Therrien ne peux que répéter ce qu'il dit match après match

http://www.985sports.ca/hockey/nouvelles/

Publié par Jacques Thériault pour 98,5fm Sports le mardi 02 février 2016 à 22h31. Modifié par Charles Payette le mercredi 03 février 2016
Therrien ne peux que répéter ce qu'il dit match après match
Le premier but de Wayne Simmonds/(AP Photo/Matt Slocum)
(98,5 Sports) - Le point de presse de Michel Therrien a encore été de courte durée comme c'est le cas depuis que le Canadien n'en finit plus de s'enliser. Il faut dire qu'il y a de moins en moins d'explications à apporter tellement les performances de son équipe ne varient pas tellement d'un match à l'autre.
Le point de presse de Michel Therrien
00:00
00:00
On en parle en ondes :
Écouter
Mis en ligne le mardi 02 février 2016 dans Bonsoir les sportifs avec Ron Fournier, Martin McGuire et Daniel Brière
Encore une fois l’attaque à cinq du Tricolore a été incapable de faire la différence dans la rencontre, même avec une pénalité de cinq minutes à Radko Gudas à 12 :16 de la troisième période alors que les Flyers venaient à peine de prendre l’avance 3-2.

Si Andrei Markov a marqué en attaque à cinq, le Tricolore a aussi donné deux buts en désavantage numérique.

«La grosse différence dans le match de ce soir ce sont les unités spéciales, a déclaré un Michel Therrien on ne peut plus taciturne. Quand tu perds cette bagarre-là, c’est dur de gagner des matchs»

Therrien n’a pu que constater encore une fois une le déficit d’exécution des jeux. La chance ratée de Nathan Beaulieu est l’exemple parfait qui illustre les déboires des joueurs du Tricolore à ce chapitre.

«On a eu des bonnes chances de marquer, a rappelé Therrien. Tu regardes ce jeux là; il a manqué le filet, il n’avait qu’à la mettre dans le filet, le but était désert. On ne réussit pas à faire le gros jeu et à aller chercher le gros but.

Therrien a aussi fait remarquer qu’en plus des problèmes d’exécution, ses joueurs avaient eu de mauvaises lectures du jeu en plusieurs occasions.

Bien que diplomate dans son propos, Michel Therrien a quand même noté que le deuxième but de son équipe ne n’a pas généré le regain d’énergie que ça aurait dû provoquer.

«Quand on a réussi à créer l’égalité, j’ai eu l’impression qu’on a joué sur les talons, a fait remarquer l’entraîneur. On avait la chance de créer l’égalité avec le cinq minutes (de pénalité), mais on n’a pas réussi.»

Michel Therrien a retiré son gardien alors qu’il restait deux minutes à jouer et de toute évidence, il n’était pas satisfait de la manière dont les joueurs ont réagi.

«Je n’ai pas aimé les cinq dernières minutes, a conclu Michel Therrien.»

Messages les plus consultés de ce blogue

Les Blackhawks trop forts pour le Canadien

Carey Price, maître chez soi

«Mieux vaut tard que jamais!» - Mike Condon