vendredi 1 janvier 2016

«Nous avons su nous améliorer» - Claude Julien

http://www.985sports.ca/hockey/nouvelles/

Publié par 98,5 fm pour 98,5fm Sports le jeudi 31 décembre 2015 à 19h51. Modifié à 20h09.
«Nous avons su nous améliorer» - Claude Julien
Claude Julien et ses hommes/AP
(98,5 Sports) - Contrairement au Canadien de Montréal, les Bruins de Boston ont connu un très mauvais début de saison. Mais les deux équipes sont essentiellement nez à nez à l'aube de leur match du 1er janvier.
Les commentaires de Patrice Bergeron
00:00
00:00
« Je suis très satisfait de la façon dont mes joueurs se sont regroupés après un début difficile, a assuré Julien. Nous avons su nous améliorer et je suis confiant que ce groupe de joueurs peut faire mieux en deuxième moitié de saison, tant que nous demeurerons concentrés sur nos objectifs. »

Les Bruins ont été un modèle de stabilité au cours des ans, mais de forts soubresauts ont secoué l’équipe ces dernières années au point d’en changer en partie l’image.

« Cette organisation a connu beaucoup de stabilité durant des années, mais il fallait apporter des changements. Quand on observe la situation, je pense que l’on peut dire que la transition est plutôt aisée quand on regarde tous les changements que nous avons faits. »

A-t-on sous-estimé les Bruins?

« Honnêtement, on ne s'est pas posé de question à ce sujet, note le capitaine des Bruins Patrice Bergeron. On savait que l'on avait beaucoup de profondeur. Oui, l'équipe était jeune et elle devait apprendre. On a pris le temps. Au début, ça a été plus difficile, mais on voyait que les choses s'amélioraient.

« Le talent était là. La cohésion et le vouloir, aussi. Je pense que ça n'a pas été une mauvaise chose que l'on a été néligés. Ça nous a permis de s'améliorer. »

Julien, pour sa part, n’est pas étranger aux matchs de hockey disputés en plein air.

« J’ai beaucoup aimé l’expérience au Fenway Park et il y a l’expérience à Edmonton avec le Canadien. C’est ma troisième fois. Il n’y a pas beaucoup de changements. C’est unique. Ce n’est pas comme jouer dans un aréna fermé. Mais quand le match est commencé, les gars ont la même intensité. »