dimanche 13 décembre 2015

« Les leaders ont élevé leur jeu d'un cran » - Therrien

http://www.985sports.ca/hockey/nouvelles/

Publié par 98,5 fm pour 98,5fm Sports le samedi 12 décembre 2015 à 22h49. Modifié à 23h42.
« Les leaders ont élevé leur jeu d'un cran » - Therrien
PC/Graham Hughes
(98,5 Sports) - Quand une équipe est dans une mauvaise passe, il n'y pas des dizaines de façons de s'en sortir. Les meneurs doivent donner l'exemple et inciter les autres à les suivre.
« La chose que je retiens, c’est que les leaders ont élevé leur jeu d’un cran », a dit l’entraîneur Michel Therrien après la rencontre.

Ce dernier n’a jamais paniqué durant la série de quatre revers où le Canadien a laissé filer quelques avances en troisième période.

« Même si on éprouvait certaines difficultés à gagner dernièrement, il y a beaucoup de ces matchs où on ne jouait pas mal, a dit Therrien. Le résultat n'était pas toujours de notre côté, mais on faisait quand même beaucoup de bonnes choses.

« Honnêtement, je n’étais pas découragé. Nos jeunes faisaient bien, mais tu as besoin de tes bons joueurs pour gagner des matchs. Le fait de réunir (Tomas) Plekanec et (Max) Pacioretty… le message a été bien saisi par ces deux joueurs. »

Le réveil de Pacioretty

Le capitaine du Canadien a inscrit un but et dirigé six tirs au filet lors de la première période durant laquelle le Tricolore a égalé son record pour le plus grand nombre de tirs au filet adverse.

« Les jeunes se sont joints à nous, a noté Pacioretty. Ils jouent avec fougue, mais des gars comme moi et certains vétérans, nous trainions de la patte. Face aux Sénateurs, une équipe face à laquelle nous avons une belle rivalité, c’était le bon moment de se lever.

« Pour gagner, il faut savoir perdre. Et on a appris plein de choses durant cette séquence de quatre revers. On l’a démontré ce soir. Bien sûr, ce n’était pas parfait, comme en deuxième période. Mais on va de l’avant. »

Le Tricolore semblait parti pour retraite au vestiaire avec une mince avance de 1-0 en dépit d’un bombardement en règle des hommes de Michel Therrien. Il a suffi d’une bourde à la ligne bleue, d’une passe de Plekanec et d’un tir vif de Pacioretty pour doubler la marque avec 32 secondes à faire à la période.

« (Craig) Anderson adore jouer contre nous et il a volé quelques victoires, a noté Pacioretty. C’était une passe parfaite de Plekanec et vous pouviez voir la frustration d’Anderson (un coup de bâton sur ses poteaux) après ce but. Et c’est une bonne sensation avant de retraiter au vestiaire. »

Une défense étanche

Ça fait plaisir d'avoir remporté une victoire pour cette équipe », a noté le gardien victorieux, Dustin Tokarski, qui a disputé un deuxième match de suite en dépit d'un revers encaissé à Detroit.

« Les gars ont disputé un match exceptionnel et ils ont bloqué des tirs comme des enragés. C'est une vraie victoire d'équipe. »

Plekanec a été l’homme-clé en fin de troisième période, en bloquant par deux fois des tirs de la pointe quand le Canadien se défendait à cinq contre trois. Tout ça, sans son bâton, fracassé.

« J’ai tenté de bloquer les corridors de tirs et de stopper des rondelles », a simplement noté Plekanec.

Et quant à l’ovation réservée par la foule du Centre Bell?

« Je ne sais pas. J’étais si fatigué….. » (rire collectif)

« Tokarski a été très bon, mais il ne faut pas oublier son arrêt en début de match (contre Mike Hoffman), a noté Therrien. Si Ottawa marque, on ne joue peut-être pas avec la même confiance. Ce sont de petits détails qui font la différence dans un match. »

La relance de Beaulieu

Nathan Beaulieu ne figure pas parmi les vétérans de l'équipe, mais il avait des choses à se faire pardonner. Laissé de côté par son entraîneur au dernier match, le jeune défenseur avait des choses à prouver et il l’a fait avec une fougue et un sens de l’attaque aiguisé.

« Pour des raisons évidentes, j’étais frustré et j’ai joué avec un peu de feu dans les yeux ce soir. Je ne veux plus en parler. Je suis heureux que ça soit derrière moi. Quand des choses comme ça surviennent durant une saison, le plus important, c’est de la façon dont tu réagis. »

« Tout le monde était dans le même bateau ce soir, a ajouté Beaulieu, afin d'expliquer le tir de barrage que les joueurs du Canadien ont fait subir aux Sénateurs. On savait que ça allait être un gros match et c’était plaisant de voir 20 gars pousser dans la même direction. Personne n’était content ici avant cette rencontre. Tout le monde en avait marre. »

Hudon comblé

Charles Hudon a bien joué à son premier match au Centre Bell et son travail acharné a mené au but de Brian Flynn, brillamment préparé par Beaulieu. Pour lui, les jeunes et les vétérans n'avaient qu'un seul et même but.

« Nous étions tous en mission. Même nous. Moi, Daniel Carr, Sven (Andrighetto) … On était en mission avec l’équipe. Pacioretty a eu un gros match, Plekanec a bloqué des tirs.. »

Hudon ne pouvait demander mieux pour une première.

« Ça se prend bien (la victoire). Pour un premier match au Centre Bell, ça se prend encore mieux. Notre but, c’était de jouer 60 minutes et c’est ça qu’on a fait. »

Cameron sous le choc

Dans l'autre vestiaire, la situation était tout autre. L'entraîneur des Sénateurs, Dave Cameron, était livide, presque en état de choc.

« Je n’ai aucune idée de ce qui s’est produit en première période », a-t-il dit.

Son « point de presse » a duré une minute.