dimanche 23 octobre 2016

À l’image de l’an dernier...

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

Canadiens 4 - Bruins 2


Le début de saison du Canadien rappelle celui de l’an dernier.
Après cinq matchs l’an passé, le Canadien affichait cinq victoires en route vers les neuf gains consécutifs qui lui avaient permis de connaître le meilleur début de campagne de son histoire. Huit joueurs différents avaient marqué un total de 16 buts et le Tricolore n’en avait accordé que six.
Fort de sa victoire de 4-2 arrachée aux Bruins, à Boston, samedi, le Canadien affiche un dossier de 4-0-1. C’est la première fois depuis les saisons 1968-1969 et 1969-1970 que le Tricolore récolte des points dans chacune de ses cinq premières rencontres en début de saison deux années consécutives.
S’il affiche un point de moins qu’à pareille étape l’an dernier, le Canadien a marqué quatre buts de plus (20) et en a accordé seulement deux de plus (huit) que l’an dernier ce qui lui confère un différentiel de plus-12 en comparaison du plus-10 de l’an dernier.
Mieux encore, 10 joueurs différents affichent déjà au moins un but. Et sur les 23 joueurs de l’équipe, 21 revendiquent déjà au moins un point alors que seuls Brian Flynn – il a touché le poteau en première période samedi – et Mikhail Sergachev ont été blanchis jusqu’ici. Les deux joueurs ont toutefois suivi deux des cinq premiers matchs du haut de la galerie de presse.
Cinq matchs ne font pas une saison. Pas même les 26 premiers comme le Canadien l’a démontré de désolante façon à ses partisans l’an dernier. Car après leur avoir offert 19 victoires lors des 26 premières rencontres le Tricolore leur en a offert le même nombre (19) lors des 56 dernières parties du calendrier.
Meilleur équilibre
Il est bien difficile de prédire si ce deuxième très bon début de saison consécutif propulsera le Canadien vers le haut du classement général en avril prochain ou s’il le gardera hors des séries.
Mais quand on regarde la composition de l’équipe, le leadership plus évident et mieux réparti aux quatre coins du vestiaire et l’attitude nouvelle qui règne autour du club, il y a fort à parier que le Canadien ne piquera du nez comme il l’a fait l’an dernier.
Même si Price se blesse comme l’an passé?

Sans Carey Price, le Canadien ne forme pas une équipe aussi redoutable. On en conviendra tous. Du moins, je l’espère. Oui! Al Montoya a été sensationnel lors des trois premières rencontres. Il est sans l’ombre d’un doute meilleur que Mike Condon et surtout plus expérimenté. Ce qui l’aiderait à pallier la perte d’un gardien comme Carey Price.
Sans Carey Price, le Canadien connaîtrait une saison plus difficile. C’est clair. Mais l’équipe qui joue actuellement devant les gardiens du Canadien me donne nettement l’impression qu’elle ne sombrerait pas dans les bas-fonds du classement comme elle l’a fait l’an dernier lorsqu’elle a été convaincue que Carey Price ne serait pas de retour.
Pourquoi?
Tout simplement parce qu’elle est meilleure et surtout plus équilibrée. On en a d’ailleurs eu une autre preuve samedi soir à Boston.
Trois étoiles moins prévisibles
Très souvent dans le passé, trop souvent même, les succès du Canadien étaient directement attribuables aux performances de Carey Price et des autres gardiens du Tricolore.
Si Price n’avait pas une place de choix au sein des trois étoiles, les chances de victoires devenaient minces, voire nulles.
Samedi soir, Price n’a pas eu à multiplier les miracles pour permettre au Canadien de signer un 9e gain consécutif aux dépens des Bruins.
Il a effectué quelques bons arrêts sur les 21 tirs ennemis. Je veux bien. Mais si Price a prolongé à huit sa série de victoires de suite contre Boston – Mike Condon les a battus le premier janvier dernier dans le cadre de la Classique hivernale – séquence au cours de laquelle il a maintenu un pourcentage d’efficacité de 95 % et accordé 1,46 but en moyenne par partie, c’est parce que l’équipe devant lui a fait le gros du travail.
Et non l’inverse comme on l’a vu si souvent au cours des dernières années. Tellement souvent que la coupe Molson remise au joueur du mois chez le Tricolore en route vers le titre de joueur de l’année avait été rebaptisée la coupe Carey Price.
Et le plus beau de l’affaire pour le Canadien, c’est que les joueurs de soutien ont été plus actifs que les membres des deux premiers trios.
Et pas parce que les deux premiers trios ont pris un soir de congé. Ça non! Alex Galchenyuk a effectué une passe sensationnelle pour amorcer le jeu qui a mené au premier but du Tricolore celui de Brendan Gallagher.
Alexander Radulov qui confirme les prétentions du Canadien en affichant une belle fougue à chacune de ses présences sur la patinoire a aussi démontré qu’il est capable de distribuer la rondelle avec adresse et aplomb. Car sans vouloir enlever quoi que ce soit au mérite de Phillip Danault qui a inscrit son premier but de la saison, Radulov a fait le gros du travail sur le jeu en trouvant une façon de faufiler la rondelle jusqu’à la lame du bâton du jeune ailier gauche.
Danault a vu ses efforts récompensés et c’est tant mieux.
La vitesse de Byron, la ténacité de Mitchell
Paul Byron, qui se défonce à chacune de ses présences, a lui aussi été récompensé. Deux fois plutôt qu’une d’ailleurs. Car non seulement a-t-il permis au Canadien de souffler un brin en marquant au terme d’une belle échappée aux dépens des Bruins qui venaient d’inscrire un premier but et qui profitaient alors d’une attaque massive, « Ti-Paul » a été auréolé du but de la victoire.
Plus petit joueur de la LNH sans l’ombre d’un doute, Byron se classe certainement aussi parmi les plus rapides patineurs du circuit. Sa vitesse, sa fougue et son cœur à l’ouvrage le rendent d’ailleurs bien plus redoutable que la simple largeur de ses épaules.
Impossible de passer sous silence le travail de Torrey Mitchell. Pas simplement pour le but d’assurance qu’il a inscrit en fin de match après qu’il eut reçu un coup de bâton au visage. Mais bien parce qu’il a une fois encore été grandement efficace dans tous les aspects du jeu comme le confirment son différentiel de plus-3 et ses sept mises en jeu gagnées sur les neuf disputées pour une efficacité sensationnelle de 78 %. La même que David Desharnais qui a joué un peu moins que Mitchell parce que ce dernier a été sollicité un brin plus en désavantage numérique que Desharnais l’a été lors des cinq attaques massives obtenues par le Tricolore.
C’est d’ailleurs lors de ces supériorités numériques que le Canadien a connu le plus de difficultés hier. Non seulement a-t-il été blanchi, mais les spécialistes de l’attaque n’ont rien créé de vraiment intéressant.
Inversement, Mitchell et les spécialistes de la défensive ont été victimes d’un but sur les six attaques à cinq des Bruins. Mais le fait que Plekanec, Markov et Emelin aient uni leurs efforts en fin de match pour aider Carey Price à se dresser devant Boston qui jouait alors à six contre trois nous oblige à accorder plus d’importance à cette séquence positive qu’au but accordé.
L’inertie du Canadien en attaque massive et une séquence au cours de la première période au cours de laquelle on a senti l’équipe un brin désorganisée, deux brins sur les talons et peut-être trois brins trop confiante, sont les seules critiques à soulever au terme de cette quatrième victoire en cinq matchs cette saison.
Pour le reste, on doit louanger l’effort collectif déployé par les joueurs de Michel Therrien. Il est tout aussi important de souligner que cet effort collectif est couronné de succès collectif. Autant à l’attaque qu’en défensive.
Car en dépit une mauvaise décision d’Emelin en zone neutre, décision qui a ouvert la voie à une descente à deux contre un des Bruins, descente au terme de laquelle Greg Pateryn s’est lui aussi un brin trop compromis pour permettre aux Bruins  (Dominic Moore) de marquer, le duo Emelin-Pateryn a été solide et efficace en soutient aux deux autres duos qui ont aussi connu un bon match.
De fait, Pateryn, qui a connu un fort camp d’entraînement et qui fait beaucoup plus de bon que de moins bon sur la glace lorsqu’on l’utilise, ne devrait pas avoir à céder son poste au jeune Mikhail Sergachev qui joue moins bien que le défenseur de soutien du Tricolore.
L’un est un jeune premier choix avec un brillant avenir avec le Canadien et dans la LNH alors que l’autre est et sera toujours un défenseur de soutien.
Mais l’efficacité des joueurs de soutien est primordiale dans les succès d’une équipe. Et pour m’assurer d’une contribution maximale de Pateryn, je lui permettrais de jouer encore lundi. Surtout que ce seront les Flyers de Philadelphie qui seront de passage au Centre Bell. Des Flyers contre qui Pateryn pourrait se sentir bien plus à l’aise que le jeune Sergachev. Du moins pour le moment.
On verra...
Bon dimanche!