mercredi 29 juin 2016

«Ce genre de défenseur est pourtant une denrée rare» - Serge Savard

http://www.journaldemontreal.com/

MISE à JOUR 
SPO-HOCKEY-CANADIENS Serge Savard s’apprêtait à compléter une ronde golf lorsqu’on lui a annoncé que P.K. Subban venait d’être échangé aux Predators en retour des services du défenseur étoile Shea Weber.
«Je ne suis pas surpris, fut sa première réaction en répondant à notre appel. Je m’attendais à ce que Subban soit échangé, même si je suis peiné de le voir partir de Montréal.
«Il y a eu tellement de rumeurs au sujet de Subban au cours des dernières semaines et Marc Bergevin n’avait-il pas déclaré, avant la séance de repêchage, qu’il était à l’écoute?»
Bergevin ne magasinait peut-être pas les services de Subban, mais il avait laissé la porte ouverte à des négociations.
Un joueur d’exception
Savard a maintes fois vanté les mérites de Subban par le passé.
«Étant donné qu’il a été échangé, il faut croire qu’il n’était pas un joueur apprécié au sein de l’organisation», a raconté cette légende du hockey et ancien directeur général du Canadien.
«C’est un échange difficile à comprendre puisque ce genre de défenseur est une denrée rare. C’est le genre de joueur qu’on voit passer une fois en dix ans.
«Les joueurs de cette dimension sont très peu nombreux, a poursuivi Savard. Subban était un athlète différent, certes, mais le Canadien aurait pu mieux l’intégrer dans ses rangs. Il faut donner le bénéfice au coureur.»
Le plus gros échange depuis celui de Roy
Savard, qui avait échangé Chris Chelios en retour des services de Denis Savard en 1990, croit que la décision a dû être très difficile à prendre pour Marc Bergevin.
«On parle d’un défenseur étoile, même si Weber en est un lui aussi, a-t-il commenté. C’est fort probablement la plus grosse transaction effectuée par le Canadien depuis celle ayant impliqué Patrick Roy en décembre 1995.
«Lorsqu’on laisse partir un joueur de la trempe de Subban, on ne sait jamais de quel bord la transaction va aller. Ça peut être bénéfique, comme ça peut s’avérer néfaste.»
Houle préfère s’abstenir de commentaire
Réjean Houle, qui avait effectué la transaction impliquant Roy, n’a pas voulu se prononcer sur l’échange de Subban, se limitant à dire qu’il se croise les doigts pour que l’arrivée d’un défenseur comme Weber permettra au Canadien de renouer avec le succès.
«C’est une transaction majeure mais je préfère ne pas commenter, a dit Houle. Weber est assurément un super défenseur.»
Plus gros que l’organisation
Yvan Cournoyer, celui qui avait lancé à Guy Lafleur qu’un gars flamboyant et bruyant comme Subban aurait vite été remis à sa place à l’époque, s’est dit surpris par ce mouvement de personnel.
«J’ai l’impression que la clause de non échange qui allait entrer en vigueur le 1er juillet a dû peser dans la balance, a-t-il commenté. Subban prenait beaucoup de place.
«Il se croyait peut-être plus gros que l’organisation et on n’appréciait pas ses nombreuses activités hors de la patinoire, a continué Cournoyer. Je me suis posé des questions en constatant qu’il ne revenait pas au jeu en fin de saison, alors que le Canadien était éliminé de la course aux séries.
«On m’a aussi rapporté qu’il s’était présenté avec trois heures de retard à un tournoi de golf pour la fondation de l’hôpital St Mary’s. Ce n’est pas le genre de chose qu’apprécie la direction du Canadien. Les joueurs doivent respecter l’organisation...»