jeudi 1 septembre 2016

Subban, un homme de parole

http://www.journaldemontreal.com/

Il poursuit son engagement d’amasser 10 millions pour la Fondation de l’Hôpital de Montréal pour enfants


Même s’il n’est plus membre du Canadien, P.K. Subban n’a rien perdu de son magnétisme et de sa popularité. Les enfants le regardent encore avec la même admiration.


MISE à JOUR 
Même s’il n’est plus membre du Canadien, P.K. Subban n’a rien perdu de son magnétisme et de sa popularité. Les enfants le regardent encore avec la même admiration. MONTRÉAL | Il y a pratiquement un an, P.K. Subban se retrouvait au cœur de la lutte pour devenir le prochain capitaine du Canadien de Montréal. Quelques jours avant le choix de Max Pacioretty, Subban avait fait la promesse de recueillir dix millions sur une période de sept ans pour la Fondation de l’Hôpital de Montréal pour enfants.
Près de douze mois plus tard, Subban a célébré le premier anniversaire de son don historique. Il a repris le micro dans l’atrium qui porte son nom devant des médecins, des infirmières, de jeunes enfants malades et des membres de la famille des patients.
Il l’a fait comme membre des Predators de Nashville, non pas comme l’un des héros de l’équipe locale. Mais il n’a rien perdu de son magnétisme et de son immense popularité. Les enfants le regardaient toujours avec la même admiration.
«J’ai un message pour les enfants: je ne vous laisserai pas tomber, a affirmé le charismatique défenseur. Mon chandail a changé, mais je vais toujours continuer d’appuyer ce que j’ai choisi d’appuyer.»
Subban a esquissé un grand sourire quand on lui a rappelé qu’il n’y a pas si longtemps il envisageait de porter le «C» sur le chandail du CH.
«Ça fait partie de la vie, a-t-il répliqué. Si quelqu’un m’avait demandé il y a un an si je croyais jouer pour les Predators de Nashville, j’aurais probablement répondu que non. Mais vous savez quoi, c’est la nature de notre sport. Je pensais jouer à Montréal jusqu’à la fin de ma carrière, pas seulement jusqu’à la conclusion de mon contrat (2021-2022). Ça ne s’est pas déroulé comme je l’envisageais, mais je passe maintenant à une autre étape. Mais ça ne changera absolument rien à mon engagement.»
« Quand j’ai été échangé, c’était un peu épeurant, a-t-il continué. Je me demandais si les gens de la ville allaient continuer à m’aider. Certaines personnes pensaient que j’allais me sauver de mon engagement. Il n’y en était pas question. Et les gens ont continué à m’appuyer. Ça en dit long sur la ville et la province du Québec. Le plus important restera toujours les enfants et les familles.»
1,4 million et 9000 familles
Pour mieux illustrer l’impact de son implication, Subban et sa fondation ont remis 1,4 million au fonds le coup de main de P.K. qui est destiné à aider des familles financièrement vulnérables qui sont touchées par la maladie d’un enfant.
Au total, plus de 9000 familles ont bénéficié de ce programme.
«Montréal, je vous remercie de vous rallier autour de moi, a dit Subban. Je n’y arriverais pas tout seul.»
Avant de répondre à quelques questions de journalistes, Subban a joué au même jeu avec quelques enfants. L’un d’eux lui a demandé ce qu’il ferait avec la coupe Stanley s’il devait la remporter avec les Predators dès cette saison.
«Si je gagne la coupe Stanley avec les Predators, il n’y a aucun doute que je reviendrai ici pour vous la montrer!»
Toujours bien préparé et bon communicateur, Subban a aussi fait un clin d’œil au légendaire Jean Béliveau.
«Il fêterait ses 85 ans aujourd’hui, a-t-il souligné. Je l’ai rencontré quand j’avais 10 ans et que je jouais à Mississauga. J’étais un fidèle du Canandien, mais je ne le connaissais pas. Je savais que c’était comme un dieu à Montréal. Sans des gens comme Jean Béliveau, je n’aurais pas la même perspective sur la vie, pas seulement comme joueur de hockey et athlète, mais comme personne aussi. Je voulais lui rendre hommage aujourd’hui.»
Une déception
D’ici quelques jours, Subban rencontrera plus personnellement ses nouveaux coéquipiers avec les Predators à Nashville. Il aura assez de temps pour le faire puisqu’il ne représentera pas le Canada à la Coupe du monde de hockey dans sa ville natale de Toronto.
Malgré le récent forfait de Duncan Keith, le défenseur de 27 ans n’a pas obtenu l’appel des dirigeants d’Équipe Canada qui lui ont préféré un arrière gauche en Jay Bouwmeester.
«Oui, j’étais déçu, a-t-il mentionné. J’ai toujours aimé défendre les couleurs de mon pays et j’aimerais le faire encore. Mais je n’ai pas de contrôle sur les choix de l’équipe.»


Le Canadien s'incline 2-1 en prolongation

http://www.lapresse.ca/sports/hockey/ Publié le 21 mars 2017 à 22h35   |  Mis à jour le 22 mars 2017 à 07h36 Dans la défaite, Al Monto...