Trop peu trop tard pour le Canadien

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/


MONTRÉAL – Confronté à une équipe que Michel Therrien s’est empressé de qualifier de « meilleure de la Ligue », le Canadien a échappé la première partie de son traditionnel programme double de la fin de semaine du Super Bowl en s’inclinant par la marque de 3-2 devant les Capitals de Washington, samedi après-midi.
Un but en avantage numérique de Nicklas Backstrom, inscrit à 5:16 de la troisième période, a donné aux Caps une avance de deux buts qu’ils ont su protéger jusqu’à la toute fin.

Max Pacioretty a rétréci l’écart avec son 25e filet de la saison, mais Braden Holtby a volé Alex Galchenyuk et Torrey Mitchell dans la deuxième moitié de la troisième en plus de fermer la porte dans la dernière minute pour signer sa onzième victoire consécutive.
« Les chances là, mais on affrontait l’un des meilleures gardiens de la Ligue et il a joué à la hauteur de sa réputation. On est arrivés tout juste à court », a commenté Pacioretty.

Capitals 3 - Canadiens 2

« Évidemment, on est déçus de ne pas avoir remporté ce match, mais on se mesurait définitivement à la meilleure équipe dans la Ligue alors il y a du positif à retenir de ce match », a ajouté Therrien.
Les Capitals, qui dominent effectivement le classement général de la LNH avec une récolte de 76 points en 52 matchs, ont signé une 15e victoire à leurs 18 derniers matchs.
Le Canadien a quant à lui subi une deuxième défaite consécutive et une quatrième à ses six dernières sorties, mais il a néanmoins fait amende honorable après sa contre-performance de jeudi à Philadelphie.

Max Pacioretty dans l'Antichambre








« Quand on joue sur les talons et qu’on ne sort pas de notre zone avec le contrôle de la rondelle, ce n’est pas trop long qu’on se retrouve dans le trouble. Mais ce n’était pas le cas ce soir. Peut-être un petit peu, mais assurément pas comme à Philly », estimait Pacioretty.
Alexander Radulov, qui a été au cœur de tous les combats dans la défaite, a terminé le match avec deux points. Philip Danault, son joueur de centre sur le premier trio, n’a pas joué dans les dix dernières minutes de la troisième. Therrien a expliqué qu’il souffrait d’une blessure au haut du corps et n’a pu confirmer sa présence pour le match de dimanche contre les Oilers d’Edmonton.
Les Capitals ont maintenant une fiche de 12-0-2 à leurs 14 dernières visites à Montréal. Leur dernière défaite en temps réglementaire au Centre Bell remonte au 10 janvier 2009.
Les Caps étaient arrivés en ville avec l’artillerie lourde habituelle. Alexander Ovechkin avait 17 points à ses 12 derniers matchs, Backstrom en revendiquait 21 à ses 14 derniers et T.J. Oshie 19 à ses 15 derniers. Evgeny Kuznetsov visait un quatrième match de suite avec au moins deux points. De quoi faire trembler la plus solide des brigades défensives.
Mais c’est avec leur quatrième trio que les visiteurs ont donné le ton dès la quatrième minute de la rencontre. Profitant d’un cafouillage de Jeff Petry et Jacob De La Rose à leur propre ligne bleue, Daniel Winnik a pris possession de la rondelle à l’entrée de la zone adverse et la remise en retrait à Jay Beagle, qui a mystifié Carey Price d’un tir vif du côté de la mitaine.
À 31 ans, Beagle améliorait une marque personnelle avec son onzième but de la saison.

La nouvelle identité des Capitals
Un bris sur la bande derrière Holtby a forcé l’interruption du match pendant une vingtaine de minutes. Le Canadien en a profité pour reprendre ses esprits et préparer sa riposte. Au retour de l’intermède, un gros travail de récupération de Danault et Pacioretty à la ligne bleue des Caps a mené au but égalisateur de Radulov, qui inscrivait un 40e point à son 51e match.
Une intervention providentielle du défenseur Matt Niskanen a empêché Tomas Plekanec de donner les devants au CH quelques instants plus tard. À l’autre bout, Price s’est contorsionné pour voler Brett Connolly dans la dernière minute de la période.
Il aurait toutefois fallu des pouvoirs surhumains à Price pour contrecarrer les plans d’Andre Burakovsky à mi-chemin dans le match. Alimenté par une belle passe transversale de Connolly, l’Austro-Suédois de 21 ans a décoché un lancer balayé fumant qui a sifflé par-dessus l’épaule gauche du cerbère étoile.
Radulov est une fois de plus venu au secours du Tricolore en marquant, sur un genou, ce qu’on croyait être son deuxième but du match. Après un bref conciliabule, les officiels ont toutefois jugé que Pacioretty avait privé Holtby de sa liberté de mouvement et ont mis fin aux célébrations.
La décision n’a pas découragé la bougie d’allumage russe. À la reprise, l’inépuisable numéro 47 s’est offert une autre montée d’un bout à l’autre de la patinoire et a coupé au but en déjouant Niskanen, mais Holtby a eu le dernier mot.
La fougue de Radulov a aussi ses effets pervers. En début de troisième, « Radu » s’est fait envoyer au cachot pour avoir retenu Ovechkin profondément en zone offensive. Backstrom a doublé l’avance des Caps lors de l’avantage numérique subséquent.

« Andighetto joue du bon hockey »








Pacioretty a ramené le CH dans le coup quelque deux minutes plus tard. Grâce à l’aide de Radulov – encore lui –, le capitaine a inscrit son 25e de la campagne pour porter la marque à 3-2.
Holtby a toutefois fermé la shop après ce faux pas. Galchenyuk, qui a brièvement retrouvé sa place sur le premier trio en l’absence de Danault, l’a défié sans pouvoir le déjouer en toute fin de match. Même chose pour Mitchell, qui s’est échappé en désavantage numérique seulement pour se buter au brio du portier des Prairies.
Holtby a terminé sa journée de travail avec vingt arrêts. Son vis-à-vis Price en a quant à lui réalisé 27.

Messages les plus consultés de ce blogue

Les Blackhawks trop forts pour le Canadien

Carey Price, maître chez soi

«Mieux vaut tard que jamais!» - Mike Condon