dimanche 8 janvier 2017

Un voyage déterminant

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

Une troisième victoire de suite pour le CH

Images of Francois Gagnon

Pour être bien franc, je m’attendais au pire pour le Canadien à l’aube du trop long voyage annuel des Fêtes.
Il y avait les blessés. Il y avait Carey Price qui semblait être redevenu humain. Il y avait Shea Weber qui avait perdu un brin de son efficacité en matière de contribution offensive. Il y avait les deux victoires seulement (2-2-1) lors des cinq dernières parties. Il y avait aussi le fait que le Canadien, impérial au Centre Bell où il a signé 15 victoires en 20 matchs et récolté des points dans 17 de ces 20 parties (15-3-2), était beaucoup plus vulnérable sur les glaces ennemies où il allait disputer sept matchs consécutifs. Ajoutez à cela le fait d’être obligé d’écourter les escales à la maison alors que toute la famille est réunie autour de la dinde, du sapin et des cadeaux.

Il y avait donc des raisons, et de très bonnes à part ça, de craindre les conséquences de cette virée annuelle. Des conséquences qui auraient pu entraîner une petite glissade au classement dans la division Atlantique et bien sûr dans l’association.
Eh bien non!
En battant les Maple Leafs 5-3 samedi au Air Canada Centre, le Canadien a non seulement évité le pire au cours de ce voyage, mais il a triomphé. Avec ses quatre victoires, mais surtout avec les 10 points récoltés sur les 14 qui étaient à l’enjeu, le Canadien a complété un voyage plus que satisfaisant. Il a complété un voyage qui pourrait être déterminant.
Car non seulement a-t-il su trouver les moyens pour gagner ou à tout le moins pour sauver des points précieux, mais il l’a fait en dépit des blessures qui lui sont encore tombées sur le dos avec les pertes de joueurs importants comme Brendan Gallagher et Paul Byron.
Toutes ces blessures ont obligé les joueurs de soutien à remplir des rôles bien plus importants. De Phillip Danault à Torrey Mitchell en passant par Artturi Lehkonen et surtout Michael McCarron qui à mes yeux s’est taillé une place pour de bon avec le grand club, ces joueurs de soutien ont effectué du travail colossal.
Mais pour gagner dans la LNH, il faut que tes meilleurs joueurs soient meilleurs que ceux du club que tu affrontes. Et sur ce point, Carey Price a été meilleur que les gardiens que le Canadien a croisés. Max Pacioretty a marqué plus de buts importants que les francs-tireurs des équipes que le Canadien a affrontées. Alexander Radulov a supplanté en effort et en efficacité les catalyseurs offensifs des clubs que le Canadien a croisés. Shea Weber a été plus solide dans l’ensemble de son jeu que les piliers défensifs des clubs que le Canadien a croisés.
Et de 400 pour Therrien
N’en déplaise à ses détracteurs qui devront maintenant refouler leurs ardeurs pendant un bon moment, Michel Therrien a lui aussi été meilleur derrière le banc de son équipe que les entraîneurs-chefs des équipes que le Canadien a croisées.

« C'est un plateau intéressant »
Michel Terrien a signé samedi soir sa 400e victoire en carrière dans la LNH. C’est une belle étape. C’est même un bel exploit pour ce coach qui a surpris bien du monde en atteignant la LNH avec le Canadien. Qui a surpris encore plus lorsqu’il a obtenu le poste à Pittsburgh où il a contribué au développement des Crosby, Letang, Fleury et Malkin. Et il a surpris encore en obtenant une deuxième chance avec le Canadien.
Une chance qu’il maximise.
On dira que Therrien compte sur le meilleur gardien au monde en Carey Price. C’est un fait. Mais pour maintenir le niveau de jeu d’un club aussi miné par les blessures que le Canadien l’est actuellement, il faut que le coach trouve une façon de garder son club sur le bout des pieds. Il faut qu’il prenne les moyens pour garder ses joueurs intéressés et motivés. Il faut qu’il s’assure de bien faire passer son message et de les convaincre de respecter le système qu’il leur impose.
Vrai que le Canadien serait bien plus mal pris si Carey Price et Shea Weber étaient blessés et que Galchenyuk, Shaw, Markov, Gallagher, Byron, Desharnais et Pateryn étaient en uniforme.
Mais pour obtenir ce qu’il obtient des joueurs venus en renfort du club-école tout en s’assurant de maximiser le rendement de ses meilleurs éléments, Michel Therrien mérite autant de mentions honorables que ses joueurs.
Samedi, contre des Maple Leafs qui avaient joué la veille et qui étaient sur une belle lancée, le Canadien devait bien amorcer la rencontre. Il devait frapper vite. Il devait frapper fort.
Il l’a fait.
Pas question ici de prétendre que Therrien avait concocté un plan qui lui a permis de mettre Mike Babcock dans sa poche arrière en assurant que Max Pacioretty marquerait dès la 20e seconde du match. Que Frederik Andersen ferait un premier de deux cadeaux au Canadien à peine trois minutes plus tard.  Que Nikita Scherbak marquerait avec deux secondes à écouler en fin de première période et que Radulov imiterait Pacioretty en marquant dès la 36e seconde de la période médiane.
Mais Michel Therrien a fait ce que tout bon coach doit faire dans la LNH. Prendre les moyens pour bien préparer son club et le mettre sur les rails pour qu’il obtienne des résultats.
Et ce travail, Therrien l’a fait samedi contre les Leafs, il l’a fait tout le long du voyage. Malgré les blessures, malgré les passages à vide des uns et des autres, Michel Therrien a plus souvent bien préparé son club que le contraire cette année.
Et il a aussi bien géré ses effectifs. Contre Austin Matthews samedi, Therrien s’est assuré d’avoir Plekanec ou Torrey Mitchell sur la glace pour compliquer le travail du surdoué des Leafs. On ne l’a pas vu beaucoup.
On doit bien sûr donner le crédit qui leur revient aux joueurs qui ont fait le travail, mais il faut aussi partager ce crédit avec celui qui orchestre leur travail.
Et si, à l’aube de son 41e match de la saison, le Canadien affiche 25 victoires, il est permis de spéculer que les chances sont bonnes que le Canadien complétera la saison avec au moins 100 points au classement.
On verra.
Mais pour ce que son équipe lui a donné en première moitié de saison, Michel Therrien mérite pleinement d’être félicité.
McCarron : à Montréal pour y rester
Encore samedi, Phillip Danault m’a impressionné. Le petit gars aurait pu s’essouffler au centre de Pacioretty et Radulov qu’on n’aurait pas pu le lui reprocher.

Canadiens 5 - Maple Leafs 3
Il a peut-être connu quelques matchs plus ordinaires en remplacement de Galchenyuk, mais dans l’ensemble il s’est très bien acquitté de son travail.
Tellement, que si j’étais responsable du tableau hiérarchique dans la salle des coachs du Canadien, le nom de Danault viendrait maintenant au deuxième rang derrière celui de Galchenyuk.
Remarquez qu’il y est peut-être déjà.
Tout ça pour dire que dès que Galchenyuk sera de retour au centre du premier trio, je récompenserais Danault en le plaçant devant Plekanec et Desharnais au sein de la ligne de centre.
Si je suis très impressionné par Danault, je le suis encore plus par la progression de Michael McCarron.
Bien qu’il n’ait pas multiplié les buts et les passes lors de son séjour avec le club-école, Micheal McCarron y a appris à jouer au hockey. Il a appris à mieux utiliser sa taille, son physique le long des bandes, son patin et surtout il a appris à être meilleur en échec avant.
Des qualités qui l’assurent pratiquement d’un poste au sein du quatrième trio pour le reste de l’année.
Mais avec Brendan Gallagher blessé, Michael McCarron a hérité du rôle – qui lui va comme un gant en raison de sa taille – d’aller se camper devant les gardiens adverses pour compliquer leur travail pendant les attaques massives du Tricolore.
Samedi, le Canadien a fait mouche deux fois en cinq. McCarron était sur la glace pour l’un de ces buts. Et il en a ajouté un autre avec la complicité du gardien des Leafs qui a été très généreux à son endroit.
Si en plus de maximiser ses présences au sein du quatrième trio Michael McCarron est en mesure de s’imposer en avantage numérique et de donner un brin ou deux de constances au Canadien lorsqu’il joue en supériorité numérique, le petit gars qui est bien grand sera maintenant assuré de demeurer pour de bon avec le grand club. Même après le retour des blessés qui devraient bien finir par guérir un moment donné.