mercredi 16 novembre 2016

P.K. et ses Preds s'améliorent...

http://www.rds.ca/hockey/lnh/p-k

« La valeur de marketing de Subban est exponentielle »

Images of Francois Gagnon

Le documentaire « P.K. Subban : Patiner droit devant - Entre deux saisons » sera présenté mercredi à 20 h 30 sur RDS.

TORONTO - À sa première visite à Toronto depuis qu’il est passé du Canadien aux Predators de Nashville, P.K. Subban était le pôle d’attention ce matin au Air Canada Centre.
« Toronto et Montréal sont les berceaux du hockey. Que ce soit pour la Soirée du hockey un samedi ou dans le cadre d’un match en semaine, l’attention des amateurs et des médias est la même. C’est toujours spécial pour moi de jouer à la maison devant mes parents et amis. Ce sera tout aussi spécial pour moi encore ce soir, même si je porte un nouvel uniforme », a souligné Subban.
Après un début de saison difficile, voire inquiétant, avec deux victoires seulement en huit matchs (2-5-1), Subban et les Predators jouent du meilleur hockey. Contre les Maple Leafs, ce soir, ils seront en quête d’une quatrième victoire de suite, d’un septième match consécutif avec au moins un point après quatre victoires et deux revers en tirs de barrage.

« Nous sommes de retour du bon côté de la moyenne de ,500, mais notre club ne joue pas encore à plein régime », a lancé le directeur général David Poile croisé sur le parvis du Temple de la renommée lundi soir.
À l’image de son équipe, P.K. Subban a connu des hauts et des bas depuis le début de la saison. Dans la foulée du but qu’il a inscrit à sa toute première rencontre – un gain de 3-2 aux dépens des Blackhawks de Chicago – Subban affichait cinq points (deux buts) après cinq rencontres. Il s’est contenté d’un but et de trois points à ses neuf dernières parties. Il présente également un différentiel de moins-4.
Ces statistiques personnelles de Subban sont éclipsées par les sept buts – six en avantage numérique – et 13 points de Weber qui domine également la LNH avec un différentiel de plus 16. Sans oublier que le Canadien trône au sommet du classement général avec 27 points (13-2-1) alors que les Predators sont, pour l’instant, exclus des séries.
« P.K. est très bon pour nous depuis le début de la saison. Autant sur la glace que dans le vestiaire », a lancé l’entraîneur-chef Peter Laviolette après l’entraînement matinal de son équipe.
Comparaisons injustes
Pendant que Subban était entouré de journalistes et de caméras, Mike Ribeiro qui suivait le tout avec un regard amusé a pris la défense de son nouveau coéquipier.
« C’est injuste de comparer P.K. et Shea. Ce sont des joueurs et des gars tellement différents. Les amateurs de Montréal découvrent un joueur qu’on connaissait très bien ici. Qu’on appréciait. Shea a le meilleur tir frappé de la LNH. Quand il s’approche en haut des cercles de mise en jeu, les gardiens n’ont pas de chance contre lui. Si la rondelle ne les touche pas, ils ne peuvent réagir assez vite pour effectuer l’arrêt. Je ne suis pas le moindrement surpris de le voir marquer comme il le fait avec le Canadien », a commenté Ribeiro.
Quant à l’absence de Weber, il est clair qu’elle se fait sentir. « Shea est une bête de travail. Un roc. Shea est une force tranquille. Il calme tout le monde avec son attitude. Sa confiance. Sur la glace comme dans l’équipe gravitait autour de lui depuis des années. P.K. est très bon. Il joue très bien. Il y a une adaptation normale à traverser et il s’en tire très bien », a ajouté Ribeiro.
Après avoir amorcé la saison à la droite de Roman Josi, Subban évolue maintenant en compagnie de Mattias Ekholm alors que Ryan Ellis a remplacé Subban à la droite de Josi.
« Ce sont de meilleures combinaisons. Josi et Subban étaient trop semblables. Ce sont des joueurs qui aiment transporter la rondelle. Des gars qui improvisent. Roman était habitué d’avoir Shea derrière lui pour le couvrir, mais avec P.K. il arrivait que l’un ou l’autre et parfois l’un et l’autre soient dans le trouble », a lancé en riant le petit joueur de centre de Montréal.
Malgré les succès de Shea Weber avec le Canadien, David Poile assure toujours être très heureux de la transaction qu’il a conclue avec le Canadien. Une transaction qui lui a permis d’économiser 8 millions $ puisque c’est le Canadien et non les Predators qui a versé la prime que Weber a reçue le 1er juillet dernier.
« Je savais que je donnais un excellent défenseur au Canadien quand j’ai conclu cette transaction. Shea fait partie de l’élite de la LNH depuis des années. S’il avait évolué dans un grand marché au lieu de le faire à Nashville, il aurait certainement déjà remporté le trophée Norris. Peut-être même qu’il en aurait remporté plus d’un. Ses chances d’y arriver seront meilleures cette année alors qu’il profitera de beaucoup plus d’attention. C’est fantastique ce qui arrive à Shea. Je suis très heureux pour lui. Mais je suis aussi très heureux de ce que P.K. nous apporte. Comme le reste de l’équipe, il est en mode apprentissage. Il joue de mieux en mieux. Il prend de plus en plus de place. Une place qui grandira au fil de la saison. »
Transition lente et normale
Rencontré à Nashville lors du premier match de la saison, le directeur général des Predators assurait que son organisation était heureuse de se retrouver parmi les clubs de tête de la LNH. Parmi les favoris pour se rendre à la coupe Stanley. Malgré ces attentes élevées, Poile assure qu’il n’est pas vraiment surpris de voir que son club en a arraché en début de campagne.
« Nous avons procédé à plusieurs changements au cours de la saison morte. On a perdu des vétérans qui jouaient des rôles importants sur la glace et dans le vestiaire. Shea Weber est certainement un de ces vétérans, mais les départs des Paul Gaustad et Barrett Jackman ont laissé des vides que nous nouveaux leaders doivent apprendre à combler. Mike Fisher est un excellent capitaine. C’est un leader hors pair. Roman Josi, Ryan Johanssen et Filip Forsberg doivent aussi composer avec leurs nouveaux rôles. Ils doivent prendre plus de place. Les changements effectués nous obligent à créer une nouvelle chimie au sein de notre formation. Nous sommes encore dans une phase de transition, mais je suis très confiant qu’une fois cette transition complétée, nous serons en mesure de jouer à la hauteur des attentes que nous nous sommes fixées. »
Les Predators amorcent ce soir un voyage de trois parties qu’ils poursuivront jeudi à Ottawa et termineront samedi à St. Louis.
Contre les Leafs ce soir, les Preds devront se passer des services de leur as gardien Pekka Rinne qui est ennuyé par une blessure au bas du corps. « Son état sera évalué sur une base quotidienne », a simplement indiqué Peter Laviolette.
Rinne a disputé les neuf derniers matchs des Preds et 12 des 14 rencontres cette saison affichant une moyenne de 2,13 buts accordés par match et une efficacité de 93 %.
Rappelé du club-école de Milwaukee lundi, Marek Mazanec affrontera les Maple Leafs. Mazanec a encaissé un revers lors de son seul départ de la saison. Il en a accordé deux en un peu plus d’une période lors de sa deuxième sortie. Il affiche une moyenne de 5,06 buts accordés par match et une efficacité de 80,6 %. Contre les Maple Leafs incisifs en attaque et solide à domicile (5-2-0), Mazanec devra connaître une solide performance en plus de profiter de l’appui de ses coéquipiers si le jeune gardien et les Predators tiennent à prolonger leur séquence heureuse.