mercredi 16 mars 2016

Michael McCarron et Lucas Lessio gagnent en confiance, mais ...

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

Panthers 4 - Canadiens 1


Éric Leblanc

MONTRÉAL – Tranquillement, mais sûrement, Michael McCarron démontre qu’il peut s’acquitter d’un rôle important avec le Canadien de Montréal.
Après une brève audition de deux parties en décembre, le gros numéro 34 vient de disputer neuf parties et il devrait obtenir 12 autres occasions de se prouver avant la fin du calendrier régulier.
Sans briller à tous les matchs, McCarron tient définitivement son bout et il n’a pas raté sa chance depuis le début de son deuxième séjour avec le club montréalais.

« Je ne veux pas utiliser le mot confortable, mais je me sens de mieux en mieux sur la patinoire. Je réalise que je peux jouer à ce niveau et c’est à moi de montrer ce que je peux accomplir », a témoigné le centre.
Cela dit, l’Américain de 21 ans n’était pas satisfait du travail de son trio mardi soir. À la suite d’un départ encourageant, la combinaison complétée par Lucas Lessio et Stefan Matteau n’a pas maintenu la cadence.
« Je ne sais pas trop, j’aurais de la misère à identifier la raison outre qu’on a moins envoyé la rondelle derrière leurs défenseurs et on a passé trop de temps dans notre zone. Il faut apprendre de ces matchs et jouer de manière plus constante », a analysé le volubile patineur.
Ce match a permis à McCarron de prouver une fois de plus qu’il n’hésite pas à venir à la défense de coéquipiers. Cette fois, il a jeté les gants contre Garrett Wilson qui avait rudoyé Alexei Emelin.
« Je pense que j’ai un petit côté protecteur, je ne veux pas voir mes coéquipiers être malmenés. Si un coup de ce genre se produit, je vais m’impliquer », a-t-il confirmé.  
« Je ne trouvais pas que c’était une mise en échec légale, je lui ai demandé et c’est tout. Ça fait partie de mon jeu et ça va arriver », a expliqué le colosse dont le geste a été approuvé par Michel Therrien.
Avec ses qualités de meneur, McCarron n’a pas voulu contredire les propos de son capitaine Max Pacioretty qui a mentionné qu’il n’y avait rien de positif à retenir de cette partie.
« Je ne veux pas commenter sur ses propos, c’est notre meneur et il sait mieux que moi ce qui s’est passé », a réagi McCarron.
Lessio se démarque, sauf que …
Tout comme samedi soir, face au Wild du Minnesota, Lucas Lessio a démontré de l’aplomb en attaque. Sa vitesse et sa propension à se diriger vers le filet lui permettront de gagner des points, mais Therrien s’attend à plus de sa part.
« Il doit démontrer de la constance dans sa façon de jouer, il connaît des hauts et des bas, c’est typique de la part des jeunes joueurs », a jugé Therrien.
Pour sa part, Lessio s’est dit encouragé par sa progression depuis son arrivée avec le Canadien.
« Ma confiance est plus élevée, j’avais fait du yo-yo jusqu’à présent entre la Ligue américaine et la Ligue nationale. Je suis moins nerveux et je veux contribuer à chacune de mes présences. Il faut faire plus que les autres joueurs pour garder sa place », a fait remarquer le gaucher de 23 ans.
Au sujet de cette période d’évaluation alors que le Canadien est sur le point de conclure une pénible saison, Lessio a hâte de démontrer plus de finition.   
« C’est difficile pour l’équipe, mais ça demeure une audition. L’idée est toujours de bien jouer pour aider le groupe. Je veux simplement contribuer de mon mieux. J’ai hérité de certaines chances, mais j’aurais aimé que ça se traduise par des buts », a-t-il précisé.
Même si le contexte actuel du Canadien n’est pas évident avec une formation remaniée, Lessio ne peut pas se plaindre surtout qu’il dit aspirer à davantage qu’un poste sur le quatrième trio.  
« On a travaillé toute notre vie pour ces occasions, ça ne peut pas nous effrayer. Je ne pense pas qu’un joueur souhaite rester un joueur de quatrième trio toute sa carrière. Je suis encore jeune dans la LNH avec 36 matchs, j’essaie seulement de monter graduellement dans la hiérarchie et surtout garder ma place dans la formation », a conclu l’Ontarien repêché par les Coyotes en 2011.