samedi 14 janvier 2017

Carey Price confronté à son passé

http://www.lapresse.ca/sports/hockey/

Publié le 14 janvier 2017 à 08h39 | Mis à jour à 08h39
Carey Price a accordé sept buts au Wild... (Photo Olivier Jean, Archives La Presse)
Carey Price a accordé sept buts au Wild jeudi, une première depuis 2013.
PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE
RICHARD LABBÉ
La Presse
Depuis sa saison magique de 2014-2015, Carey Price a habitué le monde du hockey à un haut standard d'excellence. Mais à ses sept derniers départs, le gardien du Tricolore a des allures de simple humain. Y a-t-il lieu de s'inquiéter ?
Les plus vieux se souviennent peut-être de ce film de Superman, datant du début des années 80, où le superhéros devient soudainement vulnérable après avoir perdu tous ses superpouvoirs. Le héros ne vole plus, il n'est plus capable de soulever des voitures ou de tordre des mitraillettes en deux. Il est juste humain.
C'est une histoire qui ressemble un peu à celle de Carey Price. Le Carey Price du moment. Parce que depuis décembre, le gardien du Canadien a des allures de simple humain, lui aussi.
Après le match de jeudi soir au Minnesota, une rince de 7-1 face au Wild, l'entraîneur-chef Michel Therrien a tenu à dire qu'il n'était pas inquiet pour son gardien. Malgré l'optimisme affiché par le coach, les récentes performances du numéro 31 sont tout de même source d'inquiétude. Elles devraient l'être, en tout cas.
Price, à ses sept derniers départs, a une fiche de 2-3-2 et il a accordé 26 buts lors de cette série, pour un taux d'arrêts qui se chiffre à ,881. Il faut remonter à la saison 2008-2009, la pire saison de sa carrière au chapitre des chiffres, pour retrouver une séquence aussi difficile.
Ces chiffres ne sont pas ceux auxquels il a habitué le monde du hockey depuis sa saison magique de 2014-2015. Les sept buts de jeudi soir, c'est une première pour lui depuis 2013. Sept buts, c'est aussi très près de la pire performance de sa carrière, une soirée de huit buts qu'il avait offerte aux Bruins de Boston en 2011.
Sans Andrei Markov depuis le 20 décembre, la... (Photo Graham Hughes, archives La Presse Canadienne) - image 2.0
Sans Andrei Markov depuis le 20 décembre, la moyenne de buts accordés par match du Canadien se chiffre à 3,25 ; avec lui dans la formation cette saison, cette moyenne passe à 2,19.
PHOTO GRAHAM HUGHES, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE
Qu'est-ce qui cloche ? Très rapidement, on peut probablement résumer une partie du problème en un nom : Andrei Markov. Le vétéran défenseur a raté les 12 derniers matchs en raison d'une blessure à l'aine, et même s'il n'affiche plus sa forme des beaux jours, son absence dans la formation a un impact indéniable sur les résultats du club.
Sans lui depuis le 20 décembre, la moyenne de buts accordés par match du Canadien se chiffre à 3,25 ; avec lui dans la formation cette saison, cette moyenne passe à 2,19. Ce n'est pas un détail anodin.
DURE SEMAINE EN VUE
Ce qui cloche aussi, c'est que Carey Price ressemble à un gardien épuisé. Rappelons bien sûr qu'il n'a disputé que 12 rencontres la saison dernière. Le voici déjà à 31 matchs, sans compter le calendrier de la Coupe du monde, en septembre. Il se peut fort bien qu'un horaire aussi chargé, après une saison à l'écart, puisse contribuer au présent relâchement.
À ce chapitre, la semaine qui s'en vient ne sera pas de tout repos. En comptant le match de samedi soir au Centre Bell, contre les Rangers de New York, le Canadien aura à disputer cinq matchs au cours des huit prochains jours, incluant deux rencontres sur des patinoires étrangères. Rien qui permette à un gardien fatigué de récupérer...
Al Montoya devrait hériter du match de vendredi soir au New Jersey, mais si le Canadien ne déroge pas de ses habitudes de la saison, Carey Price pourrait être devant le filet montréalais pour les quatre autres rencontres.
Price n'est pas le seul responsable de ses propres malheurs - Markov, rappelons-le, n'a pas été le seul blessé de cette équipe, dernièrement -, mais le problème, d'une certaine façon, c'est qu'il a lui-même créé un standard d'excellence assez élevé. Autrement dit, Price sera toujours comparé aux réussites de son propre passé, lui qui fut jadis un gardien de ,934 (2015-2016), de ,933 (2014-2015) ou de ,927 (2013-2014). Aujourd'hui, en ce moment même, Carey Price est un gardien de ,922... comme Mike Condon.
Le moment de la panique n'est pas encore à nos portes, mais à tout le moins, les sept derniers matchs viennent nous rappeler que, oui, Carey Price est bel et bien humain.
Superman avait fini par retrouver ses pouvoirs à la fin du film. Les membres du Canadien souhaitent assurément une conclusion similaire pour leur superhéros bien à eux.