À travers la LNH : les Hurricanes prolongent le contrat du directeur général Ron Francis

http://www.rds.ca/hockey/lnh/

Ron Francis
Ron Francis (Source d'image:Getty)
MARDI, 30 AOÛT 2016. 09:55

RALEIGH, Caroline-du-Nord - Les Hurricanes de la Caroline ont accordé une prolongation de contrat jusqu'à la fin de la saison 2018-2019 à leur directeur général Ron Francis.
L'équipe a annoncé la nouvelle mardi.

Âgé de 53 ans, Francis en est à sa 11e saison au sein de la direction des Hurricanes et à sa troisième en tant que directeur général. En 2015-2016, les Hurricanes ont récolté 15 points de plus que la saison précédente même s'ils comptaient sur un noyau de jeunes attaquants et sur le plus jeune groupe de défenseurs de la LNH.
« Ron a reconstruit notre équipe de la bonne manière, remplissant l'équipe et ses filiales avec des jeunes joueurs talentueux pour aider l'équipe à devenir prétendante à la coupe Stanley année après année, a déclaré le propriétaire et président des Hurricanes Peter Karmanos fils par le biais d'un communiqué. Je suis heureux de savoir qu'il va continuer à travailler pour atteindre nos objectifs. L'avenir est prometteur pour les Hurricanes en Caroline. »
Francis a greffé à l'équipe des jeunes joueurs comme Noah Hanifin, Teuvo Teravainen, Sebastian Aho, Haydn Fleury, Jake Bean et Julien Gauthier.
Également vice-président des Hurricanes, Francis a aussi déjà travaillé pour les Hurricanes en tant que directeur du développement des joueurs, directeur général adjoint, entraîneur-chef associé et directeur des opérations hockey.
Originaire de Sault-Sainte-Marie, en Ontario, Francis a récolté 549 buts et 1249 aides en 1731 matchs en carrière dans la LNH. Il occupe le cinquième rang des marqueurs dans l'histoire de la LNH avec 1798 points, derrière Wayne Gretzky, Mark Messier, Jaromir Jagr et Gordie Howe. Il a été intronisé au Temple de la renommée du hockey en 2007.

Messages les plus consultés de ce blogue

Les Blackhawks trop forts pour le Canadien

Carey Price, maître chez soi

«Mieux vaut tard que jamais!» - Mike Condon