jeudi 12 novembre 2015

«Tout le monde veut notre peau» -Subban

http://www.985sports.ca/hockey/nouvelles/

Publié par Charles Payette pour 98,5fm Sports le jeudi 12 novembre 2015 à 05h59. Modifié à 08h03.
«Tout le monde veut notre peau» -Subban
David Perron met P.K. Subban en échec/AP
(98,5 Sports) - «Il faut se rendre à l'évidence, toutes les équipes veulent notre peau et il faut jouer 60 minutes pour battre quiconque dans cette ligue», a résumé P.K. Subban après le revers en tirs de barrage de son équipe à Pittsburgh.

Avec 15 passes, Subban siège au premier rang de la LNH, mais le point qu'il voulait le plus a échappé au Canadien en fusillade.
On en parle en ondes :
Écouter
Mis en ligne le mercredi 11 novembre 2015 dans Bonsoir les sportifs, Après-match du Canadien et Le hockey des Canadiens avec Martin McGuire et Dany Dubé
«Nous les avions là où on voulait les avoir» -Subban

«À un moment, nous avions l'avantage 30-15 au chapitre des tirs au but», analysait le défenseur soulignant au passage la deuxième période durant laquelleses coéquipiers ont limité les Penguins (10-5-0) à un seul tir. «En troisième période, nous les avions là où on voulait les avoir, mais le résultat final (revers de 4-3) ne l'indique pas. Il faut être en mesure de compléter le travail.»

«Un peu frustrant, a ajouté David Desharnais, écarté de la feuille de pointage pour une rare fois, mercredi soir. À 3-2 en troisième, il faut fermer le match. Au moins, on a montré de belles choses.» Le petit attaquant du CH s'en voulait sûrement d'avoir raté sa chance en tirs de barrage contre Marc-André Fleury.

Les Penguins étaient dans les câbles

«Montréal va en ligne droite de la première à la dernière minute; c'est ce qui fait leur force cette année», confiait l'entraîneur-chef des Penguins, Mike Johnston, qui, à un moment, croyait bien que son club allait repartir avec le même résultat que le 13 octobre dernier (un revers de 3-2).

Depuis cette défaite, les Penguins montrent maintenant un dossier de 10-2 et c'était la première fois depuis 37 rencontres que l'équipe gagnait après avoir tiré de l'arrière après deux périodes.

«Revenir de l'arrière, c'est bon pour la confiance, particulièrement quand tu le fais contre une équipe aussi stable», disait Johnston.
Le Canadien (13-2-2) profitera d'une journée de congé, aujourd'hui, avant de rentrer au Centre Bell, samedi, pour la visite de Patrick Roy et l'Avalanche du Colorado (5-9-1).