passionnés de hockey.

«Comme on dit en bon québécois, le timing est bon. On a fait l'ouverture officielle avec les Remparts. Ensuite, il y a eu Metallica, Madonna, RBO (Rock et Belles Oreilles), etc. Donc, on était prêts pour ce soir. Car ça demande toujours du rodage. C'est réussi. Le centre était plein (18 200 personnes). Les gens étaient heureux. Ensuite, pour nous, c'est une belle vitrine [...] C'est certain que nous aurons plein de chose à montrer [aux gouverneurs], demain. Nous avons une chance incroyable de partager ce qui s'est passé lors de cette soirée. C'est une belle signature LNH.»

Au sujet de la rencontre avec les gouverneurs, mardi, Pierre Dion a affirmé qu'il y avait quatre grands thèmes incontournables dans la présentation de leur stratégie accompagnant la présentation officielle de leur candidature pour l'obtention d'une équipe de la LNH à Québec.

«Au sujet de la rencontre avec les propriétaires, il y a quatre choses importantes: Quebecor veut s'engager et nous devons en faire la démonstration. Après, l'aréna doit être prêt, ce qui est le cas. Troisièmement, une composante indispensable, les fans. Nous pouvons prouver que les gens ici sont passionnés de hockey. Finalement, le plan d’affaires, qui comprend le lancement de TVA Sports, un contrat de diffusion de 12 ans avec la LNH, l’achat de l’Armada et des Remparts, le contrat de gestion de 25 ans du centre Videotron. Bref, c’est un plan bâti sur du long terme. »

Le Tricolore va clôturer son calendrier préparatoire avec une série aller-retour face aux Sénateurs d'Ottawa le 1er octobre, au Centre Bell, et le 3 octobre, au Centre Canadian Tire.