dimanche 10 avril 2016

82 matchs du Canadien, 41 conclusions

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

Lightning 2 - Canadiens 5

FRANÇOIS GAGNON
DIMANCHE, 10 AVR. 2016. 01:00

Le Canadien s’est fait pardonner une partie des péchés dont il s’est rendu coupable au cours de la saison en signant une victoire de 5-2 aux dépens du Lightning de Tampa Bay.
Elle était où cette équipe qui a si bien terminé la saison malgré l’absence de Carey Price, de P.K. Subban et des autres éclopés? Cette équipe que les partisans ont attendue si souvent sans jamais la voir sous nos yeux.
Pour vaincre le Lightning qui a fait bien piètre figure et qui soulève plus d’inquiétude à l’aube de séries qui pourraient être bien courtes si cette équipe – elle aussi décimée par les blessures – se contente de demi-mesures comme elle l’a fait samedi au Centre Bell, le Canadien a compté sur ses meilleurs éléments.
Max Pacioretty et Alex Galchenyuk ont inscrit des doublés pour atteindre le plateau des 30 buts. Pacioretty l’a fait dans un filet désert ce qui lui en donne quatre cette saison. Un de plus que Tomas Plekanec. Un de moins que les meneurs de la LNH : Jamie Benn des Stars de Dallas, Jean-Gabriel Pageau des Sénateurs d’Ottawa et Brad Marchand qui a connu une saison phénoménale avec les Bruins de Boston.

Le capitaine et son joueur de centre ont ajouté chacun une mention d’aide; Brendan Gallagher et Andrei Markov ont récolté deux passes chacun. Tomas Plekanec a marqué, Lars Eller et Alexei Emelin ont récolté les autres passes. Des joueurs du grand club et non des jeunes rappelés en renfort du club-école ont donc marqué tous les buts; ont récolté tous les points. Comme quoi quand ils s’en donnent la peine, les meilleurs du Canadien, en dépit des blessures qui ont bien trop souvent servi d’excuses à un club qui se targue de les balayer du revers de la main, sont capables d’être meilleurs que les meilleurs de l’autre camp. Ils sont capables de donner le ton. Capable de mener leur équipe à la victoire.
Il est dommage qu’ils se soient contentés de le faire si peu souvent.
Malgré cette victoire qui a permis aux partisans d’entonner des « Olé! Olé! Olé! » pour une rare fois cette année, pour la dernière fois cette saison, le Canadien peut difficilement se gaver de ce gain qui permet de clore la saison avec une fiche de 38 victoires, 38 revers et six défaites en prolongation ou tirs de barrage. Avec sa récolte de 82 points, le Canadien termine à 12 points d’une place en série. À 13 du dernier rang du classement général.
Avant les bilans des joueurs, de l’entraîneur-chef Michel Therrien et de son patron Marc Bergevin, des bilans qui tomberont lundi, voici en rafales 41 conclusions, remarques ou faits saillants que je vous propose en guise de conclusion à cette saison qui a si bien commencé, mais qui a si mal fini malgré une victoire qui permet de fermer les livres sur une note un brin positive.
1- On le savait depuis quelques années déjà, on le sait maintenant davantage : sans Carey Price le Canadien forme un club bien ordinaire...
2- Le Canadien a marqué 221 buts cette année, dont cinq buts décisifs en tirs de barrage. L’an dernier? Le Tricolore en a inscrit 221 buts dont sept en tirs de barrage. Malgré des totaux identiques, le Canadien est exclu des séries alors qu’il a terminé premier dans la division Atlantique, deuxième dans l’Association Est avant de baisser pavillon en deuxième ronde des séries l’an dernier...
3- Quand on analyse de plus près la récolte offensive du Canadien cette saison, on relève qu’il a marqué 83 de ses 221 buts (37,6 %) dans les 23 premiers matchs. S’il avait maintenu ce rythme, le Canadien aurait fait la lutte aux Capitals de Washington en matière de production offensive...
4- Inversement, le Canadien s’est donc contenté de 138 buts dans ses 59 dernières rencontres, donc après la perte définitive de Carey Price ce qui, échelonné sur une saison, aurait donné un total de 192 buts...
5- C’est la deuxième fois seulement depuis 1995-1996 (Vincent Damphousse et Pierre Turgeon) que le Canadien compte deux marqueurs de 30 buts en une saison. Max Pacioretty et Erik Cole étaient les derniers à avoir réalisé l’exploit en 2011-2012.
6- Outre le fait que le Canadien ait concentré sa production offensive lors de ses 23 premiers matchs, sa défensive a été très poreuse cette année. Le Canadien qui était premier en défensive l’an dernier avec 189 buts accordés (incluant les buts en tirs de barrage) est passé au 22e rang cette année avec 236 buts accordés (incluant les buts en tirs de barrage)...
7- De toutes les conclusions qu’on puisse tirer de ces deux comparaisons, la plus évidente est que Carey Price est en mesure de gagner les matchs serrés (fiche de 20-6-10) alors qu’on a demandé à un gardien recru de l’imiter. Une commande qui était démesurée (le Canadien a terminé l’année avec une fiche de 15-12-6) quand on considère que Mike Condon en était à ses premiers arrêts dans la LNH cette année et que Dustin Tokarski et Ben Scrivens ont été loin de l’aider...
8- Le Canadien s’est contenté de marquer 2 buts ou moins une seule fois dans les 12 matchs disputés avec Carey Price devant la cage et 39 fois dans les parties ratées par son gardien numéro un...
9- L’attaque massive du Canadien est loin d’avoir terrifié ses adversaires cette année. Et cette timidité peut difficilement être associée à la perte de Carey Price. Du moins j’espère... Bien que timide, le Canadien a été meilleur cette année alors qu’il a inscrit 42 buts en avantage numérique comparativement à ses 39 de l’an dernier. Le Tricolore termine toutefois l’année au 25e rang de la LNH en matière d’efficacité en avantage numérique...
10- Le Canadien a signé plus de victoires sur la route lors de ses 24 premiers matchs de la saison (9) que lors de ses 58 derniers (7)...
11- Peu importe que ce soit à l’aile ou au centre, Alex Galchenyuk est l’un des pivots de l’attaque du Tricolore et son utilisation devra en témoigner dès le début de la saison prochaine autant à forces égales qu’en attaque massive au sein de laquelle il doit avoir une place dès la première vague. Oui il est rendu là...
12- Alex Galchenyuk a marqué 20 de ses 30 buts lors des 33 derniers matchs de la saison. Bien qu’il n’ait pas toujours aidé sa cause en début de saison, il est permis de se demander combien il en aurait marqué lors des 49 premières parties s’il avait été utilisé comme un vrai joueur de premier trio au lieu de l’être comme un simple joueur de soutien. Je suis convaincu qu’il aurait facilement dépassé son total timide de 10...
13- Pour en ajouter sur Galchenyuk, il est devenu le 3e plus jeune attaquant de l’histoire du Canadien à atteindre le plateau des 30 buts dans une saison derrière Bernard « Boom Boom » Geoffrion en 1951-1952 et Stéphane Richer en 1987-1988...
14- Pour terminer avec le Galchenyuk (16:13), il rejoint Jason Spezza (16:31) à Dallas, et Boone Jenner (16:25) Columbus à titre de marqueurs de 30 buts dont le temps d’utilisation moyen est inférieur à 17 minutes par rencontre...
15- Max Pacioretty n’a pas eu une saison facile. Autant comme franc-tireur qu’à titre de capitaine du Tricolore. Mais en lui décernant leur vote pour représenter le Tricolore dans la course au trophée King-Clancy, ses coéquipiers lui ont rendu un bel hommage et ils ont surtout rappelé à l’ordre les observateurs et partisans qui ont ouvertement et férocement remis son leadership en doute...
16- Max Pacioretty atteint le plateau des 30 buts pour une troisième saison de suite et une quatrième fois en cinq ans. Il aurait flirté avec les 30 buts lors de la saison écourtée par le lock-out alors qu’il a marqué 15 buts en 44 rencontres...
17- Petite statistique à glisser entre deux bouchées de froot loops, Max Pacioretty est le seul joueur de la LNH à avoir obtenu au moins un tir au but dans chaque match de son équipe cette saison. Ça ne veut pas dire qu’ils étaient tous dangereux, mais quand même...
18- Une autre petite en passant, depuis 1967-1968, seulement quatre joueurs du Tricolore ont obtenu plus de 300 tirs en une saison : Guy Lapointe (317 en 75-76), Jacques Lemaire (330 en 68-69 et 310 en 77-78), Guy Lafleur (303 en 75-76, 307 en 77-78, 342 en 78-79 et 323 en 79-80) et Max Pacioretty qui, avec ses cinq tirs cadrés samedi, a fracassé le plateau des 300 avec 303...
19- Bien qu’il se rende parfois – et peut-être un peu trop souvent – coupable de bourdes épouvantables et que son ego un brin ou deux surdimensionné occupe trop de place dans le vestiaire, P.K. Subban demeure le joueur le plus utile au CH cette année. On peut lui reprocher bien des choses, mais le fait qu’il ait participé à près du quart (23,6 %) des 216 buts marqués par le club – excluant les buts en tirs de barrage – cette année en est une preuve éloquente. Plus impressionnant encore, P.K. a participé à 51 des 186 buts marqués (27,4 %) lors des matchs qu’il a disputés...
20- Est-ce que quelqu’un quelque part doute encore du fait que Brendan Gallagher est celui qui sonne la charge sur la patinoire? Malgré sa petite taille, malgré le fait qu’il ait raté 29 matchs, il termine troisième marqueur du club avec 19 buts, loin devant Lars Eller qui est quatrième avec 13. L’effet Gallagher est indéniable...
21- Ah! Tomas Plekanec! Ses 14 buts représentent une production offensive décevante pour un joueur de son talent, de son expérience et du rôle qu’il devait remplir avec le Tricolore encore cette année. Et il est là le problème : Plekanec n’a jamais vraiment été un centre de premier mois. Il l’est de moins en moins avec les années qui passent. Et le sera donc encore moins l’an prochain. Sa place au sein de l’offensive du Tricolore dépendra des décisions et actions de Marc Bergevin. Je demeure convaincu de deux choses : il peut encore aider le Canadien. Et s’il manque de place pour lui, il sera possible de l’échanger malgré son salaire de 6 millions $ pour les deux prochaines années. Plekanec jouit d’une très bonne réputation auprès des entraîneurs-chefs qui veulent un gars comme lui au sein de leur formation. Et comme il n’a plus de clause de non-échange, il pourra être refilé à un club qui devra dépenser des gros sous pour atteindre le plancher salarial...
22- Andrei Markov a vieilli lui aussi. C’est indéniable. Mais malgré ses 37 ans bien comptés, Markov est l’un des quatre joueurs seulement – les autres sont Galchenyuk, Pacioretty et Plekanec – ayant disputé les 82 matchs du Canadien cette saison. Et bien qu’il ait connu quelques matchs difficiles dont un ou deux vraiment mauvais, Markov a été certainement le défenseur le plus stable de la brigade du Tricolore cette année...
23- À moins que Marc Bergevin reçoive l’ordre de son propriétaire Geoff Molson de le limoger ou que le ou les congédiements possibles, mais néanmoins surprenants de Claude Julien (Boston), Bob Hartley (Calgary) ou Alain Vigneault (New York) ne forcent la main de Marc Bergevin, Michel Therrien amorcera la prochaine saison derrière le banc du Canadien. Il sera intéressant de voir après combien de défaites consécutives on réclamera son renvoi...
24- Il n’y a pas que les postes d’entraîneur-chef et d’adjoints du grand club qui devront être analysés. Le Canadien devra revoir son groupe d’entraîneurs du club-école également. Si Sylvain Lefebvre, malgré toutes ses qualités, ne figure pas comme un candidat éventuel au poste derrière le banc du grand-club il doit être remplacé par un coach qui pourrait faire le grand saut : Guy Boucher? Pascal Vincent? André Tourigny? Benoit Groulx? Marc Crawford? Faites votre choix en attendant celui de Marc Bergevin...
25- Honni des uns, adulé des autres, David Desharnais n’est certainement pas un centre de premier trio dans la LNH. Mais il est certainement un joueur de la LNH. Il demeure le centre du CH qui a la plus belle vision du jeu et qui est le meilleur pour distribuer les passes autour du filet adverse...
26- Honni des uns, adulé des autres lui aussi, Lars Eller a-t-il disputé son dernier match dans l’uniforme tricolore? Sans en avoir l’intime conviction, je le crois sincèrement...
27- Nathan Beaulieu a beau – excusez là – être un premier choix – 17e sélection en 2011 – son développement est loin de nous assurer qu’il puisse remplacer Andrei Markov à la gauche de P.K. Subban l’an prochain. Pas convaincu qu’il puisse partager le travail avec Jeff Petry sur une base régulière au sein du deuxième duo. Patience...
28- Parlant de Petry, on a bien hâte de le revoir l’an prochain...
29- Alexei Emelin est un défenseur de troisième duo. L’ennui, et il est majeur, c’est qu’il est assis sur un contrat blindé qui l’assure de salaires de 4,2 millions $ l’an prochain et de 4,4 millions $ dans deux ans avec une clause de non-échange la saison prochaine. Ça fait très cher payer pour occuper un rôle au sein d’un troisième duo...
30- Greg Pateryn est un défenseur de la LNH. J’espère qu’il sera mis à contribution dès le début de la prochaine saison...
31- Comme Greg Pateryn, Mark Barberio a perdu beaucoup de temps, beaucoup trop de temps, sur la galerie de presse en début de saison et il mérite d’occuper une place parmi les réguliers l’an prochain. Avec leurs salaires raisonnables, Pateryn et Barberio sont de bien meilleurs candidats aux postes de 5e, 6e, voire 7e défenseurs que peut l’être le très dispendieux Alexei Emelin...
32- Acquis à la date limite des transactions, Phillip n’a pas soulevé le toit du Centre Bell depuis son arrivée. Une place lui est déjà réservée dans le vestiaire l’an prochain. Acquis comme joueur de centre, Danault a toutefois terminé la saison à l’aile. Il sera intéressant de voir quelle chaise lui sera réservée.
33- Paul Byron mérite toutes les accolades reçues dans la foulée de sa sélection à titre de quatrième étoile de la saison chez le Tricolore. Joueur effacé et l’un des plus petits de la LNH, Byron s’est toutefois fait remarquer par sa fougue et sa grande vitesse. Avec ses 11 buts marqués sur les 49 tirs qu’il a cadrés cette année, il est aussi le joueur le plus précis de l’équipe avec une efficacité de 22,3 %...
34- Torrey Mitchell a terminé loin derrière Paul Byron et Mike Condon dans la course au trophée Jacques-Beauchamp. Il mérite toutefois sa place au sein de la formation l’an prochain...
35- Parce que ça se bousculera pas mal au sein des troisième et quatrième trios lors du prochain camp d’entraînement, je me demande sérieusement s’il y aura des places pour Brian Flynn et Stefan Matteau
36- Daniel Carr a du cœur au ventre, un bon coup de patin et le talent requis pour assumer un rôle au sein d’un troisième trio. Parce qu’il a compris qu’en jouant à l’image de Brendan Gallagher il s’offrirait la chance de se tailler une place avec le grand club, je considère que c’est l’attaquant du club-école qui est le plus près de la LNH...
37- Quoi dire sur Andrighetto? De la vitesse, de bonnes mains, du talent. Tout ça est bien beau, mais s’il occupe une place au sein des deux premiers trios du Canadien l’an prochain, Marc Bergevin aura failli à la tâche dans sa quête de renflouer un top-6 qui en a cruellement besoin...
38- Quoi dire sur Michael McCarron? Qu’il jouera avec le grand club l’an prochain sur une base régulière. Est-ce que ce sera avant ou après Noël? Son développement et les blessures le détermineront. Mais j’ai l’impression que sa clef du vestiaire du Canadien sera bien emballée sous l’arbre de Noël...
39- Quoi dire sur Jacob De La Rose? Est-ce que je suis le seul à croire qu’il ne soit pas vraiment de calibre de la LNH?
40- Un match ne fait pas une carrière, mais l’embauche de Charlie Lindgren compliquera la tâche de Zachary Fucale l’an prochain alors qu’il y aura une saine compétition pour le poste de gardien numéro un des IceCaps...
41- Maintenant que la saison est terminée, les 34 joueurs qui ont subi des blessures dans le camp du Canadien cette année ont raté un total de 348 parties, dont 67 par Carey Price. S’il ne peut améliorer cette statistique l’an prochain, surtout dans le cas de son gardien, le Canadien terminera sa saison aussi vite qu’il vient de le faire cette année...