mardi 15 novembre 2016

Le tir de Shea Weber, une arme de destruction massive

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

Shea Weber
Shea Weber (Source d'image:Getty)

L’été dernier, en acquérant Shea Weber, Marc Bergevin a créé une onde de choc titanesque. Il était surréaliste d’échanger le joueur exceptionnel et le grand ambassadeur de la métropole qu’est P.K. Subban. Nombreux furent ceux qui s’insurgèrent face à cette transaction. Réaction parfaitement compréhensible puisqu’à Montréal notre amour pour ce sport coule dans nos veines, c’est inné et personne n’y est indifférent. Depuis plus d’un siècle, la ville vibre au rythme des réussites et des échecs du Canadien. Quand la Sainte-Flanelle triomphe, c’est aujourd’hui le Québec entier qui se porte mieux, l’inverse étant également véridique.

Il apparait présentement à l’évidence que Weber a conquis le cœur des partisans du CH, même les plus irréductibles, par l’efficacité et la simplicité de son jeu. On entend déjà en coulisses les murmures d’un éventuel trophée Norris, remis au meilleur défenseur, bien que la saison soit encore jeune.
Shea Weber est loin d’être le joueur le plus flamboyant, il est par conséquent extrêmement difficile de quantifier son impact réel sur la glace. Chiffrer leadership et confiance se veut malheureusement impossible, mais Weber est aussi la pierre angulaire de l’attaque à cinq du Canadien, l’une des nombreuses facettes où ce défenseur excelle, et où les statistiques parlent d’elles-mêmes.
À ce jour, le Canadien se classe au septième rang de la LNH avec un taux de réussite de 22,9% en avantage numérique. Shea Weber a inscrit plus de la moitié des buts du Tricolore avec l’avantage d’un homme, touchant les cordages à six reprises, ce qui lui permet de trôner au sommet de la LNH à ce chapitre. Il a d’ailleurs inscrit un but en avantage numérique à chacune de ses deux dernières parties, bien que le dernier ait quelque peu été le fruit du hasard, mais la chance est bien souvent le sourire du talent.
La provenance des tentatives de tir décoché par Weber sur l’avantage numérique
La provenance des tentatives de tir décoché par Weber sur l’avantage numérique (Source: Sportlogiq)
Il est évident que la stratégie du Canadien sur l’avantage numérique est de distribuer le disque à Weber afin d’exploiter son lancer, celui-ci ayant été enregistré à une vitesse fulgurante de 108,1 milles à l’heure au dernier concours d’habiletés. En effet, Weber décoche 33 % des tirs du Tricolore touchant la cible avec l’avantage d’un homme, et ce même s’il n’évolue pas sur les deux unités d’attaque à cinq. À titre de comparaison, il tire deux fois plus souvent que Plekanec qui est son plus proche poursuivant chez le Canadien en pareilles circonstances.

Non seulement le tir de Weber est d’une vélocité irrécusable, mais son lancer est également d’une précision chirurgicale. Weber touche la cible avec 51,6 % de ses lancers décochés pendant le surnombre, étant le défenseur du CH faisant le mieux à ce chapitre. Son lancer est ainsi d’autant plus redoutable, alliant puissance et précision, de quoi laisser dubitatives les formations adverses.
Cette dualité meurtrière fait du lancer frappé de Weber une arme de destruction massive. D’ailleurs, Weber se classe au deuxième rang de la LNH, seulement devancé par la recrue Zachary Werenski des Blues Jackets, en termes de pourcentage de tentatives de tir converties en buts (il faut exclure Brandon Manning des Flyers qui a compté à sa seule tentative) à 19,4 %.
La provenance des tentatives de tir décoché par Weber sur l’avantage numérique
La provenance des tentatives de tir décoché par Weber sur l’avantage numérique (Source: Sportlogiq)
Le succès de Weber est aussi imputable à son positionnement impeccable. Il dégaine sa frappe lorsqu’il se trouve, en moyenne, à 14,84 mètres (48,7 pieds) du filet sur l’avantage numérique, les autres défenseurs de la LNH tirant normalement depuis 15,73 mètres (51,6 pieds). Cette différence de près d’un mètre (3 pieds) complique drôlement la tâche des gardiens qui ont encore moins de temps pour réagir au tir de Weber, qui est déjà dévastateur.

Sous le règne de Weber, l’avantage numérique du Canadien semble renaître de ses cendres, s’étant classé au 25e rang du circuit Bettman l’an passé avec un faible taux de réussite de 16,2 %, Weber étant indéniablement la clé de ce changement drastique de résultats.
Par le passé, c’était P.K. Subban qui assumait le rôle de Weber sur l’attaque à cinq et son manque de précision soulevait fréquemment l’ire des partisans. On lui reprochait de frapper avec plus de régularité les baies vitrées que la cage adverse. À cet effet, les statistiques tendent à confirmer cette impression, alors que seuls 36,3% des lancers décochés par Subban sur l’attaque à cinq furent cadrés l’année dernière. Pour espérer marquer, il faut commencer par toucher la cible, recette qui sourit bien à Weber actuellement, à tel point qu’il est le meilleur marqueur de la ligue avec l’avantage d’un homme, même s’il n’est que le 18e défenseur décochant le plus de tentatives de tir par rencontre en de telles circonstances.
La dernière fois qu’un arrière du Tricolore fit autant de dommages sur l’avantage numérique, ce fut probablement Sheldon Souray, déjouant les cerbères à 26 occasions lors de la saison 2006-07, moment où il a participé au match des étoiles.
Malgré que l’apport de Shea Weber sur l’attaque à cinq soit assez unidimensionnel, celui-ci ne se démarquant pas réellement pour le temps de possession généré et pour les passes complétées en zone offensive, les équipes adverses ne parviennent toujours pas à le neutraliser. Tous savent que Weber va tirer de la pointe et depuis le côté gauche afin de faire feu sur réception. Plus précisément, du nombre de ses 31 tentatives de tir décoché sur l’avantage numérique, 26 le furent depuis le flanc gauche, alors que ses cinq premiers buts furent inscrits à l’aide de ce scénario.
Les adversaires ne peuvent pas uniquement se contenter d’assurer une bonne couverture à l’égard de Weber, alors qu’ils doivent notamment respecter les tirs du poignet foudroyants de Galchenyuk et Pacioretty, deux marqueurs potentiels de 30 buts par saison. De plus, il n’est pas très tentant de se placer devant le boulet de Weber, une mission quasi suicidaire en raison de la vélocité de son tir.
Depuis le début de la campagne, les nombreuses qualités de Weber, tant dans le vestiaire que sur la glace, sont vantées. Comme l’illustrent éloquemment les statistiques, son lancer n’a plus d’égal dans la LNH, canon lui permettant d’électriser les foules. En comptant sur une telle arme dans son arsenal, arme susceptible d’exploser à tout moment, il serait surprenant que le Canadien connaisse de longues léthargies sur l’attaque à cinq.