dimanche 10 avril 2016

Un 30e but de Pacioretty pour Mme Béliveau, un premier trio qui promet

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

Un 30e but tout en puissance!

ÉRIC LEBLANC
DIMANCHE, 10 AVR. 2016. 00:06

MONTRÉAL – Dans le cadre du dernier match d’une saison catastrophique, Max Pacioretty ne pouvait quand même pas décevoir Madame Béliveau.

Même s’il avait marqué son 29e but tôt en deuxième période, le capitaine du Canadien a affirmé qu’il ne tenait pas absolument à enchaîner avec son 30e. Après tout, son équipe se dirigeait vers une fin positive et c’était ce qui comptait à ses yeux.
Mais tout ça, c’était avant un moment qui a changé sa soirée.
« Je n’y pensais pas vraiment et j’y aurais probablement plus pensé dans mes années précédentes. Par contre, durant le deuxième entracte, Madame Béliveau m’a pris de côté et m’a dit qu’elle voulait me voir marquer ce 30e but. Je ne pouvais pas la décevoir et Brendan (Gallagher) a réussi un beau jeu, je pensais à elle sur la séquence », a dévoilé Pacioretty.
Cette dernière rencontre a donc servi à quitter pour les vacances avec le cœur un peu moins lourd. Cela dit, Pacioretty ne ressent pas de soulagement à la suite de la conclusion de cette saison plus que décevante.
« Non, je pensais que je me sentirais un peu ainsi avec les circonstances et les épreuves de la saison. Par contre, le support qu’on a eu après le match rend très difficile de ranger notre équipement et retourner à la maison. On voulait continuer à jouer et encore plus devant nos partisans. C’est à nous de revenir en force la saison prochaine », a évalué le numéro 67.
Pacioretty n’a pas besoin de chercher bien loin pour trouver une manière de relancer son équipe après la saison morte. Lui, Alex Galchenyuk et Brendan Gallagher ont conclu le calendrier en force et ils désirent poursuivre dans ce sens en 2016-2017.
« Je suis heureux de ce rendement. C’est un plaisir de jouer avec eux et, si on joue ensemble la saison prochaine, je crois qu’on pourra bâtir là-dessus », a commenté Pacioretty qui adore l’afflux de dynamisme procuré par le retour de Brendan Gallagher.
« Il y a seulement le temps qui pourra dire comment notre trio se comportera, mais on est affamé et on veut le démontrer en aidant notre équipe. La chimie a été vraiment bonne en fin de saison et ça augure bien pour la suite des choses, mais il ne faudra pas négliger les efforts », a jugé Galchenyuk.
Therrien ne regrette pas d’avoir attendu
De son poste d’entraîneur, Michel Therrien a certainement dû perdre quelques cheveux à se demander pourquoi la chimie n’a pas opéré quand il avait réuni ces trois joueurs plus tôt durant la saison.
« La progression de Galchenyuk a fait en sorte qu’on a pu les placer ensemble. On avait essayé une première fois [...], mais Alex n’aurait sûrement pas été capable de gérer cette pression en début de saison. Sa progression a fait qu’on a pu le placer là. On est très heureux de les voir bien jouer », a déclaré Therrien.
Mais, en fin de compte, il prétend ne pas ressentir de regrets.« Non, parce qu’on pouvait voir qu’Alex n’était pas prêt pour ce défi. On pouvait le voir, c’est pourquoi nous avons pris un pas de recul, mais Alex s’est amélioré sans cesse. La confiance des joueurs est très importante et on ne veut pas affecter celle d’un jeune joueur. Ça explique pourquoi on a reculé dans cette situation. »
En évoluant avec Galchenyuk, un tireur hors pair, Pacioretty ne peut faire qu’autrement de modifier son style de jeu et il y perçoit du positif.
« Les bons joueurs utilisent les forces de leurs partenaires. Au départ, Alex et moi sommes plus des joueurs qui voulons lancer au filet. C’est vrai qu’il faut sortir de notre zone de confort, mais si on peut devenir des doubles menaces, ça deviendra très difficile pour les équipes de nous contrer », a prétendu Pacioretty.
Une saison très instructive pour le capitaine
Lundi, lors du bilan des joueurs et des dirigeants qui sera présenté dès 8 h 30 sur le RDS.ca et à RDS Info, Pacioretty sera questionné sur sa première saison en tant que capitaine.
Son leadership et celui des autres meneurs du club ont souvent été remis en question. Pacioretty ne cache pas qu’il a énormément grandi à travers les épreuves des derniers mois. Il reconnaît toutefois qu’il deviendra encore meilleur s’il peut davantage oublier le hockey quand il quitte le Centre Bell ou le complexe d’entraînement.  
« J’ai tellement appris durant cette saison. Bien sûr, c’était difficile par moments et personne ne pourrait le nier. Il y avait des silences de mort après les défaites qui s’accumulaient », a-t-il admis.
« Je me suis retrouvé à penser un peu trop au hockey en dehors de l’aréna. J’ai appris des meilleurs joueurs que j’ai côtoyés qu’il faut vraiment faire le vide et créer une séparation. C’est encore plus vrai maintenant que j’ai une famille », a enchaîné Pacioretty.
« J’aime retourner à la maison, mais les enfants et ma femme se couchent beaucoup plus tôt que moi donc je me retrouve devant la télévision ou l’ordinateur à regarder des trucs comme des faits saillants des autres matchs. C’est difficile, on souhaiterait tellement être encore dans le portrait et se battre en séries », a ajouté le capitaine.
Au moins, Pacioretty parvient à se consoler.
« Mais, ensuite, tu vois le support de tous nos partisans et tu te rappelles que toutes les épreuves en valent la peine », a tenu à mentionner Pacioretty qui ne participera pas aux Championnats du monde en visant plutôt la Coupe du monde.