dimanche 19 février 2017

Faux départ pour Claude Julien

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

Jets 3 - Canadiens 1

Nicolas Landry

MONTRÉAL – L’arrivée de Claude Julien derrière le banc n’a pas suffi pour neutraliser les effets pervers d’une longue période d’inactivité, effets qui avaient déjà affligé bon nombre d’équipes dans la LNH et qui guettaient le Canadien samedi après-midi au Centre Bell.
Au premier match de son deuxième séjour à la barre du Tricolore, Julien a vu ses hommes baisser pavillon par la marque de 3-1 devant les Jets de Winnipeg.

« On va retrouver la voie de la victoire, j'en suis convaincu »
Visiblement rouillé au retour d’une pause de cinq jours, le Canadien a subi une septième défaite à ses huit derniers matchs. Excluant sa victoire en prolongation en Arizona, il n’a inscrit que six buts au cours de cette séquence.
Il n’en fallait pas plus pour éteindre l’enthousiasme qui émanait des troupes la veille lors de la première rencontre entre le nouveau général et ses soldats.
« On était prêts à jouer, mais il y a quelques aspects de notre jeu que l’on doit corriger présentement, se désolait Brendan Gallagher, particulièrement débiné, après la rencontre. C’est un processus. On savait que ça tout ne changerait pas du jour au lendemain. »
« Ça n’a pas été un grand match, a résumé Max Pacioretty. On a été dominés, particulièrement dans notre territoire, ce qui nous a compliqué la tâche pour générer quoi que ce soit offensivement. C’est quelque chose qu’on doit corriger et c’est ce qui mènera au réveil de l’attaque. »
« On leur a donné trop de chances dans notre zone et on a été victimes de trop de revirements en zone neutre. En général, il faut être meilleurs », a simplifié Andrei Markov, en accord avec son capitaine.

Markov a été l’auteur du seul filet des siens, en première période. Il faut toujours remonter au 31 janvier pour recenser le dernier match où un attaquant autre que Pacioretty, Alexander Radulov ou Alex Galchenyuk a trouvé le fond du filet.
« C’est sûr qu’on manquait de synchronisme aujourd’hui, c’était quand même évident », a concédé Julien dans son point de presse d’après-match.
Les Jets ont créé l’égalité avec un but en désavantage numérique en deuxième et ont pris les devants pour la première fois du match grâce à la touche de Mathieu Perreault en début de troisième.
Frustré à maintes reprises par Carey Price, Patrik Laine a savouré une petite revanche en complétant la marque dans un filet désert. Solide comme le roc dans la défaite, Price a terminé la rencontre avec 30 arrêts.
La prestation de Price est d’ailleurs l’un des points positifs que Julien a relevé après la défaite.
« Je crois qu’il y a beaucoup de choses qu’on peut toucher qui vont vraiment améliorer l’équipe, mais on va retrouver la voie de la victoire, ça j’en suis convaincu », a prédit l’entraîneur.
Galchenyuk : une promotion de 40 minutes
L’un des changements les plus évidents apportés par Julien dans le court laps de temps dont il a bénéficié pour prendre le pouls de sa nouvelle équipe fut d’entériner le retour de Galchenyuk aux côtés de Pacioretty et Radulov au sein du premier trio.

Une équipe qui manque cruellement de confiance
« Chucky » a connu le genre de début de match qui peut inciter un entraîneur à changer d’idée assez rapidement. À mi-chemin en première période, le jeune joueur de centre a connu une présence atroce. Pendant la même séquence, il s’est fait incruster dans la baie vitrée par Mathieu Perreault, a vu deux de ses sorties de zone interceptées à la ligne bleue et s’est fait sauver les fesses par Price après s’être lui-même fait déculotter par Laine.
L’arrêt de Price a provoqué une pause publicitaire, et après une bonne gorgée d’eau, Julien a décidé de renvoyer immédiatement ses trois piliers dans la mêlée. Son pif ne l’a pas trahi. À 11:04, Markov a complété un beau jeu de passes entre Galchenyuk et Pacioretty pour inscrire le premier but de la deuxième ère Julien à Montréal.
Poétique destinée : Markov est le seul joueur de l’édition actuelle du CH qui était en uniforme pour le tout premier match de Julien derrière le banc de l’équipe en 2003.
À sa défense, Galchenyuk n’est pas le seul homme en rouge à avoir connu une amorce difficile. Le Canadien a été dominé 15-6 au chapitre des tirs au but au premier vingt. Heureusement, Price ne mentait pas lorsqu’il disait qu’il avait profité du congé pour reprendre des forces.

Beaulieu cafouille, Armia marque








Sauf que le gardien étoile aurait eu besoin d’un peu d’aide pour contrer la loi de la moyenne en deuxième période. À la cinquième minute de l’engagement médian, alors que le Canadien déployait son jeu de puissance pour la première fois de la journée, Nathan Beaulieu a fait une crevaison en zone centrale pour laisser la voie libre à Joel Armia.
En échappée, le Finlandais a déporté Price vers sa droite avant de bifurquer pour aller déposer le disque dans une ouverture béante. C’était la deuxième fois en autant de matchs, et la sixième fois cette saison, que le Canadien accordait un but à un adversaire qui se défendait avec un homme en moins.
Comme Galchenyuk auparavant, Beaulieu a eu la chance de racheter sa bourde quelques minutes plus tard, lors d’un autre avantage numérique, mais un vif déplacement latéral a permis à Connor Hellebuyck de le priver de rédemption.
« Oui, c’est quelque chose dont vous pouvez vous attendre avec moi, mais je ne ferai pas dans l’excès de générosité non plus, a prévenu Julien quand on l’a questionné sur sa clémence à l’endroit des deux jeunes fautifs. Je crois que les joueurs doivent mériter leur place dans ce genre de situation, mais je suis conscient que les erreurs font partie du jeu et je réalise qu’il faut être patient avec les jeunes joueurs. Dans la LNH d’aujourd’hui, avec le plafond salarial et tout le reste, il y aura des jeunes joueurs dans ta formation. Si on veut qu’ils s’améliorent, il faut leur démontrer qu’on leur fait confiance. »
Julien a quand même replacé Philip Danault au centre du premier trio pour amorcer la troisième période, mais le fruit récolté à la suite de cette décision n’était pas mûr. C’est cette unité de confiance qui était sur la patinoire quand Perreault a inscrit le but décisif à la suite d’une brillante pièce de jeu individuelle de Dustin Byfuglien à 1:16 du dernier tiers.
« Je sais que Philip a connu du succès avec les deux autres gars et je savais aussi que Galchenuyk avait quand même des bons joueurs qui l’entouraient aussi sur l’autre trio. Je voulais faire un petit changement pour voir si ça pouvait nous donner un peu plus d’éléments offensifs sur les deux trios », a justifié Julien.

Price sort la mitaine devant Laine

Le premier trio frappe en premier!

Byfuglien fait tout le travail pour Perreault

Le Canadien s'incline 2-1 en prolongation

http://www.lapresse.ca/sports/hockey/ Publié le 21 mars 2017 à 22h35   |  Mis à jour le 22 mars 2017 à 07h36 Dans la défaite, Al Monto...