mercredi 25 janvier 2017

Daniel Carr soulagé d'avoir enfin marqué

http://www.lapresse.ca/sports/hockey

Publié le 25 janvier 2017 à 14h00 | Mis à jour à 14h00
Daniel Carr (43) a célébré son but avec... (Photo André Pichette, La Presse)
Daniel Carr (43) a célébré son but avec Torrey Mitchell (17), Zach Redmond (20) et Jacob De La Rose (25), mardi.
MICHEL LAMARCHE
La Presse Canadienne
Daniel Carr ne le dit pas ouvertement, mais il est probablement l'un des rares joueurs qui auraient aimé que la LNH poursuive ses activités régulières en fin de semaine. Car il a déjà eu sa large part de journées de congé cette saison.
Après avoir laissé une favorable impression en 23 rencontres la saison dernière, et ce même s'il avait subi une grave blessure à un genou à la fin de janvier de 2016, Carr n'a pas réussi à reprendre là où il avait laissé. Jusqu'à maintenant, il n'a participé qu'à 29 des 49 premiers matchs du Canadien.
Dans le gain de 5-1 du Tricolore contre les Flames de Calgary, mardi, l'attaquant de 25 ans a marqué son deuxième but de la saison, et son premier depuis le 10 novembre, contre les Kings de Los Angeles.
L'an dernier, en guise de comparaison, il a fait bouger les cordages six fois.
«Ça faisait longtemps, a-t-il opiné après l'entraînement de l'équipe au Complexe sportif Bell de Brossard. De marquer enfin ce but m'a fait beaucoup de bien.»
Carr a participé aux deux premiers matchs du Canadien cette saison, récoltant une passe lors de la rencontre inaugurale à Buffalo. Il a ensuite raté les dix matchs suivants, incluant deux où il avait été cédé au club-école de l'équipe.
À compter du 6 décembre, alors que la liste des blessés chez le Canadien a commencé à grossir, Carr a pris part à 15 matchs d'affilée lors desquels il a été limité à cinq mentions d'assistance. Son but contre les Flames est venu après une séquence de cinq rencontres où il avait été laissé sur la passerelle.
Interrogé à son sujet, Therrien a prôné la patience et aussi rappelé que Carr apporte de la profondeur.
«Ça fait partie d'un processus de travailler avec des jeunes joueurs. Il y a une partie où ç'a été plus difficile pour lui. C'est encore un jeune joueur. C'est seulement sa deuxième saison dans la ligue», a d'abord mentionné l'entraîneur-chef du Canadien.
«L'une des raisons pour lesquelles nous sommes capables de maintenir un certain succès, aussi, c'est parce que nous avons de la profondeur. Daniel Carr fait partie de ça. Même s'il nous manque cinq joueurs, c'est important en tant qu'équipe de bien «performer', de se donner des chances de gagner. Sans cette profondeur-là, nous n'en serions pas capables. Il fait partie de cette profondeur.»
Carr ne cache pas qu'il n'a pas trouvé faciles tous ces moments passés loin de la glace plutôt qu'à tenter d'aider ses coéquipiers à accumuler des victoires.
«On me me fera jamais de cadeaux, et je n'ai d'autres choix que de continuer de travailler fort et m'assurer d'être prêt chaque fois que l'on fera appel à mes services. Au retour du congé, je vais continuer de foncer au filet et espérer profiter de bonds favorables.»