vendredi 3 mars 2017

Byron et Gallagher privent Subban de la victoire

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

Predators 1 - Canadiens 2



MONTRÉAL – Une chance que l’hommage à P.K. Subban a rendu la soirée spéciale puisque la performance du Canadien n’a pas impressionné ses partisans et loin de là, mais Brendan Gallagher et Paul Byron sont venus sauver la mise.
Même si l’attaque du Tricolore a été très silencieuse une fois de plus, un but de Gallagher à mi-chemin en troisième période et un sublime but de Byron avec 8,3 secondes à écouler au match ont renversé la vapeur.

Un hommage plein d'émotions pour Subban








Ainsi, le Canadien s’est octroyé un gain in extremis de 2 à 1 et il a empêché Subban et les Predators de quitter Montréal avec une victoire qui aurait été si précieuse aux yeux du défenseur.
C’est simple, avant ces deux buts en troisième période, il aurait été plus intéressant de vous écrire un résumé sur le retour du numéro 76 au Centre Bell que sur la partie! Cela dit, le CH a fini par décoller si bien qu’il a trouvé le moyen de remporter ses quatre dernières confrontations et toutes par la marge d’un but, ce qui dénote un certain caractère.

« On était un peu à plat en début de match, mais le bon côté c’est qu’on parvient à trouver des manières de l’emporter. On s’accroche quand il le faut, mais il faudrait aussi se rendre les choses plus faciles en jouant bien dès le départ », a avoué Shea Weber.
Le but de Gallagher a mis fin à une séquence de 219 minutes et 51 secondes du Canadien sans toucher la cible en temps réglementaire devant ses partisans. Même le jeu de puissance n’avait rien provoqué auparavant en trois déploiements.
« C’était agréable parce que tu veux contribuer comme tu le peux. On n’a pas abandonné même si c’était frustrant à quelques occasions dans le match », a commenté la petite peste.
Gallagher n’avait pas compté depuis 10 matchs et il s’agit seulement de son deuxième en 25 parties. Quant à Byron, sa léthargie a duré pendant 13 rencontres.
« C’est un soulagement, il n’y a aucun doute. J’avais fait de bonnes choses, mais ça procure beaucoup de confiance quand ça fonctionne. Ça faisait longtemps et c’est agréable d’aider l’équipe à gagner », a témoigné Byron.
Le directeur général Marc Bergevin et l’entraîneur Claude Julien n’ont donc pas fini de se creuser la tête pour trouver des solutions. Il semble de plus en plus clair que le rappel de Charles Hudon s’impose puisque ce ne sont pas les joueurs acquis à la date limite des transactions qui vont multiplier les buts.

« On ne casse pas, on reste dans les matchs »
« On n’a pas eu beaucoup de chances de marquer parce que notre exécution n’était pas à point. C’est ça qui nous a fait vraiment beaucoup de mal et qui nous a causé des ennuis. On doit travailler sur ces éléments », a admis Julien sans détour.
« Défensivement, on peut voir que notre équipe se comporte beaucoup mieux, on n’alloue pas beaucoup de chances de marquer. On se défend assez bien, mais c’est le temps de regarder vers l’attaque », a-t-il enchaîné.  
Mais les encouragements les plus nourris adressés à Subban ont eu lieu à la suite de la vidéo préparée par le Canadien. Le montage et la puissante ovation ont fait couler de chaudes larmes sur le visage de Subban. Plus tôt dans la journée, il avait mentionné à notre collègue Pierre Houde qu’il était touché par tout l’amour que les gens de Montréal entretiennent encore pour lui.
Durant le match, celui qui a été le chouchou de plusieurs partisans n’a pas essayé de tomber dans le spectacle et il a aidé les siens à maîtriser la seule vraie menace du CH, son premier trio. Il a également essuyé quelques huées et particulièrement en troisième période quand Nashville menaçait en avantage numérique.
On aurait été curieux de voir le montant d’argent qui a été écrit par Subban sur le tableau dans le vestiaire des Predators pour ce rendez-vous très attendu. Les Preds (6-1-4) ont vu leur séquence de dix matchs avec au moins un point contre Montréal se terminer.
Dwight King a été la seule nouvelle acquisition du Canadien à enfiler l’uniforme et c’est Brian Flynn qui a cédé sa place. Steve Ott, Brandon Davidson et Andreas Martinsen devront patienter. On peut tout de même dire que Jordie Benn se débrouille très bien sur le troisième duo en défense.
C’est important de mentionner que Benn et ses coéquipiers ont réussi un excellent travail pour contenir l’attaque des Preds qui avait généré 19 buts depuis quatre matchs notamment grâce à Filip Forsberg.
« On a fait ça en équipe. Quand je parle de jouer défensif, ça prend la contribution de cinq joueurs. On a resserré le jeu et on donne moins d’occasions à nos adversaires. On a bien réagi dans notre zone contre une équipe qui marque beaucoup de buts », a exprimé Julien.
Considérant que le Canadien n’a amassé que deux victoires depuis sept sorties au Centre Bell, il sera probablement heureux de quitter pour quatre parties à l’étranger avec des duels contre les Rangers, les Canucks, les Flames et les Oilers. Le retour à Montréal aura lieu le 14 mars contre les Blackhawks de Chicago.

Une attaque anémique, une défense plus serrée
Des buts typiques de Byron et Gallagher
Depuis qu’il est arrivé à Montréal, Byron s’est mérité une belle réputation par sa volonté et sa rapidité. Le but qu’il a enfilé a été un exemple éloquent de ces qualités. Byron a intercepté une
passe et il a décampé à toute vitesse vers le filet adverse. Matt Irwin et Roman Josi ont bien tenté de le rejoindre, mais en vain. Il a terminé sa poussée en trompant la vigilance de Rinne.
C’est exactement la même chose pour Gallagher. Le combatif ailier s’est démené près de la bande et ensuite dans le coin de la patinoire pour conserver la rondelle et contourner le filet. Sa tentative a ricoché pour aboutir derrière la ligne rouge tout en lui procurant une merveilleuse sensation.

Le Canadien s'incline 2-1 en prolongation

http://www.lapresse.ca/sports/hockey/ Publié le 21 mars 2017 à 22h35   |  Mis à jour le 22 mars 2017 à 07h36 Dans la défaite, Al Monto...