lundi 4 janvier 2016

2016, l’année des Nordiques?

http://www.journaldemontreal.com/

JÉRÔME LANDRY
MISE à JOUR 
Concept 15  Vendredi soir, dans un restaurant de Miami, j’ai avalé mon souper de travers quand mon serveur m’a montré avec enthousiasme son mollet déco­­ré d’un énorme tatouage des Panthers de la Floride.
LE MONDE À L'ENVERS
Le gars a senti le besoin de partager son amour du hockey avec moi quand il a réalisé que j’étais Québécois. C’était un peu le monde à l’envers...
Belle façon de me rappeler sans le vouloir que Gary Bettman avait encore réussi, en 2015, avec des fonds publics, à éviter qu’une de ses franchises ne soit dans l’obligation de démé­nager dans un vrai marché de hockey.
LA SUITE
Pendant ce temps, à Québec, il ne se passe pas une seule journée sans que quelqu’un dans la rue ne me pose la fameuse question:
«Et puis? C’est pour quand, les Nordiques à Québec?»
D’ici la fin de janvier, il faudra regarder vers Seattle pour avoir une partie de la réponse. Un vote aura lieu au conseil de ville pour approuver ou bloquer le projet d’amphithéâtre de l’homme d’affaires Chris Hansen.
L’enjeu est majeur pour la Ligue nationale de hockey. Et pour Québec.
SURENCHÈRE
Si la construction se confirme, parions que les bonzes de la LNH se mettront à considérer sérieusement la possibilité d’une expansion avec trois candidates potentielles et tenteront de créer la surenchère qu’ils recherchent.
La bonne nouvelle pour Québec, c’est que la confirmation d’un nouvel aréna à Seattle ne signifiera pas nécessairement que des investisseurs seront prêts à allonger 500 M$ pour une équipe de hockey. Voilà pourquoi la Ligue pourrait décider en 2016 d’accepter Québec et Las Vegas dans ses cadres pour la saison 2017-2018 au plus tôt.
Mais une impasse à Seattle pourrait aussi signifier un report aux calendes grecques du projet d’expansion.
Ce qui laisserait Québec en attente d’un hypothétique déménagement des Hurricanes de la Caroline pour enfin retrouver son équipe.