jeudi 7 janvier 2016

Paul Byron, meneur de la LNH en désavantage numérique

http://www.985sports.ca/hockey/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le mercredi 06 janvier 2016 à 23h25. Modifié par Charles Payette le jeudi 07 janvier 2016
Paul Byron, meneur de la LNH en désavantage numérique
Michel Therrien
MONTRÉAL - S'il avait fallu que Michel Therrien soit plus mécontent encore, mercredi, qu'il ne l'avait été mardi soir après la défaite de ses joueurs contre les Flyers de Philadelphie, c'est parce que ceux-ci n'auraient pas saisi son message. C'est ce qu'ils ont fait contre les Devils du New Jersey.
On en parle en ondes :
Écouter
Mis en ligne le mercredi 06 janvier 2016 dans Bonsoir les sportifs et Après-match du Canadien avec Martin McGuire, Dany Dubé et Derek Aucoin
Le Canadien a entamé la deuxième moitié de saison sur une note positive en signant un difficile gain de 2-1 lors de leur premier match au Centre Bell depuis le 17 décembre.

Bien que pas nécessairement jolie, la victoire est importante car elle permet au Tricolore de reprendre le deuxième rang de la section Atlantique, deux points devant les Red Wings de Detroit qui ont cependant deux matchs en main.

«En tant qu'entraîneur, je suis très conscient que c'est une bonne performance ce soir, mais il faut continuer. Il ne faut pas se contenter de jouer un match sur deux. On a bien répondu ce soir, et j'attends avec impatience le prochain match, a fait remarquer Therrien, en faisant allusion à la visite des Penguins de Pittsburgh et de Sidney Crosby samedi soir.

L'importance des unités spéciales

«J'était très insatisfait de la performance d'hier (mardi), mais l'important, c'est comment tu réagis», a ajouté Therrien, qui considérait que son équipe avait offert un jeu plus structuré et plus compétitif.

Les unités spéciales ont joué un rôle-clé dans ce premier gain du Canadien au Centre Bell depuis le 12 décembre, face aux Sénateurs d'Ottawa.

L'avantage numérique a produit le premier but de l'affrontement, celui de Max Pacioretty avec exactement une minute à jouer au premier vingt. Ce 17e but du capitaine du Canadien cette saison lui a permis d'inscrire un point lors d'un cinquième match consécutif.

Puis tard en deuxième période, Paul Byron a de nouveau produit pendant que son équipe jouait à court d'un homme, servant une superbe passe à Torrey Mitchell, qui n'a eu aucune difficulté à marquer son premier but depuis le 29 octobre à Edmonton.

Byron a inscrit un cinquième point en désavantage numérique, exactement la moitié de son total en saison. Il est d'ailleurs le meneur du circuit Bettman à ce chapitre.

«Je ne le savais pas, a admis Byron lorsque mis au courant de cette information.

Byron: «Se trouver une spécialité»

«Lorsque je jouais à Buffalo, Darcy Regier (l'ancien directeur général des Sabres) m'a dit qu'il faut se trouver une spécialité pour faire sa place dans la Ligue nationale. Jouer en désavantage numérique est devenu ma spécialité.

«Je ne sais trop si c'est une question d'anticipation ou parce qu'il y a plus d'espace sur la patinoire. J'essaie seulement de faire une besogne, et avec ma vitesse et ma rapidité d'exécution je peux empêcher des jeux de se réaliser.»

Ce but potentiellement démoralisant n'a pas assommé les Devils, qui ont réduit l'écart dès la 50e seconde de jeu du troisième vingt, lorsque Adam Henrique a fait dévier le tir du défenseur Andy Greene derrière Mike Condon.

Mais les Devils, qui se sont présentés à Montréal sans Mike Cammalleri — leur meilleur marqueur — ni le vétéran Patrik Elias — un poison contre le Tricolore — n'ont pas été en mesure de forcer la prolongation comme ils l'avaient fait lors de leur visite précédente, le 28 novembre.

Les Devils n'ont obtenu que cinq tirs en troisième période, et 20 au total, vers Condon qui a signé un troisième gain de suite. Le Tricolore a terminé la rencontre avec 25 tirs.