lundi 13 juin 2016

Des signatures de profondeur chez le Canadien

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

Mark Barberio
Mark Barberio (Source d'image:Getty)
GASTON THERRIEN
LUNDI, 13 JUIN 2016. 17:35

Les mises sous contrat de Mark Barberio et Sven Andrighetto par le Canadien au cours des derniers jours se veulent à mon avis un engagement du directeur général Marc Bergevin pour assurer de la profondeur à son équipe.
Le plus gros avantage de Mark Barberio est qu'il peut jouer à gauche et à droite à la ligne bleue, mais la véritable question est de savoir s'il peut se tailler une place parmi les six premiers défenseurs. Il est rapide et il peut appuyer l'attaque, mais il devra déterminer sa vraie place avec l'équipe lors du camp d'entraîneur.
Il est bon défenseur et il a eu un deuxième souffle en arrivant à Mondtréal, mais s'il n'arrivait pas à jouer parmi les six premiers arrières du Lightning de Tampa Bay, je me demande s'il peut le faire à Montréal. Barberio va devoir s'imposer dès le début du camp par de la constance et de bien jouer dans sa zone, là où il a eu le plus d'ennuis l'an dernier. En attaque, il a un bon instinct, mais c'est plus difficile en défense. C'est sûr qu'avec Carey Price dans le filet, ça risque de l'aider à mieux paraître.

Sven Andrighetto doit pouvoir jouer au sein des trois premiers trios. Il a de la vitesse, un bon lancer et il peut se positionner pour marquer. La seule chose qui me chicote un peu est son gabarit à 5'10". J'aurais aimé des ailiers plus imposants, mais sa présence offre de la profondeur à Michel Therrien.
Si Andrighetto se retrouvait dans une équipe imposante, un petit joueur comme lui aurait peut-être moins de mal à s'adapter. Ce n'est pas le cas à Montréal où la formation demeure somme toute petite sur les trois premières lignes. Il pourrait être utilisé comme 13e attaquant. Je pense qu'il peut faire le travail, mais pas sur une longue période. Sur une saison complète, ça risque d'être difficile pour lui.
Drôle de situation chez les Blues
C'est la première fois que je vois une équipe annoncer la nomination de son entraîneur-chef une saison d'avance. Lundi, les Blues de St.Louis ont fait savoir que Mike Yeo prendra la place de Ken Hitchcock après la prochaine saison. Je pensais que Kirk Muller aurait pu mériter la chance que Yeo vient d'obtenir. De toute évidence, on ne voulait pas de lui comme entraîneur-chef et j'en suis déçu.
J'ai l'impression qu'on a dit à Yeo de venir se familiariser avec le club pendant une saison avant de prendre les rênes officiellement. Je suis persuadé que son travail d'adjoint sera différent de ce qu'on voit d'un adjoint habituellement. Il ne pourra pas être l'assistant près des joueurs. Je suis curieux de voir si ça va fonctionner.
Je pense que les Blues auraient dû être plus patients avant de le nommer, le temps de voir son travail. On ne sait pas comment se sont déroulées les négociations, Yeo a peut-être posé des conditions à son embauche, ce qui a amené à l'annonce d'aujourd'hui.
Hitchcock va bien naviguer dans cette situation. C'est un entraîneur d'expérience qui ne se gênera pas pour demander des idées à Yeo. Je ne suis pas inquiet pour Hitchcock, mais un peu plus pour Yeo qui va chausser les grands souliers après avoir été adjoint pendant une saison.
Une victoire surprise des Penguins
La conquête de la coupe Stanley par les Penguins de Pittsburgh a de quoi surprendre. Ils ont toutefois été ultras rapides en finale et ils ont mérité de soulever le trophée pour la quatrième fois de leur histoire.
Cette formation a profité du leadership de Sidney Crosby, sans oublier Kristopher Letang qui a été fantastique. On doit donner beaucoup de crédit à Matt Murray qui a été à la hauteur devant les buts, mais il ne faudrait pas oublier que c'est Marc-André Fleury qui les a amenés loin en saison. Murray a pris le relais pour terminer le boulot.
Je suis très heureux de voir Jacques Martin enfin gagner la coupe Stanley. Après plus de 30 ans dans la LNH, c'est pleinement mérité et j'espère qu'on va lui donner une autre chance dans le circuit Bettman. Calgary et Anaheim n'ont pas encore d'entraîneur. Éventuellement, la concession de Las Vegas sera aussi à la recherche d'un pilote. Jacques est un homme avec beaucoup de vécu et il pourrait aider à bien démarrer cette nouvelle franchise qui devrait être annoncée le 22 juin.
Ceux qui croient que Marc-André Fleury ne sera pas de retour avec les Penguins l'an prochain risquent de déchanter. De donner le filet à un gardien de 21 ans tout de suite, c'est courir un grand risque. Matt Murray a joué sous l'adrénaline, mais il devra démontrer beaucoup de constance. Si on lui donne le filet et qu'à Noël l'équipe en perd plusieurs parties, on va être content de miser sur Fleury.
J'imagine que des équipes comme Toronto ou Calgary vont cogner à la porte des Penguins pour Fleury, mais je ne m'en débarrasserais pas immédiatement. Il est encore très bon et sa carrière est loin d'être terminée.
Sidney Crosby sera un jour au Temple de la renommée, mais d'ici ce temps-là, il a encore des choses à accomplir, lui qui a amené son club à trois finales en onze saisons dans la LNH. Les meilleurs au monde arrivent toujours à guider leur équipe aux grandes conquêtes. À mes yeux, Crosby est dans le même sillage que Mario Lemieux et Wayne Gretzky.
*propos recueillis par Robert Latendresse