Jordie Benn jouera ce soir

http://www.lapresse.ca/sports/hockey/

Publié le 28 février 2017 à 12h56 | Mis à jour à 12h56
Jordie Benn a paru un peu étonné par l'attention... (Photo Simon Giroux, La Presse)
Jordie Benn a paru un peu étonné par l'attention médiatique que sa présence a pu créer, ce midi dans le vestiaire du Canadien à Brossard.
PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE
RICHARD LABBÉ
La Presse
Jordie Benn, la nouvelle acquisition du Canadien, disputera son premier match avec sa nouvelle équipe, ce soir au Centre Bell.
Benn, acquis des Stars de Dallas hier en retour d'un autre défenseur, Greg Pateryn, ainsi qu'un choix de quatrième ronde au prochain repêchage, aura donc la chance de se faire valoir face aux Blue Jackets de Columbus. 
Le joueur de 29 ans ne connaît pas pour le moment l'identité de son partenaire à la ligne bleue montréalaise, mais il a fait savoir ce matin qu'il préfère jouer à droite. 
«Ce sera une nouvelle expérience pour moi ici, je vais devoir apprendre le français... enfin, je vais essayer!», a commencé par dire celui qui a passé sept saisons dans l'organisation des Stars à Dallas. 
Benn était chez lui à Dallas en compagnie de son célèbre frangin Jamie - ils habitaient ensemble - quand le téléphone a fini par sonner. «J'ai été surpris sur le coup... J'étais là avec mon frère quand le téléphone s'est mis à sonner, et je me suis dit, oh oh... J'ai demandé à savoir où j'allais et quand on m'a répondu que c'était Montréal, je n'aurais pu être plus heureux. C'est le paradis du hockey ici.»
Benn lui-même s'est décrit comme un défenseur à caractère défensif, qui préfère ne pas prendre trop de risques. Il s'est dit aussi très heureux de pouvoir se joindre à une formation qui prend part à la course en vue d'une place en séries. 
Le joueur de 6'2 et 200 livres a toutefois paru un peu étonné par l'attention médiatique que sa présence a pu créer, ce midi dans le vestiaire du Canadien à Brossard. 
«Je n'ai jamais eu autant de caméras sous mon nez que maintenant», a-t-il ajouté.

Messages les plus consultés de ce blogue

Les Blackhawks trop forts pour le Canadien

Carey Price, maître chez soi

«Mieux vaut tard que jamais!» - Mike Condon