mercredi 16 mars 2016

Grosse victoire pour Stéphane Quintal

http://www.rds.ca/hockey/lnh/

Stéphane Quintal
Stéphane Quintal (Source d'image:Getty)

Images of Francois Gagnon

BOCA RATON – Préfet de discipline de la LNH, Stéphane Quintal a solidifié encore davantage son autorité avec le maintien intégral du règlement 48 régissant les coups à la tête et les pénalités et/ou sanctions disciplinaires supplémentaires qu’ils peuvent entraîner.
Directeur général des Blue Jackets de Columbus, Jarmo Kekäläïnen aurait aimé que la Ligue se montre plus sévère à l’endroit des coups sournois portés à la tête. Il a été rabroué par ses homologues qui partageaient son groupe de travail. De fait, les directeurs généraux se sont majoritairement rangés derrière Quintal qui leur avait demandé de ne rien changer au règlement.

«J’ai demandé aux directeurs généraux de nous faire confiance. Nous suivons les matchs tous les soirs, nous analysons les jeux dangereux tous les soirs et nous prenons des décisions tous les soirs à savoir si une mesure disciplinaire supplémentaire doit être imposée ou non. On a fait beaucoup de travail au cours des dernières années pour clarifier nos positions sur ce qui est permis et ce qui ne l’est pas. À mes yeux, le règlement comme il est écrit est clair. Il fait clairement référence au fait que le corps doit être le premier point d’impact peu importe les circonstances. La question de la vulnérabilité du joueur qui reçoit le coup a été soulevée par quelques DG mais les clarifications ont été apportées et nous allons de l’avant », a mentionné Quintal qui était appuyé mardi par l’un de ses adjoints Chris Pronger.
De fait, tout juste après être sortis de la salle de réunion où ils ont défendu leurs positions, Quintal et Pronger se sont rendus dans une autre salle pour la comparution de Dalton Prout. Au terme de cette comparution (téléphonique), le défenseur des Blue Jackets de Columbus a écopé une suspension d’une rencontre pour avoir asséné un coup de poing sournois à Nikita Kucherov, du Lightning de Tampa Bay, lors d’une mêlée survenue au cours de la rencontre de dimanche.
Pendant que Stéphane Quintal dirigeait cette audience, plusieurs directeurs généraux ont encensé son travail.
« La Ligue a fait des pas de géant pour diminuer les coups à la tête et autres coups dangereux sur la patinoire. Avec tous les changements apportés au fil des dernières années, le jeu est plus rapide qu’il ne l’a jamais été. Avec les conséquences négatives que cela peut entraîner. En utilisant les moyens techniques à leur disposition et surtout en effectuant une meilleure éducation afin de s’assurer que les joueurs se protègent d’une meilleure façon sur la glace, je trouve que nous avons grandement amélioré les choses», a indiqué Lou Lamoriello directeur général des Maple Leafs de Toronto.
« Tout le monde comprend maintenant la nature du règlement. Oui il y a encore parfois des questions afin de comprendre pourquoi un geste a été sanctionné et un autre non. Mais les vidéos présentés par la Ligue tendent à démontrer clairement les différences. À mes yeux, la plus grande amélioration est associée au fait qu’on ne voir plus de joueurs être frappés lourdement après avoir décoché un tir. Ces coups étaient dévastateurs en raison du fait que ceux qui les recevaient étaient très vulnérables. C’est un signe que les choses changent. C’est une bonne nouvelle. Et c’est pourquoi je crois que le règlement tel qu’il est écrit est suffisant », a ajouté Steve Yzerman, directeur général du Lightning de Tampa Bay.
En plus du maintien du règlement 48, Colin Campbell est revenu sur la règle 49 qui régit, entre autres choses, les buts marqués avec les patins. Là aussi les directeurs généraux se disent satisfaits des améliorations apportées au fil des dernières années.
« Le plus important dans l’application de ce règlement est que nos décisions soient constantes. Quand tu es constant dans tes jugements, les gens comprennent et on évite surtout les interprétations différentes qui compliquent notre travail. À l’aube des séries éliminatoires, nous jugions important de faire le point sur cette règle et son application et il semble que tout le monde soit heureux », a expliqué Campbell.