lundi 2 mai 2016

Les Maple Leafs pourraient laisser passer Auston Matthews

http://www.rds.ca/hockey/lnh/

Auston Matthews
Auston Matthews (Source d'image:Getty)

Avec le système en place dans la LNH, je ne crois pas que les Maple Leafs de Toronto aient tout fait pour s'assurer d'obtenir le premier choix du prochain repêchage. Il est vrai que l'équipe avait un pourcentage plus élevé de l'obtenir parce qu'elle a terminé au dernier rang, mais, ça prend aussi un peu de chance.
Les Maple Leafs ont effectué beaucoup de changements durant la dernière campagne et ça peut s'expliquer avec l'arrivée d'un nouvel entraîneur qui veut immanquablement implanter une nouvelle philosophie. Mike Babcock est là pour évaluer les joueurs qui peuvent l'aider à l'avenir et de toute façon, même avec le premier choix en juin, ça ne l'aidera pas à gagner dès l'an prochain.
Qu'importe ce que les gens diront, je ne vois pas une grande différence entre les trois premiers joueurs répertoriés par la centrale de recrutement en vue du repêchage. La cuvée 2016 n'est pas comme celle de 2005 alors que Sidney Crosby faisait l'unanimité.

Ça va prendre plus qu’Auston Matthews, Patrick Laine ou Jesse Puljujarvi pour sortir les Maple Leafs des bas fonds de la LNH. Cette équipe a plus de problèmes qu'un seul joueur de hockey. Toronto a besoin d'une meilleure défensive et doit apprendre à jouer à un contre un. Les Leafs ont amassé 69 points cette saison et l'ajout de ce premier choix ne changera pas toute la donne dès la prochaine saison, mais le club est dans la bonne direction.
Il faudra le flair du directeur général Lou Lamoriello pour dénicher d'autres joueurs. Qui sait, le vieux renard pourrait laisser filer Matthews et il pourrait même choisir de reculer pour aller chercher un autre joueur. L'histoire a démontré que le repêchage n'est pas une science exacte. Les annales du hockey sont remplies de joueurs qui étaient voués à un brillant avenir et qui n'ont pas répondu aux attentes. Lamoriello a peut-être d'autres plans. Qui sait?
Il n'y a aucun doute dans mon esprit qu’Auston Matthews, Patrick Laine ou Jesse Puljujarvi seront les trois premiers sélectionnés au prochain repêchage. Matthew Tkachuk devrait compléter les quatre premières sélections. Par la suite, on verra, car les joueurs se valent beaucoup.
Matthews devrait être le premier élu, quoiqu’on ne sait jamais. Il est un joueur nord-américain et son style devrait convenir plus aux équipes. Quant à Laine et Puljujarvi, ils sont excellents, ils ont un gros gabarit et ils ont un excellent coup de patin. Ces trois joueurs ont évolué dans les rangs professionnels cette saison.
C'est donc difficile de définir l'ordre des trois premiers, mais il est certain que personne ne va se tromper avec ces trois athlètes. Le mince avantage que je concède à Matthews est son explosion, sa force physique et sa capacité à couper au filet.
J'ai hâte de voir où va figurer l'attaquant Tyson Jost, qui a monté au classement chez les recruteurs. Même chose pour Logan Brown. Je suis persuadé que les options seront intéressantes lorsque le Canadien parlera au neuvième rang.
Le Canadien va assurément obtenir un jeune joueur très intéressant. À mes yeux, il n'y a pas une grande différence entre les joueurs classés à partir du quatrième échelon jusqu'au 12e et même jusqu'au 15e.
L'arrière Dante Fabbro pourrait intéresser le Tricolore tout comme Julien Gauthier. Je crois que Marc Bergevin devrait aller chercher un attaquant de gros gabarit.
Et les Oilers ...
Le directeur général des Oilers d'Edmonton, Peter Chiarelli, a laissé entendre qu'il pourrait échanger son quatrième choix au repêchage pour aller chercher des joueurs établis. Au cours des dernières années, cette formation a fait le plein de jeunes joueurs et le temps est venu d'ajouter des vétérans.
Je pense qu'il est très sage de l'envisager. Peut-être que les Oilers auraient dû le faire avant? J'estime que le moment serait bien choisi pour le faire. Dans le développement de leur club, les Oilers sont rendus à cette étape.
Ça fait plusieurs années que les Oilers tentent de bâtir avec les choix au repêchage, et ce, sans grand succès. Il est temps pour Edmonton de tenter une autre façon d'améliorer sa formation.
*propos recueillis par Robert Latendresse